Louis Robitaille (photo) a désigné Luc Dagenais à titre de superviseur lors du repêchage de la LHJMQ.
Louis Robitaille (photo) a désigné Luc Dagenais à titre de superviseur lors du repêchage de la LHJMQ.

Dagenais aux commandes du repêchage des Olympiques

À quelques semaines d’un moment charnière de leur histoire, les Olympiques de Gatineau sont occupés à peaufiner les derniers détails du prochain repêchage de la LHJMQ.

Le 5 juin, ils auront le privilège de sélectionner les deux meilleurs espoirs du prochain encan des joueurs midget. Pour le moment, ils détiennent aussi le quatrième choix de la séance 2020 du circuit Courteau.

Avec tous les changements survenus au deuxième étage du club depuis décembre, bien malin celui qui peut réellement identifier celui qui se retrouve aux commandes de ce repêchage crucial. Quand Alain Sear a démissionné de son poste de directeur des opérations hockey en décembre, il a été remplacé par Marc Saumier sur une base intérimaire. Quelques semaines plus tard, Sylvain Brunelle remettait aussi sa démission à titre de directeur du recrutement.

Le premier geste de Saumier a été de compenser la perte de Brunelle par l’embauche de trois nouveaux dépisteurs. Depuis, Louis Robitaille a remplacé Éric Landry à titre d’entraîneur-chef et Marc Saumnier à titre de directeur des opérations hockey. Saumier est toujours dans les parages du club, mais dans un rôle plus discret.

Un coup de fil du Droit à Louis Robitaille a pu faire la lumière sur la réorganisation des tâches. À la base, c’est Luc Dagenais qui supervisera la séance de sélection. Recruteur-chef des Voltigeurs de Drummondville de 2008 à 2016, il est devenu recruteur chez les Olympiques en 2017. Depuis la démission de Sylvain Brunelle, c’est lui qui assure l’intérim. Et Louis Robitaille a pleinement confiance en lui.

«J’ai travaillé avec lui pendant quatre ans et demi à Drummondville. On se connaît très bien. Il a du vécu dans la ligue. Il connaît son métier. Il travaille fort. Je me considère chanceux de l’avoir avec nous. Son emploi ne lui permettait plus vraiment d’être recruteur-chef d’une équipe de la LHJMQ. Ça lui adonnait bien d’être le bras droit de Sylvain Brunelle à Gatineau, mais en ce moment, il nous rend de fiers services. Faudra voir après le repêchage s’il voudra conserver le même poste.»

Parmi les bons coups de Dagenais en carrière, notons les sélections de Sean Couturier, Jérôme Gauthier-Leduc, Charles-David Beaudoin, Jérôme Verrier, Joey Ratelle, Louis-Philip Guindon, Alex Barré-Boulet, Nicolas Beaudin, Tristan Bérubé, Olivier Rodrigue et Xavier Bernard.

En débarquant à Gatineau, Louis Robitaille n’a cependant pas demandé à ses recruteurs de réinventer la roue. Dans ses rencontres, il a établi les critères qu’il privilégiait et le type de joueurs qu’il recherchait.

«Les recruteurs ont travaillé toute la saison à colliger des informations sur chaque joueur admissible. Ils ont fait leurs évaluations. La liste a été quelque peu modifiée par rapport à ma vision, mais ça ne change rien au travail qui avait déjà été fait.»

Entrevues

Depuis une dizaine de jours, Robitaille et son équipe ont tenu des rencontres vidéo avec quelques-uns des plus beaux espoirs du prochain repêchage. Le tout se déroule rondement. «Il nous reste encore des joueurs à interroger», ajoute Robitaille.

Parmi ses premiers appels, il a évidemment discuté avec Tristan Luneau, classé au premier rang des espoirs. Le défenseur de Victoriaville a cependant une entente verbale avec une université de la NCAA (Wisconsin).

Le joueur le plus convoité du repêchage 2020 de la LHJMQ, Tristan Luneau

«Nous avons eu une bonne discussion avec son clan. Il n’y a rien de final. Il étudie encore ses options. Nous avons un peu plus de deux semaines pour élaborer un plan pour lui et les autres joueurs que nous avons dans notre mire. Nous sommes dans le siège du conducteur avec les deux premiers choix.»

En coulisses, on soupçonne même Louis Robitaille de travailler à compléter un pacte pour aller chercher le troisième choix de la séance. Il aurait les munitions pour pouvoir mettre la main sur les trois premiers joueurs convoités par le club.

«C’est une possibilité. Nous ne sommes jamais à l’abri des surprises! On aime notre position, mais on pourrait bouger quand même. Il y aura de très bons joueurs disponibles jusqu’à la fin de la première ronde et même au début de la deuxième ronde. Nous avons de la flexibilité.»