Carey Price a stoppé 26 des 27 tirs dirigés vers lui. Seul Mark Stone a réussi à le déjouer.

Et de sept...

MONTRÉAL — Le fond du baril a-t-il été atteint ?

Difficile à dire alors qu’un long et crucial voyage s’amorce à peine, mais les Sénateurs d’Ottawa n’ont encore une fois pas joué du hockey très inspiré et ils ont encaissé un septième revers consécutif, 2-1 aux mains du Canadien de Montréal mercredi soir au Centre Bell.

La troupe de Guy Boucher a certes mieux paru qu’à son dernier duel contre ses rivaux de la métropole, une débandade de 8-3 le 30 octobre dernier. Mais bien paraître n’est pas suffisant alors que le club est en chute libre au classement de l’association Est, son dossier ayant chuté sous la barre psychologique des, 500 (8-9-6).

Le Tricolore de Claude Julien remportait pour sa part une troisième victoire consécutive et Montréal (11-12-3) a maintenant trois points d’avance sur Ottawa et son gardien Carey Price a retrouvé tous ses moyens, n’ayant alloué que deux buts lors de ces trois parties.

Price a gagné son duel contre son ancien adjoint Mike Condon, à qui Boucher avait accordé un premier départ contre son ancien club qui l’a perdu au ballottage il y a un peu plus d’un an.

« Ça a été un match disputé avec ardeur, j’ai trouvé que Carey a bien joué, surtout en désavantage numérique où on a pris beaucoup de tirs. C’est un match serré, mais c’est comme ça que ça se passe pour nous de ce temps-ci. J’ai quand même eu du plaisir à jouer ce match, c’est un des meilleurs édifices où jouer dans la LNH, il y a toujours de l’atmosphère », a commenté Drouin après coup.

Les Sénateurs ont joué leur meilleure période en défensive depuis leur passage à Stockholm et ils s’en sont sortis avec une avance de 1-0 grâce au but en désavantage numérique de Mark Stone, qui s’est échappé après avoir soutiré le disque à Alex Galchenyuk à la ligne bleue d’Ottawa pour ensuite déjouer Price habilement.

Ça s’est cependant gâté dès le début de la deuxième période quand les visiteurs ont obtenu le premier de trois avantages numériques de suite. L’attaque à cinq, qui avait mis fin à une sécheresse de 0 en 22 samedi dernier en comptant en fin de match, a encore cafouillé, la meilleure chance appartenant à l’ex -Olympique Paul Byron, que le Condon a arrêté sur une descente à deux contre un.

Le vent a tourné encore plus quand Cody Ceci a accroché Jonathan Drouin qui s’était échappé. Sur le tir de punition qui lui a été décerné avec raison, Drouin a marqué d’un tir bas très précis du côté du bâton, la rondelle déviant sur l’intérieur du poteau.

Ceci, encore lui, a été incapable de contenir Max Pacioretty et Andrew Shaw en échec avant derrière le filet et ce dernier a repéré Philip Danault dans l’enclave, qui a lancé le Tricolore en avant, profitant d’une lente réaction aussi de Dion Phaneuf.

« Ça aurait bien été si on avait eu un peu de chance et que ça avait rentré là-dessus. C’est le genre de break que tu obtiens quand tu joues bien. Mais c’est comme ça pour nous, on ne capitalise pas sur nos chances de compter et il faudrait que le jeu de puissance produise plus. Le désavantage numérique nous avait donné du momentum en première pourtant. On va au filet, il faut juste trouver la rondelle... L’effort était là, l’exécution un peu moins. Les gars ont essayé de limiter nos erreurs, mais leurs buts ont fait mal, on ne peut donner ces genres de jeux quand on a l’avantage du jeu », analysait Mark Stone.

Mike Hoffman a obtenu une des rares chances de compter des siens en troisième période, mais Price, auteur de 27 arrêts, a résisté de la mitaine avec quatre minutes à faire. Une passe de Stone qui a dévié sur le patin de Jeff Petry a aussi abouti sur le poteau. Condon a fait face à 31 lancers, lui.

Les Sénateurs ont quitté immédiatement après le match en direction de la région de New York, eux qui rendront visite aux Islanders vendredi soir à Brooklyn.

UN TIR DE PUNITION QUI A TOUT CHANGÉ

Il n’y a pas de doute que Jonathan Drouin méritait son tir de punition quand il a été accroché par Cody Ceci en échappée. Quelques minutes plus tard, sur un jeu similaire, Matt Duchene a été accroché par Joe Morrow sur un jeu semblable et il s’est vu décerner une punition, lui.

Le jeu de puissance n’a évidemment pas su capitaliser, lui qui a coûté un autre match aux Sénateurs.

« C’est un autre exemple d’un break qui ne va pas dans notre sens. C’est difficile mais il faut pousser à travers ça, peu importe la décision des officiels, a commenté l’entraîneur-chef Guy Boucher. Je ne veux pas parler des décisions, le jeu de puissance nous a redonné le momentum et on a pu ‘pousser’ en troisième période, mais ça n’a pas été suffisant. On va continuer à se tenir ensemble et on va s’en sortir éventuellement, j’en suis convaincu. »

Jonathan Drouin a déjoué Mike Condon pour créer l'égalité en deuxième période.

Zack Smith a été plus critique de la décision des officiels. « Moi, j’ai trouvé que c’était des infractions pareilles. C’est leur décision, l’angle était peut-être différent. C’est malheureux. Quand il pleut, c’est le déluge. C’est le hockey, c’est un drôle de sport. Quand tu comptes des buts, tu te sens bien et la chance est de ton côté et là, c’est l’opposé à l’extrême », a déclaré Smith.

Condon a levé son chapeau à Drouin pour ce but où il a utilisé un tir très précis. « Il a beaucoup de trucs dans son sac. Je le savais, j’ai regardé beaucoup de vidéo de lui. J’ai cherché à lui donner le moins d’espace possible et il m’a battu d’un bon tir, un pouce au-dessus de la jambière et à l’intérieur du poteau. Je vais m’en rappeler », a-t-il dit.

>> Sommaire du match