Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Équipe Canada amochée à six semaines des Jeux olympiques

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Glenn Hoag se montrait réaliste. L’équipe canadienne masculine qu’il dirige venait déjà de subir une sixième défaite en huit parties dans la Ligue des Nations de volleyball à Rimini, en Italie.

Les joueurs de l’entraîneur-chef gatinois se sont inclinés en quatre manches (18-25,18-25, 25-23 et 25-23) contre la Russie. La veille, ils avaient été blanchis par la Slovénie.

Jusqu’ici, le Canada a seulement remporté 11 manches.

Ses chances d’accéder à la ronde éliminatoire s’amenuisent, même s’il lui reste encore sept parties à disputer.

«Ça m’étonnerait bien qu’on y participe», a avoué Hoag au bout du fil.

Pas que le vétéran coach ne croit pas en ses joueurs. Au contraire. Mais sa troupe est amochée.

«Notre priorité, c’est de ne pas avoir d’autres blessés d’ici la fin du tournoi», a-t-il souligné.

«Nous en avons déjà énormément de blessés et de malades, a-t-il ajouté. Personne n’a contracté la COVID-19. Mais il y a un streptocoque qui circule ici. Ce n’est pas juste notre équipe qui a des malades.»

Le Canada se retrouve avec des effectifs très réduits. Le libero Blair Bann fait partie des éclopés.

Hoag a dû improviser. Un de ses attaquants réceptionneurs a dû prendre la relève.

«Aujourd’hui, nous avons dû jouer avec trois passeurs. Un restait sur le banc. Ça met beaucoup de pression sur beaucoup de gars d’avoir tous ces blessés.»

On le sent dans sa voix. Hoag a presque hâte que la Ligue des Nations se termine. Car l’objectif de son équipe en 2021 s’avère les Jeux olympiques.

Le Canada espère améliorer sa performance surprise de 2016, à Rio, où il avait terminé cinquième.

Pour y arriver, la formation devra miser sur tout son monde sans bobo.

L’ailier Stephen Maar a un problème à un péroné. Des spasmes au dos ont tenu Blair Bann à l’écart, tout comme le central Graham Vigrass.

«Ce sont trois joueurs dans les huit à neuf plus importants de l’équipe. Ça nous inquiète un peu. Il ne faudrait pas en perdre un autre.»

Si ça continue de la sorte, peut-être que Hoag devra sortir de la retraite et renouer avec l’action à l’âge de 62 ans…

«Je ne suis pas trop en forme», a répondu le principal intéressé en riant.

Une décision importante a déjà été prise par es dirigeants de Volleyball Canada et lui.

L’équipe masculine ne va pas rentrer à son domicile de Gatineau après son dernier match de la Ligue des Nations prévu le 23 juin. Elle craint la quarantaine obligatoire.

Ce sera plutôt direction vers Izmir, en Turquie, pour du repos et un court camp d’entraînement avant les Jeux.

«Nous voulions donner un congé d’une semaine à nos joueurs pour qu’ils puissent voir leur famille. Mais ça ne sera pas possible, déplore Hoag. Donc on ça va à Izmir. Ça va donner plus de 80 jours ensemble sur la route pour l’équipe. Ce n’est pas l’idéal. C’est un peu irréaliste, surtout que tout le monde dans l’équipe a été vacciné.»

Classé dixième au monde, le Canada disputera son prochain match de la Ligue des Nations vendredi contre la France, qui montre une fiche de 6-2 jusqu’ici à Rimini.