Vingt-trois joueurs seront sélectionnés, dans chaque catégorie, en prévision des camps qui devraient avoir lieu en août.
Vingt-trois joueurs seront sélectionnés, dans chaque catégorie, en prévision des camps qui devraient avoir lieu en août.

Des camps en août pour les hockeyeurs d’élite?

Le petit monde du hockey mineur en Outaouais est encouragé par les plus récentes données liées à la COVID-19. Dans l’espoir d’un retour à la normale, les responsables de la structure intégrée de l’Intrépide de l’Outaouais planifie des camps de sélection pour la fin de l’été.

«Les choses ont changé la semaine dernière», explique le directeur adjoint de la structure, Claude Dubuc.

La semaine dernière, le gouvernement du Québec autorisait la ré-ouverture des arénas. Au même moment, Hockey Québec se montrait ouverte à «brûler» quelques étapes, dans son plan de retour au jeu.

Dans la foulée de ces annonces, les gens de l’Intrépide ont décidé de remettre les camps de sélection sur les rails. Le processus sera toutefois différent.

Dans une année «normale», on accueille entre 50 et 70 joueurs aux camps printaniers des équipes pee-wee AAA, pee-wee AAA relève, bantam AAA, bantam AAA relève et midget espoir.


« Ce ne sera pas évident, entre autres pour le pee-wee AAA relève. »
Claude Dubuc

Au terme de ces camps, les entraîneurs effectuent une première vague de coupes. Les finalistes reviennent pour la deuxième portion des camps, à la fin de l’été.

Cette année, on renoncera à la première portion des camps.

Vingt-trois joueurs seront sélectionnés, dans chaque catégorie, en prévision des camps qui devraient avoir lieu en août.

Les joueurs – et leurs parents – qui étaient déjà inscrits et qui ne seront pas invités seront remboursés.

Cette façon de procéder pourrait ne pas faire l’unanimité. Plusieurs joueurs n’auront pas la chance de se faire valoir.

M. Dubuc reconnaît que le contexte n’est pas idéal.

«Ce ne sera pas évident, entre autres pour le pee-wee AAA relève, qui se forme chaque année avec des joueurs issus du atome AA ou BB. Nos entraîneurs ont quand même pris le temps de les suivre, au cours de la dernière année. Et on peut dire la même chose des entraîneurs qui dirigent toutes les autres équipes. Ces gens-là font leurs devoirs», affirme-t-il néanmoins.

Ailleurs, dans d’autres régions du Québec, les équipes compétitives pourraient être sélectionnées de façon virtuelle. Les camps de sélection pourraient être complètement annulés.

«Nous, en invitant 23 joueurs par catégorie, on offre un bon compromis», pense M. Dubuc.

En ce moment, Hockey Québec jongle avec la possibilité d’entreprendre la saison dans la phase 5 de son plan. Cette phase permettrait la présentation de matches à trois contre trois ou quatre contre quatre, à l’échelle régionale.

Les joueurs qui seraient retenus au sein des équipes de la structure intégrée n’auraient donc pas l’opportunité de voyager afin d’affronter les autres équipes de la Ligue de hockey d’excellence du Québec.

Dans l’attente de la phase 6, qui permet le retour de toutes les compétitions, les hockeyeurs d’élite de l’Outaouais pourraient se concentrer sur des activités intra-équipe.

Midget AAA

Les choses progressent aussi sommet de la pyramide du hockey mineur.

Les dirigeants de la Ligue de développement midget AAA du Québec ont adopté un plan de retour à la compétition, durant une rencontre par visioconférence, mardi.

Toutes les équipes ont donné leur accord à une saison régulière de 40 matches qui prendrait son envol le 11 septembre prochain.

L’Intrépide de Gatineau pourrait donc organiser son camp de sélection, comme à l’habitude, au début du mois d’août.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec, on vous le rappelle, vise un retour au jeu – avec spectateurs – au début du mois d’octobre.