Dans un monde idéal, Pierre Dorion réussirait à négocier de nouveaux contrats à long terme pour son capitaine et super-vedette Erik Karlsson.

Dorion réitère vouloir garder Karlsson

Pierre Dorion n’a pas dévoilé son plan exact pour relancer les Sénateurs d’Ottawa vendredi lorsqu’il a répondu à des questions de détenteurs d’abonnements saisonniers de l’équipe.

Le directeur général du club qui achève une décevante saison 2017-2018 a cependant laissé entendre que dans un monde idéal, il réussirait à négocier de nouveaux contrats à long terme pour son capitaine et super-vedette Erik Karlsson, ainsi que deux autres piliers en Mark Stone et Matt Duchene, ce qui fait croire qu’il n’est pas question d’une reconstruction complète.

Dorion a commencé son appel-conférence en présentant les condoléances de l’équipe à Karlson et son épouse Melinda, qui ont perdu l’enfant qu’ils attendaient plus tard ce printemps au début de la semaine. « À son retour, s’il revient (cette saison), nous allons faire tout en notre possible pour l’appuyer, lui, sa femme et sa famille », a-t-il indiqué.

Avant même d’accepter la première question, il a tenu à faire une déclaration concernant l’avenir de Karlsson avec l’équipe, lui qui a fait l’objet de rumeurs de transactions le mois dernier.

« Erik est un joueur fantastique. La relation entre lui, (le propriétaire) Eugene (Melnyk) et moi est forte, et je veux que vous le sachiez tous... Quand nous allons pouvoir offrir un contrat à Erik le 1er juillet, nous allons le faire. J’espère que ça clarifie les choses. Nous n’allons pas parler de façon spécifique de trop de joueurs, mais je pense qu’il est important de mentionner cela », a-t-il dit.

Dorion a l’intention de négocier également avec Stone, un joueur autonome avec compensation ayant droit à l’arbitrage, et Duchene, qui est dans le même bateau que Karlsson alors que son contrat arrive à échéance après la prochaine saison et qu’une prolongation de contrat peut être négociée après le 1er juillet. Malgré un lent départ après son acquisition du Colorado en novembre dans l’échange qui a envoyé Kyle Turris à Nashville, il a amassé 19 buts et 40 points en 59 matches depuis la transaction.

« Je ne regarde pas si loin que ça, je me concentre sur les neuf matches qu’il nous reste. Mais une fois rendu à l’été, je serai content si mon agent et l’équipe en discutent, on verra ce qui va arriver, a dit Duchene à ce sujet. J’ai aimé mon séjour ici et je sais que nous avons une équipe qui peut gagner une coupe Stanley avec ce que nous avons présentement et ce qui s’en vient. J’ai confiance en ce que je vois du plan à date, on verra cet été ce qui va arriver, mais je suis intéressé à explorer un avenir ici, absolument. »

Avenir de Boucher

Dans un autre ordre d’idées, Dorion s’est fait demander si l’entraîneur-chef Guy Boucher sera de retour à la barre de l’équipe l’an prochain, lui qui écoule la deuxième année d’un contrat de trois ans.

Alors qu’il avait dit au Droit après avoir obtenu sa propre prolongation de contrat au début février que « Guy, c’est mon “coach” », Dorion n’a pas voulu lui donner de vote de confiance cette fois. 

« Nous pensons tous que Guy est encore un très bon entraîneur. Mais en disant cela, nous n’avons pas répondu aux attentes, donc à la fin de l’année, je pense que nous devons évaluer ce que nous faisons. Présentement, donner un vote de confiance ou le contraire n’est pas la bonne chose à faire. Nous avons encore neuf matches à jouer et nous allons nous asseoir et regarder cela à la fin de la saison », a-t-il souligné.

LA DURE SOIRÉE DE BURROWS

Dure soirée pour Alexandre Burrows jeudi soir lors du match contre les Oilers.

Pendant la période d’échauffement, il a eu droit à une douche de neige courtoisie du nouveau venu Christian Wolanin, qui a freiné brusquement près de lui alors qu’il faisait des exercices d’étirement près du banc. La scène a été captée par les caméras de télévision.

«J’ai blagué avec quelqu’un au banc que c’était ça la nouvelle génération de joueurs, il ne respecte pas les plus vieux... Non, sérieusement, il était dans sa bulle et il m’a vu à la dernière minute, il s’est excusé tout de suite et il l’a fait encore ce matin», a raconté Burrows vendredi. 

Ce dernier a aussi fini le match à l’infirmerie, une rondelle lancée dans le banc des Sénateurs par Fredrik Claesson l’ayant atteint en plein sur l’oreille droite, ce qui a nécessité 12 points de suture.