Le Gatinois de 30 ans, Derick Brassard, préfère ne pas dévoiler la nature exacte de sa blessure, qui n’est aucunement reliée à son opération à l’épaule de l’été dernier.

Feu vert pour Brassard et Stone

Guy Boucher aura plus d’armes à sa disposition pour la dernière Bataille de l’Ontario de la présente saison.

L’entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa pourra réintégrer dans sa formation ses piliers offensifs que sont Mark Stone et Derick Brassard, qui forment les deux tiers de son premier trio en temps normal.

Stone, le meilleur compteur des Sénateurs, a raté les neuf derniers matches des siens en raison d’un genou enflé, tandis que Brassard a manqué les deux dernières rencontres pour soigner une blessure dont la nature exacte n’a pas été dévoilée (il aurait traîné une élongation musculaire à l’aine pendant un bout de temps, selon nos informations).

De façon assez surprenante au milieu de cette saison difficile, leur club a réussi à remporter ses deux dernières sorties sans eux, et quatre de ses cinq derniers en plus. Ce n’est pas suffisant pour reprendre espoir de revenir dans la course aux séries éliminatoires, mais ça a allégé l’atmosphère un peu à l’approche de la date limite des transactions du 26 février.

« C’est plus facile à regarder du haut de la galerie de presse quand on gagne, ça, c’est certain, a commenté Brassard avant de prendre le chemin de Toronto avec ses coéquipiers. Les gars travaillent fort, ils sont des compétiteurs et on dirait que tout le monde est sur la même longueur d’onde. C’est le “fun” de voir que nous avons battu deux bonnes équipes lors des deux derniers matches. »

Le Gatinois de 30 ans préfère ne pas dévoiler la nature exacte de sa blessure, qui n’est aucunement reliée à son opération à l’épaule de l’été dernier.

« Il fallait juste que je prenne une couple de jours pour relaxer un peu et récupérer. Ça a fait du bien. On va voir comment ça va être demain, mais ça regarde bien. C’était quelque chose de différent (de l’épaule) et je ne pouvais pas patiner pour récupérer. Ça a été “tough” un peu. Ça faisait deux ans que je ne manquais pas de match, c’est frustrant un peu, mais j’ai joué beaucoup de hockey dans les cinq dernières années, incluant 77 parties de séries. Je porte beaucoup attention à m’occuper de mon corps, avec mes deux opérations à l’épaule, j’ai beaucoup de choses à faire en dehors du hockey. Je suis fier de ne pas avoir raté beaucoup de matches, mais des fois, il faut prendre une pause et écouter mon corps », a-t-il souligné.

Stone a pour sa part patiné lors des trois derniers jours avec ses coéquipiers et il se sent enfin prêt à reprendre sa place.

« Je me sens pas mal bien maintenant et je suis excité de revenir au jeu. J’espérais revenir après la pause du match des Étoiles, mais le genou a enflé quand j’ai essayé de patiner une première fois, ce qui a retardé les choses d’une semaine probablement. On n’a pas bien joué les quatre premiers matches que j’ai ratés, et c’est difficile de regarder ton équipe en arracher comme ça. Les choses vont pas mal mieux depuis, sauf pour le match à Montréal. C’est bon de revenir dans de telles conditions, on a l’air plus agressif, surtout en échec avant, alors qu’avant ça, on avait l’air d’avoir peur de perdre. Si on peut continuer à jouer comme ça, on va avoir beaucoup plus de succès », a-t-il fait remarquer.

Stone s’est blessé lors de la dernière visite des Maple Leafs à Ottawa, le 20 janvier, quand il a chuté dans la bande après une collision avec le défenseur des Leafs Jake Gardiner.