Chantal Desjardins et son fils, Simon.

Fin de semaine des courses : courir en mémoire de Léo

Chantal Desjardins prend part au Défi du voyageur durant le weekend des courses à Ottawa en mémoire de son père avec qui elle a complété son premier marathon en 1996 à l’âge de 23 ans.

La Gatinoise d’origine néo-brunswickoise s’est inscrite à ce défi d’endurance qui comprenait un 5 km et un 10 km, samedi, ainsi que le demi-marathon de dimanche en hommage à son père, Léo, décédé tout juste avant Noël l’année dernière. L’homme était un passionné de la course à pied, notamment des marathons.

Mme Desjardins a hérité de l'amour de la course à pied de son père. Ce dernier a fait au-dessus de 50 marathons, et a aussi couru des ultra-marathons.

«Quand j’étais petite, c’était un rêve de courir un marathon avec mon père. Il a fait plusieurs marathons, entre autres à Montréal dans les années 1980, et nous allions toujours l’encourager, a raconté Mme Desjardins en entrevue au Droit. J’ai grandi dans tout ça, et c’était toujours des beaux moments en famille. Ma mère était toujours présente pour l’encourager, lui donner de l’eau. Mes soeurs étaient aussi présentes. J’ai donc réalisé mon rêve en 1996 quand j’ai fait mon premier marathon avec lui à Ottawa. J’ai eu la piqûre.»

Mme Desjardins a complété plusieurs marathons et demi-marathons, et s’entraîne régulièrement avec des coureurs du Running Room. 

«C’est vraiment pour le plaisir d’être à l’extérieur. Il y a le côté santé aussi. J’en fais aussi avec mon fils. C’est vraiment pour le bien-être que ça procure», a expliqué la femme de 46 ans.

La natation fait aussi partie de l’entraînement régulier de Mme Desjardins, qui a notamment participé aux Jeux du Canada à Kamloops, en cyclisme, en 1993, ainsi qu’aux Jeux de l’Acadie.

Chantal Desjardins a couru le 5 km avec son conjoint et son fils de 9 ans, Simon, à qui elle souhaite transmettre la passion de la course à pied.

Pour faire un clin d’oeil à son père, Mme Desjardins a fait imprimer sur un t-shirt une photo de son père lors d’un marathon alors qu’il saluait sa famille. Le vêtement sera porté lors du parcours de 5 km.

«Mon père était beaucoup impliqué dans la communauté sportive, se rappelle-t-elle. Il a fait beaucoup pour les jeunes. C’était toujours dans le but de transmettre de belles valeurs. Il a aussi été intronisé au Temple de la renommée sportive de Bathurst en tant que bâtisseur pour son implication.»

Si elle était compétitive plus jeune, aujourd’hui Mme Desjardins recherche davantage la satisfaction personnelle lorsqu’elle prend part aux courses. Et, elle adore le côté social lié à l’activité.

Quelque 33 000 coureurs prennent part aux épreuves de la fin de semaine dans les rues d’Ottawa et de Gatineau.