Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Erik Breton
Erik Breton

Des bourses pour souligner la mémoire d’un coach aimé

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plus de trois mois se sont écoulés depuis le décès de son bon ami qui s’avérait un des entraîneurs les plus respectés du football scolaire en Outaouais.

Une période durant laquelle Erik Breton voulait honorer la mémoire de Jérôme Tremblay, qui a rendu l’âme au début de novembre après une longue bataille contre un cancer du pancréas. Il n’avait que 45 ans.

«Nous avions des valeurs similaires. Il trouvait toujours une façon de motiver les élèves et les engager via le sport scolaire. Je ne voulais pas que tout ce qu’il a fait soit oublié. Ça me tenait à coeur qu’on se souvienne de lui à long terme pour son impact chez les jeunes et le football. Je cherchais une façon de faire ça.»

Tremblay était un entraîneur de football depuis une décennie au collège Nouvelles Frontières. Il s’avérait aussi un éducateur dans cette école secondaire.

Breton, qui est animateur sportif à la polyvalente Le Carrefour en plus d’être officiel au football, a eu l’idée d’amasser de l’argent afin de créer des bourses. Pendant vingt-quatre jours en décembre, il a relevé les défis sportifs du calendrier de l’avent du RSEQ.

Le tout était diffusé sur les médias sociaux. L’homme de 40 ans a récolté près de 2500 $ via la plateforme de sociofinancement GoFundMe.

«De l’argent ramassé à travers la communauté, que ce soit du personnel d’écoles, des anciens athlètes de Jérôme et des amis ou de la famille», explique Breton.

Restait à trouver un partenaire dans ce projet. Quelques démarches effectuées ici et au fil de l’hiver l’ont mené vers la Fondation Pat-Burns, qui a accepté de rendre un hommage spécial à Jérôme Tremblay lors de la cinquième édition de la semaine «J’aime mon coach» prévue en septembre prochain.


« Je sais qu’il y a plusieurs jeunes et entraîneurs qui oeuvrent dans l’ombre. Une bourse comme ça peut les aider et surtout les valoriser. »
Erik Breton

Les sommes amassées par Breton seront remises sous forme de bourses de «motivation scolaire» à de jeunes athlètes issus de familles moins nanties de même qu’à des entraîneurs pour l’achat d’équipement ou la réalisation de projets spéciaux.

«Lorsqu’Erik nous a approchés avec ce projet, nous avons tout de suite accepté. La Fondation a été créée pour ça, pour aider nos athlètes dans leur parcours sportif et pour rendre hommage aux entraîneurs de l’Outaouais qui se dévouent avec passion dans la réussite de leurs athlètes», souligne le président de la Fondation Pat-Burns, Jason Burns.

Que l’initiative soit dévoilée ces jours-ci ne s’avère pas le fruit du hasard.

«C’est la semaine de la persévérance scolaire. Aussi, c’est le temps de l’année où les camps de football recommencent habituellement», rappelle Erik Breton.

«La reconnaissance s’avère un facteur très puissant de motivation pour continuer à s’impliquer. Je sais qu’il y a plusieurs jeunes et entraîneurs qui oeuvrent dans l’ombre. Une bourse comme ça peut les aider et surtout les valoriser.»

Quelque part dans le ciel au-dessus de l’Outaouais, il y a un coach décédé trop jeune qui applaudit un officiel et une fondation pour leurs efforts.