Les débuts d'Ève Gascon dans la Ligue de hockey midget AAA sont retardés en raison d'une fracture à un doigt.

Ève Gascon espère paver la voie aux autres

Dans le Livre de la Genèse, Ève est la première femme de l’humanité. Dans le monde du hockey, Ève Gascon est la première gardienne de but à se tailler une place dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Si la première histoire est plus difficile à prouver, la seconde est bien réelle!

L’adolescente de 15 ans fait parler d’elle depuis que le Phénix du Collège Esther-Blondin a confirmé sa place dans l’alignement officiel de l’équipe. Cette décision historique a fait sensation depuis, de sorte que la principale intéressée est le point de mire partout où le Phénix va.

«C’est quand même une belle histoire et j’ouvre la porte aux prochaines filles, a raconté Ève Gascon, rencontrée samedi lors du passage de son équipe au Foyer des loisirs pour affronter les Élites de Jonquière. La gardienne a toutefois regardé le match en habit de ville en raison d’une fracture à un doigt subie à l’entraînement. Elle devrait être de retour au jeu la semaine prochaine.

«Que je sois la première, c’est cool et j’aime ça! J’espère qu’il y a aura d’autres qui vont jouer dans le midget AAA un jour», a-t-elle ajouté.

Peu habituée à se retrouver sous les réflecteurs, Ève Gascon est maintenant le centre d’attraction. Les performances du Phénix passent en second plan, du moins pour le moment.

«C’est l’fun, mais c’est bizarre un peu, a-t-elle avoué. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi gros. Mais ça va bien et ça me permet de me dégêner un peu. J’essaie de ne pas trop de penser à tout ça.»

Invitée d’abord au pré camp du Phénix, Ève Gascon a ensuite été du camp principal, au point de causer une certaine surprise en se taillant une place avec la formation partante. Elle complète un duo de gardiens avec Samuel Fournier, 16 ans. Hugo Bergeron est celui qui a écopé. Ironie du sort, il était devant le filet du Collège Esther-Blondin pour affronter les Élites samedi après-midi.

«J’entendais beaucoup de choses, mais je ne m’attendais pas nécessairement à faire l’équipe, a révélé Ève Gascon. J’essayais seulement de faire mon travail, de prouver que j’avais du talent et que j’étais capable de jouer dans ce calibre-là. Plus le camp avançait, mieux ça allait et j’avais beaucoup de confiance.»

En attendant de jouer un premier match officiel, la hockeyeuse prend le temps de s’ajuster à sa «nouvelle vie».

«Le calibre est fort et il y a une grosse adaptation à faire, a admis Ève Gascon. Ça a bien été pendant le camp d’entraînement et j’ai hâte que ça commence pour voir comment ça va aller. C’est plate d’être blessée, mais c’est mieux que ça arrive maintenant. Avec le stress des entrevues, ça passe mieux et j’ai plus de temps pour relaxer. Ça me donne le temps de me préparer pour mon premier match.»

Pour les curieux qui se demandent si Ève Gascon se retrouve à l’écart des gars pour respecter son intimité, sachez qu’elle va simplement mettre ses combinaisons à la salle de bain, avant d’enfiler son équipement avec ses coéquipiers. Tout ce qui a de plus normal. Bien entendu, elle prend sa douche seule, dans un vestiaire différent.

Ève Gascon, qui a comme idoles Charline Labonté et Kim St-Pierre, espère maintenant faire partie de l’équipe du Québec des moins de 18 ans aux Jeux du Canada, en mars 2019. À plus long terme, elle caresse le rêve de porter les couleurs du Canada aux Jeux olympiques.