Troisième au Grand Prix de Bahreïn, le champion en titre Lewis Hamilton a maintenant été privé de victoire lors des cinq derniers Grands Prix, sa plus longue disette depuis 2016, alors que son coéquipier Nico Rosberg avait remporté le championnat des pilotes.

Des erreurs qui coûtent cher à Mercedes

SAKHIR — Le champion du monde Lewis Hamilton veut que l’écurie Mercedes améliore rapidement ses communications en courses.

Après seulement deux courses, Hamilton est déjà mécontent. Avec raison, quand on considère que son rival Sebastian Vettel les a toutes deux remportées. Après sa victoire à Melbourne, le pilote Ferrari a gagné le Grand Prix de Bahreïn dimanche, alors que Hamilton a terminé troisième.

«C’est très marginal maintenant, a dit Hamilton. Ça démontre toute l’importance des communications et comment les petites choses peuvent faire la différence, procurer des points supplémentaires.»

La frustration de Hamilton dure depuis Melbourne, où une erreur d’un ordinateur de l’écurie a donné la victoire à Vettel. Hamilton était en contrôle, mais il a pris le deuxième rang puisque l’ordinateur a mal calculé l’écart entre sa Mercedes et la Ferrari de Vettel quand ce dernier est entré aux puits.

L’objectif de Hamilton à Bahreïn était de limiter les dégâts : il partait neuvième en raison d’un changement non autorisé de sa boîte de vitesse. Le Britannique estime toutefois qu’il aurait pu faire mieux avec une meilleure stratégie plus audacieuse.

L’autre pilote Ferrari, Kimi Räikkönen, était hors course à la suite d’un incident dans les puits, tandis que Vettel peinait à maintenir sa position en raison de la dégradation de ses pneus. Malgré cela, Hamilton ne savait pas à quel point il pouvait pousser ses pneus dans les derniers 15 tours en raison des problèmes de communications.

«Je pilotais à l’aveugle pendant un certain temps. Nous devons travailler là-dessus, a-t-il indiqué. La radio ne fonctionnait pas adéquatement. Ils ne m’entendaient pas et moi je ne les entendais pas. Quand vous vous concentrez à recevoir des commentaires, vous cessez de penser à votre trajectoire.»

Mercedes domine depuis quatre ans, mais l’écurie semble montrer quelques failles cette saison.

Bien que les critiques de Hamilton ne visent pas une seule personne en particulier, il souhaite des réponses dès le Grand Prix de Chine, ce week-end. «Nous allons assurément nous asseoir et discuter de meilleure façon ; nous asseoir et revoir les deux dernières courses, a commenté Hamilton. Je ne peux me permettre de perdre plus de points aux mains de Sebastian.»

Avec 62 victoires et 73 poles positions – un record –, Hamilton est en position d’en exiger autant. «Afin que notre stratégie fonctionne, ont doit tous être sur la même longueur d’onde. (De me dire) “fais ce temps” ne me dit pas grand-chose. (...) C’est comme d’escalader une montagne dans de la boue glissante. C’est comme ça que je me sens.»

LE MÉCANICIEN BLESSÉ VA BIEN
Le mécanicien de l’écurie Ferrari ayant subi une fracture de la jambe après avoir été heurté par la voiture de Räikkönen a affirmé bien se porter à la suite de l’intervention chirurgicale.

Sur Instagram, Francesco Cigarini a écrit : «Opération OK. Je dois remercier tous les gens qui se sont inquiétés pour moi». Cigarini a inclus une photo de lui de son lit d’hôpital, pouce en l’air. Sa jambe gauche est couverte d’un plâtre qui va de sa cuisse jusqu’aux orteils.

Räikkönen a aimé la publication.

L’incident s’est produit lors d’un changement de pneus raté, dimanche. Tandis que Räikkönen quittait les puits, sa roue arrière gauche – qui n’était pas encore bien fixée – a heurté la jambe de Cigarini, le jetant au sol.

Ferrari a indiqué que Cigarini a probablement subi une fracture du tibia et du péroné.