La capitaine de l’équipe canadienne, Christine Sinclair, s’entraîne avec ses coéquipières avant l’affrontement les opposant aux Néerlandaises.

Un duel difficile attend le Canada

REIMS, France — Quand il affrontera les Pays-Bas pour son dernier match du groupe E, jeudi à Reims, le Canada disputera son plus difficile duel de la Coupe du monde de football féminin jusqu’ici.

« Il s’agit d’un groupe très talentueux, a souligné la capitaine canadienne, Christine Sinclair. Elles comptent sur trois attaquantes de classe mondiale. Elles offriront un calibre de jeu une coche au-dessus de ce que nous avons affronté jusqu’ici. Ce sera un match bien différent des deux premiers. »

Respectivement classées cinquièmes et huitièmes, les Canadiennes et les Néerlandaises ont facilement battu les représentantes de la Nouvelle-Zélande (no 19) et du Cameroun (46) à leurs deux premiers affrontements. Bien que les deux nations soient déjà qualifiées pour les huitièmes de finale, le match de jeudi aura une grande incidence sur leur parcours en phase éliminatoire.

Les deux équipes ont six points au classement et un différentiel de plus-3. Mais comme les Pays-Bas ont marqué un but de plus, ils termineraient au premier rang du groupe en cas de verdict nul au stade Auguste-Delaune.

Le vainqueur du groupe se rendra à Rennes pour affronter l’équipe de deuxième place du groupe D : soit l’Angleterre (3) ou le Japon (7), qui s’affronteront mercredi à Nice. L’équipe qui terminera deuxième du groupe E se rendra à Paris pour y affronter la deuxième du groupe F, les Américaines (1) ou les Suédoises (9), qui s’affronteront jeudi, au Havre.

Le Canada a fait match nul contre les Pays-Bas au dernier Mondial. Les Néerlandaises se sont inclinées en huitièmes de finale en 2015, mais elles sont en ascension depuis, remportant l’Euro 2017 sans perdre une seule rencontre.

Les Canadiennes n’ont toujours pas perdu en 2019, avec sept victoires et trois nulles en 10 rencontres. Elles ont dominé leurs adversaires 11-1 au cours de cette séquence et n’ont pas accordé de but au cours des 423 dernières minutes jouées, soit près de cinq matches.

« Les deux équipes se sont beaucoup améliorées, a noté Sinclair. Je connais mieux notre équipe, et je peux affirmer que c’est le jour et la nuit avec l’équipe que nous avions il y a quatre ans. Les jeunes joueuses qui en sont à leur premier Mondial sont les meneuses de cette équipe. »

« La Hollande a gagné l’Euro depuis. C’est une toute nouvelle équipe. »

Elle a d’ailleurs remporté ses cinq dernières sorties, 16-1 au total des buts. Un point joue par contre en faveur du Canada : l’équipe nationale féminine n’a jamais perdu en 12 affrontements contre les Pays-Bas (9-0-3).

Comme Reims n’est qu’à 400 kilomètres de la frontière franco-néerlandaise, il faut s’attendre à une marée orange dans les gradins. On pouvait d’ailleurs croiser plusieurs partisans hollandais au cœur de la ville, à quelques heures de ce duel.