Martin Crête (deuxième en partant de la droite) et son équipe composée, de gauche à droite, de Philippe Ménard, Éric Sylvain et Philippe Lemay, se rendront au Manitoba pour représenter le Québec au Brier, le Championnat canadien de curling.

Équipe du Québec au Brier: de la nouveauté dans la continuité

Même si Martin Crête joue son premier Brier comme skip, il est loin de manquer d’expérience. Le curleur de Lévis participe à son huitième championnat canadien hommes et compte dans son équipe le Québécois ayant disputé le plus de matchs au prestigieux tournoi.

Le championnat canadien de curling masculin élite s’amorce samedi, à Brandon, au Manitoba. Seize équipes batailleront durant neuf jours sur les glaces de la Place Westoba pour rafler les grands honneurs de cette compétition reconnue comme étant autant, sinon même plus relevée que le Championnat du monde ou les Jeux olympiques.

«Toutes les meilleures équipes au Canada sont là. Ça en fait cinq ou six qui sont dans le top 10 mondial. La compétition va être féroce», constate Crête qui, avec sa formation championne du Québec, est semée au 10e rang.

Joint mardi avant son départ pour les Prairies, Crête est revenu sur son retour au poste de capitaine et la victoire in extremis en finale provinciale aux dépens des champions québécois de l’an passé.

Le skip Crête mène une équipe complétée par Philippe Lemay (troisième, Grandes-Piles), Éric Sylvain (deuxième, Lévis) et Philippe Ménard (premier, Boucherville). Crête, Sylvain et Ménard ont participé au Brier cinq fois de suite, de 2013 à 2017, aux côtés du skip Jean-Michel Ménard, le frère de l’autre.

Mais après une défaite en finale l’an dernier, Jean-Michel Ménard a tiré sa révérence. Crête, Sylvain et Jean-Michel Ménard ont participé ensemble à sept Briers, trois tournois de qualifications olympiques et plusieurs événements du circuit Grand Chelem.

Ce sera un 12e Brier pour Sylvain. Il a été champion canadien avec Jean-Michel Ménard en 2006 et revendique 130 matchs en carrière au Brier, ce qui le place premier parmi les curleurs québécois et 11e dans l’histoire du tournoi.

Retour aux sources

«J’ai skipé tout mon temps junior, où j’ai participé à cinq championnats canadiens [de 2002 à 2006], et après 11 ans comme troisième avec Jean-Michel, j’étais rendu là», explique Crête, qui est âgé de 33 ans.

«Quand Jean-Michel a décidé d’arrêter, on s’est réunis tous les trois pour voir nos options. J’ai demandé aux gars si je pouvais skiper et ils étaient bien d’accord. On a ensuite cherché le meilleur troisième et c’était Philippe Lemay, même s’il n’avait pas joué depuis trois ans. Ça ne lui a pas pris de temps à accepter notre offre», indique Crête.

Lemay est aussi commanditaire de l’équipe avec sa ligne de vêtements Performance Curling Wear lancée en 2015 et propriétaire d’une école de wakesurf sur la rivière Saint-Maurice.

Les quatre s’entraînent rarement ensemble et se sont réunis sur la glace une dernière fois avant de partir la fin de semaine dernière, au club Etchemin de Saint-Romuald. «L’éloignement géographique, on est habitué», assure Crête, informaticien chez Desjardins.

«J’ai la chance de voir Éric souvent ici à Lévis, mais on se connaît bien tous les quatre. Ce n’est pas un enjeu. Plusieurs équipes de haute compétition sont comme ça. L’équipe de Rachel Homan, finaliste au Scotties dimanche, est composée de deux filles qui habitent en Ontario et de deux qui habitent en Alberta. C’est comme ça que ça marche.»

La crème de la crème

Le quatuor se mesurera à plusieurs gros noms du curling, comme Brad Gushue (Équipe Canada, classée 2e au monde), Kevin Koe (Alberta, 3e) et Brad Jacobs (Nord de l’Ontario, 5e). Alors que Gushue tentera de devenir le deuxième skip en 90 tournois du Brier à l’emporter pour une troisième année consécutive, Koe veut être le quatrième à en gagner quatre.

«Ils ne sont pas favoris pour rien. Mais on est prêts pour ça. On a déjà joué contre eux, on les connaît, on connaît leurs tendances stratégiques et on sait qu’on peut les battre sur un match», affirme Crête, qui idolâtrait le champion olympique de 2006 Russ Howard, aujourd’hui analyste à TSN.

Brendan Bottcher (Alberta, 6e) et John Epping (Ontario, 7e), médaillés d’argent et de bronze l’an dernier, se battront dès vendredi soir pour la dernière entrée au tableau principal, tandis que le chouchou local Mike McEwen (Manitoba, 9e) est aussi à surveiller.

Crête s’élance samedi contre Jon Solberg (Yukon), «match piège» d’entrée de jeu contre une formation expérimentée. La journée de dimanche s’annonce charnière avec deux affrontements, McEwen le matin et Jacobs le soir. Il vise une fiche d’au moins 4-3 en ronde de groupe pour accéder à la ronde de championnat, qui commence le jeudi.

Les grands vainqueurs iront au Championnat du monde, du 30 mars au 7 avril, à Lethbridge, en Alberta.

+

LES CURLEURS DE LA CAPITALE À L’AVANT-SCÈNE

Pas moins de cinq équipes de curling liées à la région de la capitale représentent cette année le Québec au championnat canadien de leur catégorie. En tout, 13 curleurs de Québec ou de Lévis se mesureront à l’élite canadienne de leur sport.

  • Hommes: Équipe Martin Crête, 2 au 10 mars, à Brandon (MN)
  • Hommes seniors: Équipe François Roberge, 22 au 28 mars, à Chilliwack (CB)
  • Fauteuil roulant: Équipe Claude Brunet, 26 avril au 1er mai, à Boucherville (QC)
  • Femmes: Équipe Gabrielle Lavoie, 16 au 24 février, à Sydney (NÉ) 0-7, éliminées en première ronde
  • Hommes juniors: Équipe Vincent Roberge, 19 au 27 janvier, à Prince Albert (SK) 9-7, éliminés en ronde de championnat

+

LES MEILLEURES PERFORMANCES QUÉBÉCOISES AU BRIER

  • Champions: 2006: Jean-Michel Ménard, François Roberge, Éric Sylvain, Maxime Elmaleh; 1977: Jim Ursel, Art Lobel, Don Aitken, Brian Ross
  • Finalistes: 1999: Guy Hemmings, Pierre Charette, Guy Thibaudeau, Dale Ness; 1998: Guy Hemmings, Pierre Charette, Guy Thibaudeau, Dale Ness