Stéphanie Dubois sera une des doyennes du tableau principal du tournoi de l'ITF cette semaine.

Dubois affrontera la favorite du tournoi

La première fois qu'elle s'est amenée à Gatineau en 1999, Stéphanie Dubois était la cadette du championnat québécois des moins de 16 ans. Malgré ses 12 ans, elle avait montré des dents en atteignant les quarts de finale.
Quinze ans plus tard, la Lavalloise a parcouru beaucoup de chemin avant de revenir dans la région pour prendre part à la première édition du Challenger de Gatineau doté d'une bourse globale de 25000$US.
Elle a participé à 14 tournois du Grand Chelem. Elle a gagné le tournoi de Vancouver (75000$ en bourses) en 2009 avant de remporter les tournois de Granby et de Charlottesville en 2011 et celui de Troy en 2012.
Au sommet de son art, elle s'est hissée jusqu'au 87e rang mondial en 2012.
Aujourd'hui âgée de 27 ans, elle sera une des doyennes du tableau principal du tournoi de l'ITF cette semaine.
Blessée à un poignet, elle reprendra l'action aujourd'hui après cinq mois d'inactivité qui l'ont fait glisser jusqu'au 280e rang mondial.
Son retour ne sera pas de tout repos puisque le tirage au sort a été cruel.
Neuvième joueuse la mieux classée du tournoi, elle n'a pu être protégée parmi les huit premières têtes de série.
Ce soir, à son premier match depuis février, elle affrontera la favorite du tournoi, Risa Ozaki.
«C'est un match de premier tour qui aura des allures de finale!», s'est exclamée la Québécoise que les organisateurs ont gardée pour le dessert ce soir alors qu'elle sautera sur le terrain central à 17h30.
Ozaki occupe le 187e rang mondial. Elle a gagné le Challenger de Granby en 2013. Elle vient de gagner une ronde de qualification à Wimbledon.
«Je ne pensais pas devoir me mesurer à la favorite d'un tournoi dès mon retour au jeu, car je croyais être classée dans les huit premières, mais ce sera super d'affronter une bonne joueuse dès le départ. Ça va me forcer à jouer du bon tennis dès le début. Je suis complètement rétabli de ma blessure au poignet et j'ai besoin de jouer plusieurs matches. C'est pour ça que je serai aussi à Granby la semaine prochaine.»
S'il est vrai que Dubois aurait pu retrouver une adversaire moins coriace à son premier match, Ozaki vivra la même réalité en se frottant à une joueuse expérimentée qui a longtemps flirté avec le 100e rang mondial.
«J'ai gagné plusieurs matches en carrière contre des joueuses de son classement. Je veux gagner des matches pour améliorer mon propre classement qui ne reflète pas mon niveau de jeu. J'ai raté cinq mois de jeu. Regardez Aleksandra Wozniak. Elle était rendue 300e après avoir été blessée et elle est redevenue 106e aujourd'hui.»
Stéphanie Dubois se montre enthousiaste à l'idée d'effectuer son retour au jeu près de la maison, en sol québécois.
«Il faut jouer pour prendre confiance et me préparer à la Coupe Rogers, au US Open et au tournoi de Québec. J'ai été très bien accueillie par les gens du comité organisateur de Gatineau. Je suis contente de faire partie de la première édition de leur Challenger. Mon objectif est de revenir parmi les 100 meilleures joueuses, mais je vais y aller tournoi par tournoi. Présentement, je me sens bien.»
jfplante@ledroit.com