Dustin Cook plus fort physiquement et psychologiquement a fait parler de lui, jeudi au Colorado.

Dustin Cook vice-champion du monde en super-G

Oubliez l'étiquette d'inconnu qui lui collait à la peau. Dustin Cook s'avère maintenant vice-champion du monde en super-G.
Un titre que le skieur alpin de Lac-Sainte-Marie a remporté à la surprise générale, jeudi, en prenant le deuxième rang des Mondiaux disputés à Vail, au Colorado. « Une performance épique », a soutenu le grand patron de Canada Alpin, Mark Rubinstein.
Cook, dont le meilleur résultat en carrière était une 12e place à Val Gardena en décembre, a terminé à 0,11 seconde du vainqueur, l'Autrichien Hannes Reichelt. Le Français Adrien Theaux complété le podium.
« Quand je suis arrivé au bas de la piste, j'ai perdu la tête. J'étais sous le choc, a affirmé l'athlète âgé de 25 ans durant une conférence téléphonique avec une dizaine de journalistes d'un peu partout au pays.
« J'ai crié beaucoup. »
Deuxième participation
Ce dernier en était seulement à sa deuxième participation aux championnats du monde. Il n'avait pas complété sa seule course, il y a deux ans, à Schladming, en Autriche.
Il s'agit de sa cinquième saison sur le circuit de la Coupe du monde. De loin sa plus fructueuse, lui qui a terminé quatre fois dans le top-20.
« Je ne suis pas un nom connu en Europe, a-t-il avoué.
« Mais j'ai obtenu plusieurs bons résultats depuis le début de la saison, a rappelé Cook plus tard. J'avais obtenu plusieurs bons intervalles ici et là. Je savais que c'était possible. Mais j'avoue que c'est quand même surprenant d'aboutir au deuxième rang. »
Son exploit a été souligné par plusieurs gloires du ski alpin. 
L'ancien Crazy Canuck, Ken Read, lui a dit de « porter avec fierté cette médaille d'argent ».
« T'as frappé dans le mille », a-t-il écrit sur son compte Twitter.
Dustin Cook n'a pas ménagé ses efforts durant l'été afin d'attaquer la nouvelle saison. On l'avait toujours dit talentueux depuis sa conquête du titre nord-américain au printemps 2010.
Mais il n'avait jamais réussi à dupliquer ces performances en Coupe du monde.
« Durant l'été, je suis devenu plus fort physiquement et j'ai apporté des petits changements dans ma préparation psychologique », a dit Cook, qui a ajouté une douzaine de livres de muscle à sa charpente.
Sa médaille d'argent, il l'a fêtée en compagnie de son père Paul de même que sa copine et skieuse américaine Abby Ghent, tous deux sur place au Colorado.
« Nous allons probablement prendre le souper ensemble et boire quelques verres », a affirmé le nouveau héros.
Une des dernières choses qu'il a tenu à dire durant la conférence téléphonique ? Oui, il est né à Ottawa, mais son chez-soi, c'est la municipalité de Lac-Sainte-Marie, en Outaouais.
Cook sera de retour en piste la semaine prochaine aux Mondiaux. Cette fois-ci, il prendra le départ du slalom géant.