La Franco-Ontarienne Élisabeth Fournier et l'Ottavienne Petra Januskova ont été agressives à souhait.

Fournier et Januskova progressent

Les raquettes locales continuent de faire la démonstration qu'elles peuvent rivaliser avec l'élite internationale du tennis à la première édition du Challenger de Gatineau doté d'une bourse globale de 25000$US.
La Franco-Ontarienne Élisabeth Fournier est toujours invaincue après avoir gagné ses deux matches de qualification et son match inaugural dans le tableau principal du double avec sa partenaire ottavienne Petra Januskova hier. Dans un duel hautement divertissant sur le court central, Équipe Ottawa est passée en quarts de finale en disposant du duo composé de l'Australienne Isabella Holland et de l'Américaine Amanda Riley en deux manches de 6-2 et 6-4.
La paire a été agressive à souhait dans un match où elle débordait d'enthousiasme. «Petra et moi, on se connaît depuis 15 ans. Nous avons 23 ans et nous sommes nées à cinq jours d'écart. Depuis l'an dernier, nous avons commencé à jouer régulièrement ensemble et les résultats commencent à rentrer», a expliqué Élisabeth Fournier.
Les deux joueuses d'Ottawa ont atteint une demi-finale dans un tournoi doté d'une bourse de 10000$ à Charlotte il y a 10 jours. Avec une partenaire chinoise, Januskova a aussi gagné les honneurs d'un tournoi en Espagne cette saison.
«On a une bonne chimie. On aime jouer ensemble et ça aide beaucoup. On a gagné quelques matches dans des tournois avec 50000$ en bourses, ce qui nous a permis de mettre plusieurs points en banque. Nos classements sont meilleurs en double qu'en simple», ajoute Fournier, classée 744e au monde en simple, mais 507e en double alors que Januskova est 786e en simple et 457e en double.
La Franco-Ontarienne espère que cette confiance acquise dans ses derniers triomphes lui donnera des ailes ce soir alors qu'elle disputera le dernier match de la première ronde contre la Montréalaise Françoise Abanda (241e).
Pour sa part, Januskova pourra se concentrer sur le double d'ici la fin du tournoi puisqu'elle a subi l'élimination en simple après avoir gagné facilement ses deux matches de qualification samedi et dimanche. Januskova a sauvé trois balles de match avant de céder en deux manches identiques de 6-4 contre l'Ontarienne Carol Zhao en matinée.
«J'ai perdu quelques points qui auraient pu faire la différence. J'aurais dû être mieux concentrée», a dit celle qui se disait quand même heureuse d'évoluer devant plusieurs visages connus à Gatineau cette semaine.
«C'est extraordinaire de jouer à la maison. C'est incroyable d'avoir un tournoi professionnel ici. C'est plaisant pour tout le monde. Pour mes parents, mes amis et moi.»
Petra Januskova compte se rendre à Vancouver le week-end prochain afin de participer à un tournoi préparatoire de 10000$ en bourses qui pourrait lui permettre d'accéder au tournoi principal doté d'une bourse de 100000$.
«Je veux jouer souvent parce que j'aimerais faire les qualifications de la Coupe Rogers à Montréal. J'ai pour objectif de percer le top 500 d'ici la fin de 2014. Pour y arriver, il faut jouer et gagner des matches.»
Sortie rapide de Leduc
Un peu plus loin de chez nous, mais toujours au Québec, Marie-Alexandre Leduc a vu son aventure se terminer rapidement en simple. La joueuse de Jonquière s'est inclinée 6-2, 6-0 contre la Japonaise Mayo Hibi, cinquième tête de série.
Tennis Canada avait accordé un laissez-passer à l'athlète de 16 ans pour lui permettre d'acquérir de l'expérience chez les professionnelles, mais celle-ci cachait mal sa déception après son revers.
«Ce n'est pas la première fois que j'affronte une joueuse de ce calibre. Je ne suis pas contente de mon match. Ça faisait longtemps que je n'avais pas joué. Mon service et mon coup droit n'étaient pas à point», a-t-elle dit en séchant ses larmes après une discussion avec son entraîneur.
jfplante@ledroit.com