Le match entre les deux clubs universitaires de la capitale nationale a été ponctué d’escarmouches.

Deuxième remontée des Ravens contre les Gee Gees

La bannière de la Classique Colonel By va rester à l’université Carleton pour une deuxième année de suite.

Et pour une deuxième édition consécutive, les Gee Gees de l’Université d’Ottawa ont laissé filer une avance de 2-0 après 40 minutes de jeu avant de s’effondrer dans le troisième tiers au grand bonheur des étudiants de Carleton qui se bombaient le torse au son de la sirène avec des chants peu flatteurs envers l’établissement bilingue de la capitale nationale.

En 2018, les Ravens avaient remonté le pointage pour l’emporter 4-3 en fusillade. Cette fois, les hommes de Shaun Van Allen ont marqué quatre buts consécutifs en troisième période pour l’emporter 4-2. Ils ont ainsi vengé leur revers de 2-1 contre ces mêmes Gee Gees pas plus tard que dimanche dernier.

Pour la troisième fois en quatre éditions, les Ravens sont sortis vainqueurs de la rivalité des campus ottaviens. Le match de vendredi a rassemblé la meilleure foule des quatre éditions avec 2861 spectateurs, mais ils semblaient plus nombreux que cela dans les estrades.

À mesure que le match avançait, les gradins se remplissaient. La majorité des étudiants sont arrivés en deuxième période ! Ceux des Gee Gees ont festoyé dans la deuxième période après des buts de Kevin Domingue et Daniel Hardie, qui ont déjoué Justin Nichols dans la même minute de jeu.

Comme les Ravens n’avaient pas trouvé le moyen de battre Domenic Graham dans les 40 premières minutes, le party était surtout pris d’un seul côté de la Place TD.

Dans le camp des Ravens, une chance que les meneuses de claque étaient là pour s’occuper de l’animation, car les occasions de se réjouir n’avaient pas été nombreuses.

Point tournant

Tout a basculé en troisième période quand Alexandre Boivin a amorcé la remontée. Jared Steege, un ancien des 67’s d’Ottawa a aussitôt égalé la marque. Le vent venait de tourner. Les Ravens ont dirigé 14 tirs consécutifs sans réplique des Gee Gees et Cody McDonald a fait sauter les sections du côté nord quand il a donné les devants aux siens sur une séquence aux le Gris et Grenat avait été complètement débordé.

Alexandre Boivin, l’ex-Rempart de Québec, a ensuite assuré la victoire en comptant un but dans un filet désert.

«C’est mon quatrième match du Colonel By. Nous sommes plusieurs vétérans dans le vestiaire. Nous étions dans la même position l’an dernier. En arrière 2-0 après deux périodes. On savait que c’était possible de remonter. Nous avons gardé le contrôle de nos émotions. Nous avons travaillé plus fort et de bonnes choses arrivent dans ces moments-là. Les Gee Gees ont joué sur les talons quand nous avons commencé à attaquer davantage. Ils n’étaient plus capables de nous suivre quand nous étions dans leur zone.»

Étudiant de cinquième année, Boivin dit qu’il a vécu sa meilleure ambiance de la rivalité des campus vendredi soir.

«L’événement prend de l’ampleur. Éventuellement, ça serait bien que ça prenne les mêmes proportions que la Panda.»

Chez les Gee Gees, l’entraîneur-chef Patrick Grandmaître fulminait après avoir vu la victoire lui glisser entre les mains.

«Nous avons manqué de sentiment d’urgence après avoir pris l’avance 2-0. Je l’ai senti qu’il nous manquait quelque chose. Nous avons joué avec mollesse. Nous avions l’air fatigués au moment où ils ont haussé leur jeu d’un cran. Nous n’avons pas pu répondre. Je suis très déçu de notre façon de jouer. Nous les avons laissés nous prendre la rondelle. Les quatre buts ont été causés par des revirements. Tu ne peux pas tricher dans ce jeu. Ça vient toujours te mordre.»

Les clubs #3 (Carleton) et #4 (Ottawa) au Canada vont s’affronter une dernière fois à la mi-janvier. Avec une série égale à 1-1 cette saison, ils auront encore des choses à régler.