Un montage truqué d’un billet de 1000 kyats avec l’image du boxeur à mains nues de Gatineau, Dave Leduc, a semé l’émoi au Myanmar, la semaine dernière.

De la fosse aux tigres à la controverse

Dave Leduc a fait les manchettes par le passé pour ses coups de poing et coups de pieds dévastateurs.

Que ce soit par sa participation à Prison Fight où il s’est battu dans une prison à sécurité maximale en Thaïlande ou le documentaire à son sujet, La Fosse aux tigres, qui a été diffusé à Canal D. Sauf que ces jours-ci, c’est tout sauf ses prouesses sportives qui retiennent l’attention en Asie.

Le quintuple champion du monde de boxe birmane, qui est originaire de l’Outaouais, s’est retrouvé au cœur d’une controverse la semaine dernière. Tout ça à la suite d’un message affiché sur sa page Facebook « The Nomad ».

Leduc laissait entendre que la Banque centrale du Myanmar, pays où il habite et se bat, avait décidé d’imprimer des billets de 1000 kyats – la devise nationale – à son effigie.

Le tout était accompagné d’un exemple d’un billet sur lequel on voyait la binette de l’athlète âgé de 26 ans.

« Merci le Myanmar pour ce grand honneur », a écrit Leduc.

Le hic ?

La Banque centrale n’a jamais annoncé pareille initiative. L’image s’avérait plutôt un montage effectué par un des plus grands partisans du pugiliste gatinois.

« Il voulait me faire un cadeau. Je trouvais ça tellement flatteur », a relaté Leduc.

Ce dernier savait bien qu’il ne s’agissait pas d’un vrai de billet de banque. Mais il a décidé de le publier tout de même.

D’abord parce que « je suis un gars très spontané », a-t-il commencé par dire.

Mais surtout, Dave Leduc tenait à relancer un débat ayant fait rage l’an dernier dans le pays. La population de même que des politiciens et des personnalités, dont lui, veulent revoir le visage de l’ancien général Aung San sur les billets de banque.

Le même général qui a été l’architecte de l’indépendance de la Birmanie en 1948.

Sauf que le retour de l’image de San sur la monnaie locale a été bloquée par les dirigeants militaires. En ce moment, on retrouve des portraits d’animaux sur les billets en question.

« J’ai créé une controverse », a soutenu Leduc, une vedette sportive bien aimée dans ce pays de 55 millions de personnes.

Des gens ont applaudi son geste. D’autres l’ont dénoncé de façon virulente. Dans le lot, il y a eu des attaques personnelles.

« Tu devrais aller en prison » et « Sors de mon pays » sont deux des commentaires dont se souvient encore très bien Leduc. Il a été surpris de lire pareilles choses.

« Les Birmanes sont les gens les plus humbles et plus gentils que je connaisse. Ils sont reconnus pour être très polis et courtois... J’ai vu des messages très nationalistes. »

Leduc a senti le besoin de calmer le jeu. Il a rédigé une lettre d’explications qui a été rapidement publiée.

« Je ne crois pas dans les excuses, a-t-il expliqué au Droit. J’ai plutôt écrit l’histoire derrière l’idée que j’avais, que je voulais relancer le débat. »

Dans la lettre, Leduc a rappelé s’être marié dans ce pays. Le tout lors d’une cérémonie qui respectait la tradition birmane. Un des cadeaux qui lui avait été offert ? Une statue du général Aung San. Ce qui l’a poussé à s’intéresser à l’histoire de ce personnage qui a marqué l’histoire du Myanmar et qui, dit-il, lui sert d’inspiration.

« J’aimerais mentionner que la population a été très réceptive et compréhensive à cette lettre avec de beaux messages », a soutenu Leduc.

La controverse aura quand même été payante pour lui.

« Ma page Facebook a grandi de 30 000 «j’aime» en trois jours. Comme on dit, parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais tant que vous en parlez. »

Puis cela lui a permis de demeurer dans l’actualité. Un peu comme le font, dit-il, les Kim Kardashian et Miley Cyrus à coup de controverses aux États-Unis.

Ça tombe bien. Son prochain combat de championnat du monde, qui a été confirmé lundi, aura lieu le 20 août à Yangon, la plus importante ville au Myanmar.

D’ici là, Dave Leduc sera un type occupé. Il compte déménager prochainement aux Émirats arabes unis, plus précisément à Dubaï, afin de poursuivre des possibilités d’affaires.

Un transfert qui, a-t-il assuré, n’a rien à voir avec la récente controverse. Le principal intéressé souligne qu’il vient justement d’ouvrir un gymnase dédié à la boxe birmane au Myanmar.

Puis à la blague, il lance que « peut-être un jour, je vais l’avoir ma face sur un billet de banque ».

Visiblement, le sens de l’humour du boxeur à mains nues n’a pas été ébranlé par le récent épisode.