Dylan Wykes, chez les hommes, et Natasha Wodak, chez les femmes, ont été les premiers Canadiens à franchir la ligne d’arrivée lors du 10km d’Ottawa.

Fin de semaine de courses : un Ottavien d’adoption triomphe «à la maison»

La Fin de semaine des courses a couronné un champion local.

En quelque sorte.

Dylan Wykes a été le sixième homme à franchir le fil d’arrivée, samedi soir, lors du 10 km d’Ottawa. Le chrono affichait alors 29:55,5. Le grand gagnant de cette prestigieuse course, le Marocain Mohammed Ziani, l’avait devancé d’une minute et 44 secondes.

Wykes sentait qu’il venait quand même d’accomplir quelque chose de grand. Cette course sert aussi depuis plusieurs années de championnat canadien.

Puisqu’il n’a été devancé que par des Africains, durant cette soirée pluvieuse, il a donc remporté le titre national.

Et, puisqu’il vit à Ottawa depuis quelques mois, on peut dire qu’il a triomphé «à la maison».

«J’habite dans Old Ottawa South. Ma maison se trouve à environ 200 mètres du canal Rideau», a-t-il expliqué, médaille au cou, dans une minuscule tente où athlètes et journalistes cherchaient à se protéger de la pluie.

Il possédait donc un avantage marqué sur tous ses rivaux. Il s’entraîne de manière presque quotidienne sur la piste qui sert au 10 KM d’Ottawa.

«C’est forcément un avantage. Je connaissais déjà le terrain. Il y a certains angles morts, sur le parcours, où il est difficile de voir ce qui s’en vient. Moi, j’étais bien préparé.»

«La visualisation, c’est utile. Toutefois, dans le feu de l’action, on baisse la tête et on fonce», complète-t-il.

Wykes est originaire de Kingston, en Ontario. Il a passé les six dernières années de sa vie à Vancouver. La décision de revenir dans sa province natale a été motivée par des raisons familiales. Son épouse, Francine Darroch, a décroché un poste de professeure à la Faculté des Sciences de la santé de l’université Carleton.

Wykes avait déjà pris part au 10 KM d’Ottawa «à plusieurs occasions».

«Je crois que ma première participation remonte à 2008 ou 2009», dit-il.

«Gagner, ici, ça me fait un petit velours. Je fais de la course à pied sur la scène compétitive depuis une quinzaine d’années, mais ça me fait toujours autant plaisir de remporter un championnat national», de compléter celui qui a représenté son pays aux Jeux olympiques de Londres, en 2012.

Il avait pris le 20e rang, lors de l’épreuve qui avait réuni une centaine de coureurs.

Persévérance

Le bonheur se lisait aussi dans le visage de Natasha Wodak, championne canadienne chez les femmes.

Le bonheur... et le soulagement.

«Enfin», s’est exclamée celle qui visait ce titre depuis plusieurs années.

«J’ai pris le deuxième rang à quatre occasions, a-t-elle alors rappelé. J’ai aussi été quatrième, cinquième, sixième... Je perds le compte. Tout ce que je sais, c’est que je n’avais jamais réussi à gagner auparavant.»

Cette année, pour finalement gagner, il lui a fallu présenter un chrono de 32:30,8.

La compétition était encore forte. Une autre ancienne olympienne, Malindi Elmore, l’a suivi d’assez près. La vice-championne a franchi la distance en 32 minutes et 57 secondes.

«Je suis satisfaite, lance Wodak. Je suis considérée comme la meilleure coureuse de 10 000 mètres au pays depuis environ cinq ans, mais je n’avais jamais réussi à remporter un titre canadien. Je me posais de sérieuses questions.»

«Cette année, j’ai fait le plein de confiance. Ça fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi confiante. Ce soir, je n’ai pas regardé une seule fois derrière moi.»

Le volet féminin du 10 km d’Ottawa a été dominé par les Kényanes. Dorcas Kimeli l’a emporté avec un chrono de 31:08,8. Quatre de ses compatriotes ont complété le top-5.