Sophie Schmidt, Christine Sinclair et le Canada ont rendez-vous avec la Nouvelle-Zélande pour leur deuxième match de la ronde préliminaire du Mondial de football féminin.

Le Canada se méfie de la Nouvelle-Zélande

GRENOBLE, France — La capitaine Christine Sinclair s’attend à affronter une équipe désespérée samedi, quand le Canada disputera son deuxième match de groupe de la Coupe du monde de football féminin face à la Nouvelle-Zélande, au Stade des Alpes de Grenoble.

Les Fougères, qui viennent de subir une défaite crève-cœur dans les arrêts de jeu contre les Pays-Bas, n’ont pas inscrit de victoire en cinq participations au Mondial (0-10-3), mais elles s’avèrent chaque fois des adversaires difficiles à vaincre.

Elles ont failli faire tourner le vent à leur premier match du présent tournoi. Olivia Chance a touché la barre transversale à la 11e minute, avant que Jill Roord ne leur inflige le coup de grâce à la 92e pour un gain de 1-0.

« Je pense qu’elles vont se battre pour leur survie dans ce tournoi, a déclaré Sinclair, qui a marqué sept de ses 182 buts contre la Nouvelle-Zélande. Elles n’ont jamais remporté un match à la Coupe du monde et nous savons que c’est leur objectif, afin de sortir du groupe. Elles se sont grandement améliorées au cours des dernières années. Ce sera une dure bataille. »

Les Canadiennes, cinquièmes au monde, ont vaincu le Cameroun (no 46) 1-0 à leur premier duel. Les entraîneurs ne laissent rien au hasard en vue de cet affrontement contre la 19e nation au monde. Pour une deuxième journée d’affilée, les journalistes ont passé une partie de l’entraînement dans un vestiaire sans fenêtre puisque la salle de presse donnait sur le terrain.

Loin du regard des journalistes, le Canada a peaufiné sa stratégie sous un soleil radieux au stade Paul-Bourgeat, à l’ombre des Alpes.


«  Je pense qu’elles vont se battre pour leur survie dans ce tournoi.  »
Christine Sinclair

Le Canada n’a perdu qu’une fois contre la Nouvelle-Zélande — il y a 32 ans — et a une fiche de 6-1-4 contre le pays d’Océanie. Leur dernier affrontement, à la Coupe du monde 2015, s’est soldé par un verdict nul de 0-0, marqué par un penalty raté de la Nouvelle-Zélande. La gardienne néo-zélandaise Erin Nayler avait aussi réussi deux superbes arrêts pour préserver le point de classement.

Nayler sera de nouveau devant le filet des Fougères samedi.

« Vous méritez tout ce que vous obtenez contre elle », a noté Sinclair.

Le Canada tentera sûrement de diriger plus de tirs vers le filet de Nayler après avoir trop souvent tenté le jeu parfait contre le Cameroun. La milieu de terrain Ashley Lawrence croit que les Canadiennes ont identifié certaines facettes du jeu des Néo-Zélandaises qu’elles pourront attaquer.

« Il y de l’espace dans leur jeu de transition que nous pourrons exploiter, a-t-elle expliqué. Il y a peu d’aspects où nous pouvons vraiment leur faire mal, mais le secret sera pour nous de connaître un bon début de match. Nous croyons qu’en marquant le premier but, ça ouvrira le jeu en notre faveur. »