Leylah Annie Fernandez n’a pas voulu se servir de l’élément fatigue pour expliquer sa performance, qui n’était pas au même niveau que le reste de la semaine.

Fernandez rend les armes

Manifestement à bout de ressources à la suite de deux longues semaines de tennis à Gatineau et à Granby, Leylah Annie Fernandez a rendu les armes, dimanche après-midi, en grande finale du Challenger Banque Nationale.

La Lavalloise s’est inclinée en des manches de 6-1 et 6-4 devant Lizette Cabrera, 266e joueuse mondiale et ex-134e au monde. Mais n’enlevons rien à l’Australienne, parce qu’elle a joué du gros tennis.

«C’est vrai que j’ai joué beaucoup de matchs depuis deux semaines, c’est vrai que j’étais un peu fatiguée, mais ça n’explique pas mon niveau de jeu d’aujourd’hui, qui n’était pas très élevé, a commencé par dire Fernandez. Je n’ai pas très bien servi, j’ai commis plein d’erreurs alors que Lizette, elle, a été excellente dans toutes les facettes du jeu. Elle a été bien meilleure que moi, point.»

Cabrera a effectivement été, et de loin, la meilleure des deux joueuses, elle qui a bien servi, qui a bien retourné et qui n’a effectué que très peu d’erreurs. Et elle savourait pleinement son premier titre acquis depuis 2016.

«Leylah Annie a énormément de talent et je savais que je devais jouer mon meilleur tennis si je voulais l’emporter, a dit l’athlète de 21 ans. Espérons que cette victoire va me permettre de renouer avec le succès pour de bon.»

Cabrera a affirmé qu’elle avait apprécié le respect démontré par le public granbyen qui, bien qu’il était à 100% derrière Fernandez, a applaudi les bons coups des deux joueuses.

«Il y a vraiment une ambiance très spéciale ici. Les gens aiment le tennis, ils s’y connaissent et ça paraît. J’ai vraiment adoré jouer chez vous.»

En vertu de sa victoire, Cabrera a reçu un chèque de 12 161 $ en devises américaines. Fernandez, de son côté, a hérité de 6487 $.

Une première défaite en 10 matchs

Leylah Annie Fernandez s’est amenée à Granby après avoir remporté le Challenger de Gatineau, en simple comme en double. Chez nous, en double, elle a atteint les demi-finales. En simple, il s’agissait dimanche de sa première défaite en 10 matchs.

«Je vais me reposer demain (lundi), mais je vais retourner au boulot mardi, sans faute, a repris celle qui est reconnue comme étant une bourreau de travail. Car je ne dois pas m’arrêter là, je dois continuer…»

À 16 ans, Fernandez est débarquée à Granby au 372e rang mondial. Elle ne sera pas trop loin du 250e, lundi matin, lorsque les nouveaux classements seront dévoilés.

Chose certaine, elle a apprécié sa semaine en ville. Elle a même parlé d’une «connexion spéciale» avec le public d’ici.

«Les gens ont été formidables avec moi tout au long de la semaine. Je sentais leur énergie et ça m’a beaucoup aidé. Je veux les remercier.»

Fernandez, qui a gagné le volet junior des Internationaux de France en juin, progresse à un rythme d’enfer. Sera-t-elle des nôtres dans un an? Peut-être que oui, peut-être que non.

«Si je ne reviens pas, c’est parce que je serai rendue à autre étape, ce qui sera positif pour moi. Mais peut-être que je reviendrai encourager ma petite sœur (Bianca Jolie, 15 ans), qui va bientôt commencer des tournois importants comme celui-ci. On verra…»

Qu’importe si elle revient comme joueuse ou comme simple spectatrice, les Granbyens vont l’accueillir avec chaleur. Après tout, elle leur a a fait vivre de belles et de grandes émotions...

Lizette Cabrera n’a pas volé sa victoire. Elle a clairement été la meilleure des deux joueuses sur le court.