Patrick Lavoie

Échangé, Lavoie est sous le choc

Patrick Lavoie préparait le déjeuner quand son téléphone a sonné mardi matin à Québec où il demeure durant l’hiver. L’afficheur indiquait que l’appel provenait de son patron chez le Rouge et Noir.

Le directeur général Marcel Desjardins voulait lui parler. «Je ne soupçonnais pas que c’était pour m’annoncer que j’avais été échangé», a avoué le vétéran centre-arrière québécois, une vingtaine de minutes après l’annonce de son départ d’Ottawa.

Le Rouge et Noir venait de le renvoyer chez les Alouettes de Montréal. L’équipe au sein de laquelle il avait effectué ses débuts dans la Ligue canadienne de football (LCF) en 2012.

La même formation qui avait jugé bon de ne pas le protéger au repêchage d’expansion, un an et demi plus tard. Ottawa l’avait réclamé, faisant de lui du même coup le premier visage francophone de la nouvelle franchise.

À l’époque, Lavoie était sous le choc de partir des Alouettes pour se joindre au Rouge et Noir. Mardi, il était sous le choc de quitter le Rouge et Noir pour retourner dans le nid des Alouettes.

«C’est pas mal ça... Je me voyais finir ma carrière à Ottawa, a-t-il avoué. J’ai aidé l’équipe à grandir. J’ai gagné la coupe Grey. J’ai été capitaine des unités spéciales pendant trois ans. C’était rendu mon chez nous... C’est difficile en ce moment.»

Difficile aussi pour sa conjointe Angie.

«Elle est pas mal sous le choc aussi. C’est dur quand tu ne vois pas venir ça.»

Âgé de 30 ans, Lavoie faisait partie du Rouge et Noir depuis l’an un. Il n’a raté que trois parties en quatre saisons dans la capitale nationale. Il a inscrit des touchés lors des matches de la coupe Grey en 2015 et 2016.

«Ce fut une conversation difficile, a avoué Desjardins au sujet de l’appel placé auprès Lavoie.

«Ça fait longtemps que je connais Patrick. Je l’avais côtoyé à Montréal. Il aimait ça ici. Il a toujours tout donné pour nous, que ce soit sur le terrain ou à l’extérieur. Il était toujours positif.»

Mais il y avait une réalité financière qui sautait aux yeux du Rouge et Noir.

L’échange a été réalisé afin d’offrir de la flexibilité à l’équipe par rapport au plafond salarial.

Ottawa possède encore plusieurs joueurs d’impact à la recherche d’un nouveau contrat à une dizaine de jours de l’ouverture du marché des agents libres dans la LCF. Les Zack Evans, Arnaud Gascon-Nadon, Tank Reed, Nolan MacMillan, Diontae Spencer, Jerrell Gavins, Brett Maher et Juron Criner font partie du lot.

«Nous cherchons toujours à maximiser chaque dollar. Cette transaction nous aide à accomplir ça», a souligné Marcel Desjardins.

Ce dernier avoue que d’échanger Lavoie ne s’avérait pas le scénario «idéal». «Mais je ne me sentais pas à l’aise de lui demander d’accepter une réduction de salaire», a-t-il expliqué, se résignant à le refiler à un autre club.

Le Rouge et Noir ne réalise pas seulement des économies. Il met aussi la main sur un centre-arrière plus jeune en Jean-Christophe Beaulieu, âgé de 27 ans.

L’ancien joueur du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke a passé les quatre dernières saisons chez les Alouettes. Il a notamment capté 10 passes pour 77 verges en 2016.

Beaulieu bataillera avec Anthony Gosselin, choix de deuxième ronde l’an dernier, pour le poste de centre-arrière partant à Ottawa. Le gagnant du trophée Hec Crighton remis au meilleur joueur universitaire canadien, Ed Ilnicki, sera aussi en lice.

Desjardins n’a pas exclu que le demi offensif canadien Brendan Gillanders soit muté de position afin de combler le départ de Lavoie.