Guy Boucher a envoyé un message à Matt Duchene (à gauche): l'attaquant doit être lui-même. Le principal intéressé a répondu avec un but et une passe dans la défaite contre les Kings de Los Angeles.

Duchene se réveille-t-il enfin?

SAN JOSE — Les Sénateurs d’Ottawa sont partis de la région de Los Angeles avec leur petit bonheur vendredi, bonheur qui a pris la forme du point de consolation obtenu la veille au soir dans un revers de 4-3 en prolongation aux mains des Kings.

Guy Boucher a envoyé un message à Matt Duchene (à gauche): il doit être lui-même. L’attaquant a répondu avec un but et une passe dans la défaite contre les Kings de Los Angeles.

L’Ontarien acquis de l’Avalanche du Colorado dans la mégatransaction à trois clubs qui a envoyé Kyle Turris à Nashville a doublé sa production avec Ottawa en y allant d’un but et une passe à son 13e match avec eux. 

Il a compté en avantage numérique au premier tiers en plus de préparer le but égalisateur de Ryan Dzingel avec 10 secondes à faire au temps réglementaire.

« Depuis qu’il est arrivé, Matt a eu des moments incroyables où il a été brillant, mais ça ne rentrait pas, soit pour lui où les gars qu’il alimentait. Je pense que c’est devenu un peu pesant pour lui de ne pas produire. Il charriait ça sur ses épaules alors que c’était toute l’équipe (qui ne comptait pas). Le message à Matt était de laisser ça derrière lui et d’être soi-même, de jouer avec un esprit libéré et il a été incroyable. On sait qu’à la longue, c’est ce qu’on va obtenir de lui », a commenté l’entraîneur-chef Guy Boucher après la rencontre.

Même si la défaite sur le but de Drew Doughty sur une descente à deux contre un où il était le défenseur des siens vu que Ryan Dzingel et Erik Karlsson s’étaient fait prendre profondément en zone adverse a laissé un goût amer dans sa bouche, Duchene était encouragé par sa tenue. « Je me sentais bien (jeudi soir). Le fait que j’ai fait face à de l’adversité en arrivant ici, que ce soit les rondelles qui ne rentraient pas pour mon trio ou les défaites de l’équipe, parfois tu essaies de trop en faire et d’être trop parfait. En fin de compte, il faut que tu ailles sur la glace et que tu joues, tout simplement. Joue au hockey, soit loose et de bonnes choses vont arriver. C’est quelque chose qui est difficile à faire quand on traverse des moments comme ceux-ci », a souligné Duchene.

Celui-ci trouvait qu’il était particulièrement positif qu’il ait marqué en avantage numérique, « vu que celui-ci en a arraché et qu’il doit se mettre en marche », a-t-il dit au sujet d’une unité qui n’a que quatre buts à ses 41 dernières chances de se déployer depuis son retour de Suède, il y a 11 matches.

L’autre bonne chose en ce qui concerne Duchene est que Boucher semble enfin lui avoir trouvé deux partenaires de trio avec qui il est en voie d’établir une certaine chimie, Ryan Dzingel et Bobby Ryan, muté à nouveau du trio de Derick Brassard et Mark Stone (Zack Smith l’a remplacé à leur gauche).

« On commence à figurer qui joue bien avec qui, le jeu de puissance a fonctionné, le désavantage numérique aussi... Dzingel a été un de nos meilleurs joueurs lors des quatre derniers matches, (Erik) Karlsson a encore bien joué. Il y a tellement de positif à sortir de ce match », a ajouté Boucher.

DZINGEL ACCROCHÉ... OU PAS

Dans les instants qui ont suivi le but gagnant de Drew Doughty, les caméras de télévision ont capté des images d’un Guy Boucher très animé au banc des Sénateurs parce qu’à l’autre bout de la patinoire, Ryan Dzingel avait été incapable de se replier quand il est entré en collision avec Anze Kopitar.

« Il a été accroché, mais je ne veux pas blâmer les arbitres ou utiliser toute autre excuse pour qu’on ait gagné ou perdu, ce n’est pas mon style », a dit Boucher après le match, lui qui a pris congé des journalistes vendredi alors que l’équipe voyageait vers San Jose.

Une autre théorie est que Dzingel a joué la comédie dans une tentative de faire écoper d’une punition au capitaine des Kings, mais les officiels n’ont pas mordu. Il s’est blâmé lui-même pour ce jeu qui s’est avéré coûteux après coup. « Il se passe bien des choses en prolongation, mais tu ne peux pas leur donner une descente en surnombre de la sorte. Ça nous a fait mal et c’est de ma faute », a-t-il déclaré.