« Mes attentes sont les mêmes tout le temps, je veux gagner le prochain match. Ça a toujours été mon approche », a déclaré l’entraîneur des Sénateurs, Guy Boucher, à l’aube du premier match de la saison.

Des attentes modérément élevées

Équipe Cendrillon du dernier printemps, les Sénateurs d’Ottawa amorcent la saison de leur 25e anniversaire de fondation au milieu d’une certaine crise identitaire.

Les attentes devraient être assez élevées pour un club qui a poussé les champions de la coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh, dans leurs derniers retranchements, mais pourtant après une saison morte où ils ont vu leur super-vedette Erik Karlsson être opérée à un pied en plus d’avoir perdu un pilier à la ligne bleue en Marc Méthot, son partenaire des dernières années, nombreux sont les observateurs qui s’attendent à une régression lors de la deuxième saison de Guy Boucher derrière leur banc.

Le directeur général Pierre Dorion a aussi laissé partir des vétérans aux rôles secondaires comme Victor Stalberg et Tommy Wingels pour faire place à des jeunes – Colin White, actuellement blessé, ainsi que les surprises du camp, Logan Brown et Alex Formenton – qui chercheront également à compenser l’absence de Clarke MacArthur, qui n’a pas réussi son examen médical en se rapportant au camp.

« On va voir ce que ces jeunes vont pouvoir accepter comme responsabilités et on va s’ajuster », a dit Boucher mercredi, à la veille du match inaugural contre les Capitals de Washington.

Leur essai pourrait durer neuf parties ou moins, alors que Dorion n’a pas caché cette semaine qu’il cherche du renfort en attaque.

En attendant, Boucher dit que ses attentes à lui ne changent pas envers son club.

« Mes attentes sont les mêmes tout le temps, je veux gagner le prochain match. Ça a toujours été mon approche. Quand je ne fais pas ça, et il en va autant pour les joueurs, on se perd. On regarde des semaines et des mois plus tard, on s’attend à être rendu quelque part avant même d’avoir fait les premiers pas. Là, en ce moment, c’est déjà assez dur d’avoir la bonne attitude, la bonne éthique de travail et la bonne discipline pour commencer, parce que le danger est d’être un peu dans une zone de confort à cause de ce qu’on a fait la saison dernière. C’est mon focus présentement, un focus de courte durée, de début de saison », a indiqué l’entraîneur-chef québécois.

Dès le premier jour du camp et tout au long de celui-ci, Boucher a martelé que tout est à recommencer en 2017-2018, avec un groupe de joueur différent avec les soustractions mentionnées plus tôt et les additions des vétérans Freddy Oduya et Nate Thompson. Son message a été saisi par ses vétérans.

« Tout le monde recommence à zéro à nouveau. Dans le monde du sport, tu dois te préparer pour le prochain match, puis le suivant, et le suivant après ça. C’est excitant de commencer une nouvelle saison, il va y avoir de la bonne énergie dans l’édifice et nous devons l’utiliser à bon escient. On doit être prêt au pire et espérer pour le mieux », a commenté le gardien Craig Anderson.

Armé d’une prolongation de contrat de deux ans, celui-ci espère que la prochaine saison sera plus « normale » que la dernière, marquée par la maladie de son épouse Nicholle qui s’était cependant avérée un élément rassembleur pour l’équipe. « Les 12 derniers mois ont été difficiles, mais moi personnellement et ma famille, nous voulons aller de l’avant et nous concentrer sur la tâche qui nous attend, soit d’être en santé et jouer du bon hockey. Comme équipe, notre état d’esprit est de se rappeler qu’on s’est rendu où on s’est rendu parce qu’on a travaillé fort, on l’a mérité. Ça n’arrive pas juste en lançant tes bâtons sur la glace, tu dois t’occuper du processus et faire confiance au système », a-t-il ajouté.

Les vétérans des Sénateurs affirment qu’il n’y a pas de danger qu’ils essaient de sortir du système défensif de Guy Boucher pour essayer d’engraisser leurs fiches personnelles. « Il y a un certain équilibre quand même, il faut compter des buts pour gagner des matches, tu ne peux pas t’attendre à tous les gagner 1-0 en tirs de barrage, a dit l’ailier droit Mark Stone. Il faut prendre des chances de temps en temps. Dans notre cas, ça aiderait si on pouvait produire plus en avantage numérique que l’an passé. En même temps, il faut réaliser que la saison dernière est terminée. C’est un nouveau départ. On a 82 matches à jouer contre 30 autres équipes, qui veulent faire la même chose que nous, jouer à nouveau pour la coupe Stanley. »

LES SÉNATEURS EN BREF

Pageau à droite

Alors que Logan Brown obtient un essai au centre en début de saison, c’est Jean-Gabriel Pageau qui est appelé à lui céder sa place, Guy Boucher ayant décidé de l’insérer sur un trio à caractère strictement défensif aux côtés de Nate Thompson et Tom Pyatt. « Ils sont nos trois joueurs les plus fiables défensivement et ils vont jouer contre le meilleur trio des Capitals. Mais est-ce celui de (Nicklas) Backstrom ou (Alex) Ovechkin ? », a demandé Boucher. Celui-ci a aussi indiqué que Pageau sera appelé à prendre les mises au jeu du côté droit de la glace, son côté fort, et Thompson du côté gauche. « Dans le hockey d’aujourd’hui, il n’y a plus de centres et d’ailiers, il y a trois avants qui doivent faire le travail. Si un gars tombe en zone adverse, quelqu’un d’autre doit le remplacer (en repli) », a-t-il expliqué.

Chiasson signe à Washington

C’est la première fois que les Sénateurs et les Capitals s’affrontent en match inaugural et le hasard faisant drôlement les choses, l’attaquant Alex Chiasson aura l’occasion d’affronter son ancien club puisqu’il a gagné son pari au camp de Washington, signant un contrat d’un an pour 660 000 $ mercredi après y avoir pris part en tant que simple invité. Échangé à Calgary à l’été 2016 contre le défenseur des mineures Patrick Sieloff, Chiasson a passé deux saisons à Ottawa après avoir été acquis dans l’échange qui a envoyé Jason Spezza à Dallas. « Dans ma situation des dernières années où j’ai changé d’équipe, il arrive un moment où comme joueur, tu veux montrer que tu as ta place dans cette ligue. J’ai appris du passé, je comprends la ligue et je sais ce que ça prend pour connaître du succès », a-t-il dit à AP.

Entre les lignes

Les Sénateurs ont beau avoir retiré environ 1500 billets de la circulation pour la présente saison, plaçant de gigantesques banderoles sur les sièges du haut du troisième balcon, il y a de fortes possibilités que leur match inaugural ne fasse pas salle comble alors que plusieurs centaines de billets étaient toujours en vente mercredi soir... C’est évidemment Craig Anderson qui sera devant le filet pour ce match, son vis-à-vis étant Brandon Holtby. Guy Boucher a dit qu’il n’a pas de nombre de matches qu’il aimerait donner à son gardien numéro un cette saison, spécifiant que Mike Condon jouera « parce qu’il est capable de le faire et que c’est bon que Craig arrive en fin de saison frais ». Condon jouera assurément la majorité des 19 occasions où les Sénateurs joueront deux parties en deux soirs.