Laurent Duvernay-Tardif a rencontré mardi de jeunes étudiants-athlètes du Club cycliste Desjardins Ford, avant de rentrer au Kansas pour préparer sa saison de football.

Duvernay-Tardif veut être une source d’inspiration pour les jeunes [VIDÉO]

De passage à Québec avant son retour à Kansas City dans 15 jours, Laurent Duvernay-Tardif a rencontré de jeunes cyclistes élites du Club Desjardins Ford à l’invitation de Cromwell, qui commandite le club pour leur dire que tout est possible quand on a un rêve.

Laurent Duvernay-Tardif, doctorant en médecine depuis mai et joueur de football dans la Ligue nationale de football (NFL), sait que son parcours peut ressembler à une énorme montagne impossible à gravir et qu’il faut être quelqu’un d’exceptionnel pour arriver à un tel résultat.

Mais ce qu’il a envie de transmettre aux jeunes, c’est que rien n’est impossible quand on a un rêve. «Le plus important, ce n’est pas la grandeur du défi qu’on essaye d’accomplir, mais plus ce qu’il représente pour nous. De graduer en médecine, tout en étant un joueur de football dans la NFL, c’était mon rêve. C’est ce qui m’a motivé à combiner les deux au plus haut niveau», a-t-il expliqué.

L’athlète sait aussi qu’il vient d’un milieu privilégié avec des parents qui l’ont aidé, mais il pense être tout de même une bonne source d’inspiration pour les jeunes athlètes. «N’importe quel étudiant-athlète qui a un rêve est capable de se reconnaître dans les accomplissements d’un autre, aussi grand qu’il soit.»

«Il ne faut pas oublier non plus que le sport, c’est éphémère, c’est donc important d’avoir un plan solide pour continuer à grandir, à évoluer et ça passe par les études», a-t-il insisté.

Écouter son cœur

Le joueur de football n’est pas arrivé au plus haut niveau dans son parcours scolaire et sportif seulement grâce à son talent. Il s’est souvent questionné s’il devait faire un choix entre la médecine et le football, mais il a choisi d’écouter son cœur et son instinct, plutôt que son entourage. 

«La notion de faire un choix a toujours été présente dans ma vie. Et elle a été constamment rappelée par mon entourage. Il y a beaucoup de monde qui m’ont dit : “Laurent, tu vas devoir choisir, tu ne peux pas faire les deux : arriver à obtenir la cote R pour entrer à l’université en médecine tout en essayant d’entrer dans un programme de football universitaire de qualité”.»

Quand il a été accepté à McGill en médecine, il a laissé tomber le football. Mais le sport lui manquait tellement pour son équilibre qu’il a décidé d’écouter sa petite voix intérieure. «Je me suis dit : je vais mener de front ces deux passions-là au plus haut niveau», a-t-il confié. 

Et lorsqu’il a atteint la NFL, il a encore décidé de s’écouter pour ne pas laisser tomber la médecine. «Quand j’ai été repêché dans la NFL ou quand j’ai signé mon extension de contrat, les mêmes acteurs m’ont dit : “Pourquoi tu continues la médecine quand tu as le football avec un gros contrat?” J’ai répondu que mon but était de montrer que c’est possible de le faire et d’essayer d’inspirer les gens à travers ça», a-t-il raconté.

Félix Pelletier, trois fois champion canadien junior de poursuite individuelle en cyclisme sur piste, se reconnaît en Laurent Duvernay-Tardif. Lui aussi se demande s’il doit arrêter le cyclisme pour se consacrer à ses études. Actuellement étudiant en sciences de la nature au Cégep de Sainte-Foy, il commencera en septembre un baccalauréat en génie physique pour devenir ingénieur dans les hautes technologies. «Je vois ça comme une montagne, mais pourquoi pas viser aussi une carrière cycliste? Je verrai selon comment se passent mes études. Pour l’instant, je pense continuer jusqu’à U23», a-t-il indiqué.

Encore des questionnements 

Si vous pensez que les questionnements de Duvernay-Tardif sont terminés maintenant qu’il est diplômé, détrompez-vous. Il doit choisir entre réaliser sa résidence à temps plein une fois sa carrière de footballeur terminée ou entamer sa résidence dès maintenant à temps partiel tout en jouant pour une équipe qui vise la victoire au Super Bowl.

«Je n’ai pas encore la réponse, mais pour moi, la priorité en ce moment, c’est d’être bon au football et de m’assurer d’être un médecin le plus compétent possible quand je vais avoir terminé. Comme médecin résident, j’ai une responsabilité envers mes pairs, mes patients», a spécifié Laurent Duvernay-Tardif, qui n’oubliera jamais son premier match dans la NFL.

«C’est grandiose, la NFL. C’est ancré dans la culture américaine. C’est vraiment un privilège de pouvoir goûter à ça en étant un joueur actif dans l’alignement partant», a-t-il avoué. 

La saison de football recommence le 5 septembre. Le Super Bowl aura lieu le 2 février.