La suspicion n'est pas une preuve de dopage, fait valoir l'Association des fédérations d'athlétisme (AAF).

De fausses rumeurs de dopage

Les responsables de l'athlétisme mondial ont catégoriquement rejeté les prétentions selon lesquelles ils n'ont pas donné suite aux résultats suspects de tests sanguins de milliers d'athlètes pendant plus d'une décennie.
L'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a déclaré que les allégations de négligence dans le suivi des résultats suspects étaient «tout simplement fausses.»
«Les allégations publiées sont sensationnalistes et trompeuses: les résultats auxquels il est fait référence ne sont pas des contrôles (antidopage) positifs», a affirmé l'IAAF dans une longue déclaration.
Valeurs suspectes
Cette déclaration survient après la diffusion de reportages ce week-end par la chaîne de télévision allemande ARD et le quotidien britannique Sunday Times, qui disent avoir obtenu les résultats de 12000 échantillons sanguins.
Ces informations, qui ont fait l'objet d'une fuite, provenaient d'une base de données de l'IAAF. Ils concerneraient pas moins de 5000 athlètes.
Selon les reportages de ces médias, 146 médaillés - dont 55 d'or - aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques dans les épreuves allant du 800 mètres au marathon ont présenté des résultats aux valeurs suspectes.
L'IAAF a déclaré qu'elle avait publié une analyse détaillée de ces données il y a plus de quatre ans.
Une grande proportion des échantillons de sang ont été recueillis avant la mise en place du passeport biologique de l'athlète et «ils ne peuvent donc pas être utilisés comme preuve de dopage.»
Soulignant que «la suspicion seule n'est pas une preuve de dopage», l'IAAF a ajouté «nous réfutons catégoriquement toute allégation selon laquelle l'IAAF n'a pas suivi d'une manière appropriée les profils suspects qui avaient été identifiés grâce au programme mondial de suivi.
«Les reportages de l'ARD et du Sunday Times affirmant que l'IAAF a été négligente dans le traitement ou le suivi des profils suspects sont tout simplement faux, décevants et il s'agit de désinformation.
«Dans une tentative visant à attraper et sanctionner les tricheurs dans notre sport, l'IAAF a utilisé tous les moyens à sa disposition dans le cadre antidopage», martèlent les porte-paroles de l'IAAF.
L'IAAF a reconnu que «certains pays» étaient à la traîne dans la mise en oeuvre d'un programme de dépistage du dopage plus rigoureux, mais a déclaré que des progrès sont réalisés.
La Russie et le Kenya sont cités comme les deux pays avec le plus grand nombre «d'échantillons suspects».