Le skieur de l’Outaouais, Dustin Cook, annonce qu’il prendra sa retraite au terme de la Coupe du monde de Kvitfjell.

Dustin Cook mettra fin à sa carrière

Un des meilleurs skieurs alpins de l’histoire de l’Outaouais prendra sa retraite après une décennie sur le circuit de la Coupe du monde.

Canada Alpin a annoncé lundi que Dustin Cook disputera une dernière course en carrière ce week-end à Kvitfjell, en Norvège. Un appel-conférence est prévu mardi matin avec l’ancien vice-champion du monde en super-G.

L’athlète du lac Sainte-Marie se trouvait dans un avion vers la Scandinavie lorsque le communiqué de la fédération a été envoyé aux médias en fin de journée. Il a quand même pris le temps en plein vol de répondre au Droit via messagerie texte.

« J’ai beaucoup réfléchi durant ma récente pause de la compétition. J’ai réalisé que je ne suis plus animé de la même passion... que je n’ai plus le feu sacré », a écrit Cook.

Ce dernier avait fait l’impasse sur les épreuves de la Coupe du monde depuis sa 40e place à Val Gardena en Italie. Il devait prendre le départ du super-G à Kitzbühel, en Allemagne, à la mi-janvier.

Mais Cook, 31 ans, a annoncé son retrait de cette course, quelques jours auparavant, expliquant être épuisé mentalement. Les résultats n’étaient pas à la hauteur de ses attentes depuis une saison et demie.

Il y a eu notamment cet hiver une 50e place à Lake Louise suivie d’une 31e position au Colorado. Bien loin de sa victoire en Coupe du monde à Méribel, il y a déjà cinq ans.

« Le dévouement nécessaire à être le plus rapide possible sur une base quotidienne avait disparu. Le temps est venu de passer à autre chose », a avoué Cook, lundi, au Droit.

Membre de l’équipe canadienne depuis 2007, le futur retraité conclura son aventure à un endroit qu’il connaît bien. Il avait remporté la première de ses deux médailles en Coupe du monde à Kvitfjell, terminant troisième le 8 mars 2015.

Onze jours plus tard, il ajoutait l’or dans la même épreuve à Meribel en 2015.

Ce fut de loin sa meilleure saison en carrière puisque Cook avait pris le deuxième rang lors des Championnats du monde qui avaient eu lieu à Beaver Creek, au Colorado.

Le Mont Sainte-Marie, où Dustin Cook a fait ses classes durant son adolescence, avait nommé une piste en son honneur après son brio aux Mondiaux. Elle a aussi créé récemment le centre d’entraînement Dustin Cook afin de produire de futurs champions.

Cook avait été intronisé, il y a cinq ans, en tant que huitième et dernier membre des « Canadian Cowboys ».

Sa feuille de route comprend aussi une participation aux Jeux olympiques en 2018 à Pyeongchang de même qu’une saison ratée en 2015-2016 en raison d’une blessure à un genou.

« Je suis très fier de ce j’ai accomplies durant ma carrière. Enfant, j’ai toujours rêvé de devenir un Olympien, de me retrouver au sien de l’équipe nationale et de gagner des courses en Coupe du monde. Mais ça me semblait en même temps un rêve un peu trop fou pour que ça devienne réalité », a soutenu Cook sur le site web de Canada Alpin.

« Je vais l’avouer. J’ai réalisé des choses que je ne croyais pas possibles pour un “kid” qui grandissait dans l’Est ontarien et l’Ouest québécois. »

Le mot de la fin revient à son ancien coéquipier et champion en descente en 2009, John Kucera, qui était devenu son entraîneur dans la dernière année au sein de l’équipe nationale de vitesse.

« Ce fut un plaisir de travailler avec Dustin cette saison, d’apprendre à le connaître encore mieux. Il pourra toujours être fier de la carrière qu’il a connue. C’est pas mal spécial d’être médaillé à des championnats du monde. Peu de skieurs peuvent se vanter de ça », a affirmé Kucera sur le site web de Canada Alpin.

« Je lui souhaite bonne chance dans ses prochaines aventures. Tu ne sais jamais ce qui t’attend. Je parle en connaissance de cause ! J’ai bien hâte de voir où il aboutira ! »