L'attaquant croate Mario Mandzukic offre son aide au photographe de l'AFP Yuri Cortez qui s’est retrouvé sous la pile des Croates célébrant un but lors du match de demi-finale de la Coupe du Monde entre la Croatie et l'Angleterre au stade Luzhniki de Moscou.

Insolites: Doigts d’honneur, libellule et photographe enseveli

MOSCOU — Les doigts d’honneur de Diego Maradona, la libellule « graciée » par Hugo Lloris, le photographe enseveli sous les Croates... Entre les buts, la joie ou la déception, cinq insolites au milieu du Mondial-2018.

Robbie Williams, doigt au but

La Russie ouvre « sa » Coupe du monde en écrasant une très faible équipe d’Arabie Saoudite (5-0), mais la cérémonie d’ouverture prend la lumière, ce 14 juin. Avec une séquence courte et sans chichis, les organisateurs pensaient sans doute éviter toute faute de goût. Mais Robbie Williams, l’ex-chanteur de Take That, lance un doigt d’honneur en direction de la caméra, en gros plan et avec grimace assortie. Pourquoi ? « J’étais sous pression, il ne me restait qu’une minute, et je ne savais pas si j’aurais fini de chanter au bout de 30 secondes. Alors j’ai montré qu’il me restait une minute » tente de justifier l’artiste. « Je ne peux pas me faire confiance. Il y a un bloc entre moi et le bon sens. Il m’arrive de faire quelque chose et de me dire, cinq minutes après, “Est-ce que je l’ai vraiment fait ?” »

Les doigts de Dieu

Une autre main assure le spectacle une semaine plus tard. Sous l’œil des caméras, Diego Maradona alterne danse avec une supportrice adverse, célébration euphorique, sieste alanguie. Clous du spectacle, il adresse deux doigts d’honneur à la caméra pour célébrer le but victorieux de l’Argentine face au Nigéria (2-1). Le mot « putos » facilement déchiffrable sort de sa bouche. Plus tard, on apprend que « El pibe de oro » a été victime d’un léger malaise à la mi-temps du match.

Hugo délire

Hugo Lloris est l’un des meilleurs gardiens du monde. Il l’a prouvé lors de ce Mondial. Et quand le capitaine des Bleus est en forme, rien ne passe : ni Edinson Cavani, ni Luis Suarez, ni... les insectes. Lors du quart de finale face à l’Uruguay (2-0) le 6 juillet, Lloris repousse une libellule.

L’action se passe au quart d’heure de jeu ; la caméra s’attarde sur le gardien de Tottenham qui souffle sur une libellule venue se poser sur ses lèvres et toute heureuse de s’envoler saine et sauve. La séquence fait le miel des réseaux sociaux.

Le show Neymar

Neymar a passé un Mondial-2018 compliqué. Censé inspirer le Brésil, il signe certes quelques actions de grande classe, mais ce qui reste ce sont ses larmes face au Costa Rica, et surtout ses simulations, qui, selon une chaîne de télévision suisse, ont « coûté » 14 minutes de temps de jeu lors des quatre premiers matches de la Seleçao. Le sélectionneur du Mexique, Juan Carlos Osorio, évoque une « honte pour le football » après une roulade théâtrale en 8e de finale.

Clic clac

C’est l’une des vedettes du Mondial. Il n’a pas marqué de but ni fait d’arrêt spectaculaire ; Yuri Cortez est photographe à l’AFP. Il s’est retrouvé sous la pile des Croates célébrant le but de Mandzukic, qualifiant leur équipe pour la finale de la Coupe du monde au bout de la prolongation face aux Anglais.

« J’étais en train de changer d’objectif alors que les joueurs s’approchaient de moi », raconte Cortez, qui se trouvait juste à côté des panneaux publicitaires, à l’un des emplacements prévus pour les photographes.

« Ils ont continué à s’approcher et ils me sont tombés dessus. C’était un moment de folie, ils étaient très heureux. Et à un moment, ils se sont rendu compte que j’étais en dessous ! » rigole-t-il. La scène inonde les sites et réseaux sociaux. Fin de l’histoire : « Ils m’ont demandé comment j’allais. Un a récupéré mes objectifs et un autre (le défenseur Domagoj Vida) m’a fait une bise ».