Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Gatinois Patrick Davis, qui fait carrière dans les rangs universitaires à Syracuse, suscite l'intérête des équipes de la LCF à la veille du repêchage prévu mardi soir.
Le Gatinois Patrick Davis, qui fait carrière dans les rangs universitaires à Syracuse, suscite l'intérête des équipes de la LCF à la veille du repêchage prévu mardi soir.

Davis pique la curiosité de la LCF

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Patrick Davis ignorait qu’il était dans la mire des équipes de la Ligue canadienne de football (LCF) en vue du repêchage des joueurs universitaires prévu mardi prochain.

Même que le bloqueur gatinois pourrait être sélectionné dès la première ronde, si on se fie à certaines simulations publiées ces dernières semaines par des pseudo-experts. « Ça m’a surpris ça aussi », avoue le principal intéressé.

L’athlète de six pieds cinq pouces et 315 livres se trouve dans l’État de New York depuis quatre ans où il joue chez l’Orange de l’Université de Syracuse. Il n’a pu disputer qu’une seule partie à l’automne 2020, se déchirant le dessous du pied gauche.

« J’étais en train de bloquer lorsqu’un joueur est tombé contre ma jambe. Mon pied est resté planté dans le terrain », relate-t-il.

En raison de cette malchance, le jeune homme de 25 ans croyait qu’il n’allait pas susciter l’envie des formations de la LCF. « Je n’ai pas joué beaucoup. »


« Je ne n’attendais pas à recevoir toute cette attention. J’ai déjà été interviewé par six équipes. »
Patrick Davis

Les Alouettes de Montréal sont du lot, tout comme le Rouge et Noir d’Ottawa, l’équipe de son patelin. Une formation qu’il a pris l’habitude d’encourager au moins une fois par été dans les gradins de la Place TD.

Chaque mois, sa mère l’accompagne à ces parties.

« C’est sûr que ça serait excitant de jouer à la maison, avoue Davis. Mais je n’ai pas de préférence. Je suis prêt à jouer n’importe où. Et si je ne suis pas repêché, ce n’est pas grave. Il y a toujours l’année suivante. »

Car il s’est déjà engagé à disputer une saison additionnelle dans les rangs universitaires américains. En raison de la pandémie, la NCAA permet exceptionnellement à ses joueurs de prolonger leur carrière d’une année.

« J’avais déjà pris ma décision avant de savoir que toutes ces équipes de la LCF étaient intéressées à moi. »

Vikings, Phénix et Cougars

La polyvalence de Davis intéresse particulièrement les clubs professionnels.

Davis est un bloqueur naturel. Une position qu’il a occupée à l’école secondaire Nicolas-Gatineau puis dans les rangs collégiaux à Lennoxville.

À Syracuse, on l’a utilisé un peu dans ce rôle, mais également en tant que garde. « Je peux jouer aussi au centre », précise-t-il.

Chez les Cougars du collège Champlain, Davis a eu l’occasion de gagner le Bol d’Or. On l’avait nommé meilleur joueur de ligne offensive en première division du circuit québécois en 2016.

Un ancien joueur de ligne offensive de la LCF, Jean-François Joncas, était son entraîneur-chef.

Patrick Davis pourrait devenir le deuxième produit en deux ans des Vikings de Gatineau à être repêché par un club de la LCF. En 2020, les Blue Bombers de Winnipeg avaient réclamé le secondeur Kyle Rodger, dont le père Barry a fondé le programme de football mineur en Outaouais avec trois autres bénévoles, 15 ans plus tôt.

« Je trouverais ça cool, surtout que j’ai joué avec Kyle chez les Vikings et le Phénix de Nicolas-Gatineau. Je trouverais ça cool aussi pour les Vikings. Ça pourrait inspirer d’autres jeunes à jouer, à croire qu’ils peuvent devenir un athlète professionnel à leur tour. »

+

Quoi ? Repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF)

Quand ? Mardi dès 19 h

Où ? TSN et LCF.ca