Paige Nadeau et Béatrice Bernier font partie des joueuses qui représenteront le Québec lors du Match mondial de hockey féminin.

Deux Gatinoises dans un match mondial [VIDÉO]

Gros week-end en vue pour le hockey féminin à travers le monde. Quarante pays présenteront des parties d’une heure les unes à la suite des autres.

Le Canada, lui, tiendra sa joute à Saint-Jean de Terre-Neuve. Quarante adolescentes âgées de moins de 15 ans fouleront la glace.

Dans le lot, il y aura deux athlètes de l’Outaouais qui agiront en tant que représentantes du Québec. Elles s’appellent Béatrice Bernier et Paige Nadeau.

La première patrouille la ligne bleue. Elle a donné ses premiers coups de patin chez les garçons à Aylmer avant de se joindre aux filles l’automne dernier.

Bernier porte les couleurs de l’équipe bantam AA des Dynamites de Gatineau. Même chose dans le cas de Nadeau, une joueuse de centre qui a été choisie capitaine par ses coéquipières avant le début de la saison régulière.

« Nous partons vendredi », a souligné Nadeau, avant un entraînement intensif tenu au complexe Branchaud-Brière.

« Nous avons hâte », a ajouté Bernier, dont le sourire en disait long.

La paire a été choisie à la suite d’un concours organisé avant la période des Fêtes par Hockey Québec. Elle a dû répondre à une série de questions.

Nadeau, 14 ans, a parlé de l’influence que le hockey peut avoir sur le quotidien d’une jeune fille de son âge. « C’est comme avoir une deuxième famille », a-t-elle résumé au journaliste.

Bernier, elle, a raconté ses débuts dans ce sport. C’est son frère plus vieux qui l’a motivée à tenter sa chance. Elle voulait lui faire compétition.

« C’est devenu une passion », a-t-elle avoué en parlant du hockey féminin qui compte 255 joueuses et 10 équipes dans la région selon Hockey Outaouais.

L’inconnu attend ces deux coéquipières lors de leur court séjour dans les Maritimes. « Chaque province est représentée par deux joueuses, a souligné Bernier.

«On ne connaît pas les autres joueuses. On va les découvrir sur la glace», a enchaîné Nadeau.

La composition des deux équipes n’a pas encore été décidée. Elle se fera lors d’un tirage au sort. C’est l’idée de la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) qui a lancé ce concept du Match mondial de hockey féminin.

«Ça se peut que Béatrice et moi, nous ne jouions pas dans la même équipe», a souligné Paige Nadeau.

Il y aura l’équipe des Bleus d’un côté, l’équipe des Blancs de l’autre. Ce sera le cas dans les autres nations.

Au fur et à mesure qu’une partie se terminera dans un pays et qu’une autre s’amorcera ailleurs, le pointage continuera à grimper entre les deux formations.

«L’an passé, le match a fini 137 à 135», a noté Nadeau.

Le but ? Que des joueuses de diverses fédérations soient unies en tant que coéquipières.

«Ce sera une bonne expérience. Nous allons découvrir des styles de jeu différents. Et nous allons nouer de nouvelles amitiés», a souligné Nadeau.

Quant à Béatrice Bernier, le Match mondial de hockey féminin marquera un retour au jeu. Elle se remet d’une commotion cérébrale.

À leur retour en Outaouais, Nadeau et elle renoueront avec leurs coéquipières des Dynamites dont la fin de saison sera occupée.

Un tournoi à Sherbrooke se trouve au menu tout comme les séries éliminatoires de la ligue ontarienne dans laquelle l’équipe évolue. C’est sans oublier la Coupe Dodge en avril.