David Goyette dans l’uniforme des Sélects de South Kent Academy au Connecticut. Choix de première ronde des Wolves de Sudbury dans la Ligue de l’Ontario, l’attaquant de Hawkesbury vient de signer son contrat avec l’équipe.
David Goyette dans l’uniforme des Sélects de South Kent Academy au Connecticut. Choix de première ronde des Wolves de Sudbury dans la Ligue de l’Ontario, l’attaquant de Hawkesbury vient de signer son contrat avec l’équipe.

David Goyette s’entend avec les Wolves

La liste des destinations possibles de David Goyette dans la Ligue de l’Ontario (LHO) était courte.

Un des plus grands talents disponibles à la séance de sélection 2020, l’attaquant de Hawkesbury était aussi attiré par le circuit universitaire américain.

La preuve? Il s’est exilé au pays de l’Oncle Sam en 2019-20 pour jouer avec les Sélects de South Kent Academy. Là-bas, il a rempli le filet avec une prolifique récolte de 49 buts et 153 points en 65 matches.

Certains clubs de la LHO ont donc fait preuve de prudence à la séance du 4 avril dernier, mais les Wolves de Sudbury ont pris un risque calculé en le sélectionnant au 11e rang de la première ronde.

Heureusement pour elle, l’équipe du nord de l’Ontario faisait partie des endroits où Goyette était ouvert à poursuivre son chemin vers la LNH. Cette semaine, ce brillant espoir de 16 ans s’est engagé envers les Wolves en signant son premier contrat de la LHO.

«Il y avait très peu de clubs sur ma liste de destinations possibles. Les 67’s d’Ottawa y étaient. Les Wolves aussi. Parce que c’est une ville bilingue et parce que j’ai de la famille là-bas. J’ai aussi vu ce qu’ils avaient fait pour développer le talent de Quinton Byfield. J’aimerais faire comme lui et suivre ses traces à Sudbury», a expliqué Goyette au sujet de celui qui fait partie des trois meilleurs espoirs du prochain repêchage de la LNH.


« Je n’étais pas pressé pour faire un choix, mais les Wolves m’ont contacté et les choses ont avancé rapidement. »
David Goyette

Même s’il était encore jeune, Goyette avait déjà visité le campus de Boston University. C’était un endroit attrayant. Finalement, il n’aura pas eu à réfléchir trop longtemps avant de trancher en faveur des Wolves.

«Je n’étais pas pressé pour faire un choix, mais les Wolves m’ont contacté et les choses ont avancé rapidement. Ça me prenait une équipe qui allait pouvoir développer mon talent plus rapidement qu’à B.U. (Boston University). L’entraîneur-chef est Cory Stillman, un ancien joueur de la LNH. J’ai entendu de bonnes choses à son sujet. Je lui avais parlé la veille du repêchage. Dans le fond, les Wolves savaient que j’avais une certaine ouverture pour eux.»

À Sudbury, le directeur général Rob Papineau était fier d’avoir pu mettre la main sur un marqueur naturel au 11e rang de la dernière séance de sélection.

«Nous sommes vraiment excités et heureux d’avoir pu mettre David sous contrat avec les Wolves. Son talent fait partie de l’élite. C’est un jeune homme formidable. Nos partisans vont vraiment aimer le voir à l’oeuvre. Il a d’incroyables instincts offensifs. Son sens du jeu se situe à un très haut niveau. Il est rare de pouvoir sélectionner un joueur de sa trempe au 11e rang. Le chandail des Wolves lui ira à merveille.»

David Goyette ignore si Rob Papineau parle le français, mais il va bien finir par le savoir assez rapidement. Entre-temps, il va continuer de s’entraîner dans le gymnase que son père vient de lui construire au sous-sol du domicile familial de Hawkesbury.