Le camp du Oui était extrêmement déçu de la décisions des Calgariens.

Des athlètes déçus du résultat du vote

TORONTO — Une rotation des villes où se tient l’Olympiade ? Une seule destination tous les quatre ans ? Laisser tomber complètement la formule de mise en candidature ?

Il n’y a pas de réponse simple à ce qui est devenu un défi de nos jours : trouver des villes candidates intéressées et équipées pour accueillir les Jeux d’hiver.

Les rêves de Calgary pour 2026 sont au neutre après la victoire du Non lors du vote de mardi. Seules Stockholm et Milan-Cortina restent en lice, mais rien n’est simple là non plus.

Les efforts déployés par le Canada pour accueillir les Jeux d’hiver, à Calgary en 1988 et à Vancouver en 2010, ont été dans l’ensemble considérés comme une réussite. Toutefois, les dépassements de coûts massifs d’autres villes hôtes – notamment Sochi en 2014 – ont contribué à alimenter les inquiétudes quant à l’après-Jeux.

Le CIO a récemment rompu avec la tradition des Jeux d’été en transformant en déclarant deux hôtes en même temps (Paris en 2024 et Los Angeles en 2028).

Pour les Jeux d’hiver de 2022, la ville de Pékin, peu reconnue pour les merveilles de l’hiver, a battu une seul concurrente soit Almaty, au Kazakhstan.

« Le monde a changé, a déclaré mercredi la présidente du Comité olympique canadien, Tricia Smith. Je pense que nous avons vu des méga-projets qui ont peut-être effrayé un peu les gens. C’est un problème que le CIO a certainement abordé dans ce domaine.

«Calgary l’a vraiment très bien abordé aussi. Je pense que la soumission incluait un réel sens des responsabilités. Il y a possibilité d’inclure beaucoup de choses qui ne sont pas vraiment nécessaires, mais Calgary n’a pas fait ça.»

La ville a moussé son noyau de sites et d’infrastructures en place depuis 1988, mais ça n’a pas suffi pour convaincre les électeurs. Mercredi, de nombreux athlètes ont exprimé leur déception face au résultat du plébiscite.

Gilmore Junio a joué au hockey à Calgary avant de se concentrer sur le patinage de vitesse sur longue piste.

«S’il n’y avait pas eu une installation comme l’Anneau olympique, qui sait si j’aurais pu passer au patinage de vitesse et pouvoir rêver en grand et me qualifier deux fois pour les Olympiques», a-t-il déclaré.

En bobsleigh, Kaillie Humphries, qui s’entraîne à Calgary, a remporté l’or aux Jeux olympiques de Vancouver et de Sotchi.

«Je suis triste, j’ai l’impression que c’est une occasion ratée pour la ville et pour le pays», a-t-elle déclaré.

Smith espère que le Canada accueillera un jour de nouveaux Jeux d’hiver.

«Je pense que chaque ville est unique et nous n’essayons jamais de convaincre une ville de soumissionner, a-t-elle dit. L’approche doit être organique et la ville doit avoir une vision pour elle-même qui inclurait des Jeux.»