Le Rouge et Noir n’a pas gagné un match depuis que le spécialiste de retour de bottés DeVonte Dedmon s’est blessé.

Dedmon veut reprendre sa place

Le Rouge et Noir d’Ottawa a besoin d’aide. N’importe quoi ! Juste une petite étincelle pourrait l’aider à sortir du marasme dans lequel il est plongé depuis bientôt six semaines.

Cette étincelle pourrait bien leur être fournie par une recrue qui s’apprête à quitter l’infirmerie.

Avec ses quatre matches d’expérience dans la Ligue canadienne de football, DeVonte Dedmon incarne cette semaine l’espoir, à la Place TD.

Dedmon a retrouvé ses coéquipiers à l’entraînement, mercredi midi.

Habituellement, dans ce type de situation, l’entraîneur-chef Rick Campbell se montre prudent.

Il ne faut pas brûler d’étapes, on va voir comment il se sent dans quelques jours, etc.

Pas cette fois.

Cette fois, Campbell est catégorique. Dedmon affrontera les Lions de la Colombie-Britannique, samedi prochain, a-t-il annoncé.

«Ça fait un bout de temps que je n’ai pas joué au football, commente le jeune homme de 23 ans, avec enthousiasme. Je trouve que les gars ont faim. Je pense que nous sommes prêts à recommencer à gagner !»

Le Rouge et Noir a savouré sa dernière victoire le 2 août dernier, sur le mont Royal.

Ce soir-là, le jeune Dedmon a inscrit deux touchés. Un touché sur un retour de botté d’envoi. Un touché sur un retour de dégagement.

Ce soir-là, Dedmon a gagné 377 verges lors de retours. Il s’agit, il va sans dire, d’un record d’équipe.

«Je n’ai pas encore tout montré ce que je sais faire», promet Dedmon.

L’ancien de l’université William & Mary aurait bien voulu poursuivre sur cette lancée, dans les semaines qui ont suivi. Il a été freiné dans son élan.

La semaine suivante, à Edmonton, il a terminé la soirée sur les lignes de côté.

«Au beau milieu d’une course, ce soir-là, mon muscle ischio-jambier m’a lâché. Aussi simple que ça. À mon retour au banc, ils m’ont examiné et ils ont tout de suite su que j’étais fichu. L’examen par résonnance magnétique a confirmé le premier diagnostic. Les spécialistes m’ont dit que j’en avais pour six semaines.»

Durant cette période, le Rouge et Noir a joué quatre matches. Il a été battu par les Tiger-Cats de Hamilton, par les Roughriders de la Saskatchewan, par les Argonauts de Toronto et par les Lions.

Dans ces quatre parties, le Rouge et Noir a inscrit un grand total de deux touchés.

Pendant que les défaites s’accumulaient, Dedmon travaillait fort en gymnase.

«J’étais ici chaque matin, à 6 h 30. J’allais à la piscine pour faire un peu de course sous l’eau. Après, je me rendais au gymnase pour faire de la musculation. Je me présentais à tous les rendez-vous que les thérapeutes de l’équipe me donnaient. Et j’assistais à toutes les rencontres d’équipe.»

Durant les matches, il a tenté de profiter au maximum de l’expérience de celui qui l’a remplacé.

En son absence, le Rouge et Noir a fait appel au vétéran de 38 ans Stefan Logan.

Ce dernier a fait du boulot honnête, sans se montrer spectaculaire.

«J’ai quand même profité de chaque opportunité pour lui parler, explique Dedmon. Vous avez peut-être remarqué qu’il venait me voir, sur les lignes de côté, après chacun de ses retours de botté. Il m’expliquait ce qu’il voyait sur le terrain. Il joue dans notre ligue depuis si longtemps ! Grâce à lui, je comprends beaucoup mieux le football canadien.»

L’attaque du Rouge et Noir pourrait recevoir un double coup de pouce, pour ce match. Les flanqueurs Rafael Araujo-Lopes et Brad Sinopoli pourraient aussi revenir au jeu.

+

Il faut tout oublier et recommencer, dit Rick Campbell

Affronter la même équipe deux fois en autant de semaines, ça peut forcément aider...

Rick Campbell préfère ne pas y penser.

L’entraîneur-chef du Rouge et Noir est bien conscient qu’il retrouvera cette semaine les Lions.

Il se souvient fort bien du match de la semaine dernière, durant lequel ses protégés ont été malmenés 29-5 par ces mêmes Lions.

« Nous allons jouer un match tout neuf, cette semaine, insiste-t-il. Tout sera à recommencer. Et je vous aurais dit la même chose si nous avions remporté le premier match de cette série aller-retour », a-t-il déclaré aux trois reporters qui ont couvert l’entraînement de mercredi.

« Évidemment, nous avons gardé la bande vidéo de notre dernière partie. Nous avons une bonne idée de ce qui se passe chez eux. Mais une nouvelle semaine a débuté. Un nouveau match sera disputé. Quand le ballon sera mis en jeu, les deux équipes se ficheront éperdument de ce qui s’est passé la dernière fois. »

« En tous cas, mon équipe va se balancer de ce qui s’est passé la dernière fois. »

On le répète chaque semaine. Si le Rouge et Noir veut s’accrocher à son mince espoir de participer au tournoi éliminatoire de la Coupe Grey, il doit se mettre à gagner. Et vite.

« Les gars doivent surtout ressentir la pression de mieux jouer, dit Campbell. Notre équipe compte environ 80 membres, avec les entraîneurs et les autres employés de soutien. Ces 80 gars-là n’ont pas de contrôle sur le résultat de nos matches. Ils contrôlent cependant la qualité de leur travail. Quand nous jouons bien, nous avons une chance de gagner. »