Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sherrod Baltimore
Sherrod Baltimore

Des biscuits géants et un nouveau contrat pour le petit Sherrod

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Un des joueurs favoris de la foule à la Place TD continuera à défendre les couleurs du Rouge et Noir en 2021.

Sherrod Baltimore a accepté un nouveau pacte d’une saison. Le demi défensif américain aurait pu devenir joueur autonome le mois prochain.

«Je veux rester ici parce que j’aime Ottawa. Toute la ville sait à quel point je me plais ici. Tellement que je me vois y passer le reste de ma vie», a soutenu l’athlète âgé de 28 ans au bout du fil.

Baltimore, qui a grandi dans la pauvreté dans la région de Washington, s’était taillé un poste chez le Rouge et Noir en tant que joueur invité au camp d’entraînement en 2017. Il avait évolué auparavant à l’Université du Maine.

Malgré son petit gabarit de cinq pieds dix pouces et 175 livres, il s’est rapidement gagné la faveur des amateurs. Autant par son look aux longues tresses africaines qui cachent son numéro 27 dans le dos que son style spectaculaire.

En 49 parties chez le Rouge et Noir, Baltimore a réussi 91 plaqués. Il a aussi effectué une interception lors du match de la coupe Grey en 2018, à Edmonton.

Ajoutez à cela qu’on le voit partout dans la communauté depuis son arrivée. Il donnait des cliniques à des demis défensifs du football mineur dans la région avant la pandémie.

«Je suis aussi ambassadeur pour BBX Collection, une boutique de vêtements pour femmes ici à Ottawa. Je suis ambassadeur pour les biscuits Skuish. Ce sont parmi les plus gros biscuits que tu peux manger. Ils sont tellement bons!»

Sherrod Baltimore était en forme en ce lundi après-midi.

«Je ne peux pas me plaindre malgré tout ce qui se passe autour de nous», a-t-il souligné.

Le jeune vétéran du Rouge et Noir a décidé de rester dans la capitale canadienne durant la pandémie au lieu de retourner dans la capitale américaine. «Parce que je suis bien ici. J’ai une maison. J’ai même un chien.»

Draco le bulldog possède même son propre compte Instagram!

Baltimore occupe un emploi entre deux entraînements qui lui permet de découvrir Ottawa. Une entreprise d’électriciens l’a embauché.

«Pour assurer la livraison de conduits et filage sur divers chantiers, dont celui du Parlement et l’Ambassade de France. J’ai beaucoup appris en peu de temps sur ce domaine, même si je ne touche pas à l’électricité! C’est mieux comme ça!»

Il n’y a pas que les amateurs qui l’adorent. Le directeur général Marcel Desjardins aussi.

Plus précisément «Monsieur Marcel» comme l’appelle Sherrod Baltimore depuis ses débuts à Ottawa.

Marcel Desjardins

«Un type qui me respecte. Un leader. Une personne qui va toujours être directe avec toi. Si tu ne joues pas bien, il va te le dire. Il ne se gênera pas. J’aime ça. Il s’assure aussi d’un bon esprit de famille dans le vestiaire. Il ne va pas tolérer un joueur qui ne respecte pas les valeurs de l’organisation. Puis, ça reste l’homme qui m’a donné l’opportunité de jouer au football professionnel.»

Laing revoit son contrat

En plus d’annoncer la mise sous contrat de Baltimore, le Rouge et Noir a confirmé lundi le retour de l’ailier défensif Dany Mason, 30 ans, avait réussi quatre sacs en 15 parties en 2018. La saison suivante, il avait été limité à deux parties en raison d’une blessure, récoltant tout de même six plaqués et un sac.

Marcel Desjardins a aussi convaincu un autre vétéran de restructurer son contrat à la baisse. Après Antoine Pruneau la semaine dernière, ce fut le tour du plaqueur canadien Cleyon Laing dans les dernières heures.

Les seuls hauts salariés qui n’ont pas été touchés par la cure minceur rendue nécessaire par la COVID-19? Nick Arbuckle, Brad Sinopoli et Alex Mateas.