L’Angleterre a brisé mardi soir sa malédiction et a par la même occasion explosé les compteurs d’audience.

Bons baisers de Russie

MOSCOU —Anecdotes et insolites du Mondial-2018 en Russie.

Ramishow

« Page 8, exercice 4 de vos cahiers », lance d’abord Adil Rami en s’asseyant pour sa conférence de presse. Le spectacle commence. Extraits : « Si on est champions du monde ? Avec des si, on coupe du bois mon frère ». « Je mets l’ambiance dans le vestiaire ? Je suis un clown pour toi ? » Il prévient aussi qu’il passe en premier devant les journalistes « car après c’est Blaise Matuidi, il est moins drôle ». Quand on questionne Matuidi, Rami resté dans les parages cris avoir « déjà répondu à cette question ! ». Fou rire de Matuidi. Philippe Tournon, chef de presse des Bleus, en prof un peu chahuté, lance un « oooh Adil... » Et Rami a aussi glissé qu’il serait « entraîneur un jour ». Ça promet.


Audiences records

En s’imposant pour la première fois aux tirs au but lors d’un Mondial, l’Angleterre a brisé mardi soir sa malédiction et a par la même occasion explosé les compteurs d’audience. Selon la chaîne anglaise ITV, 23,6 millions de personnes ont allumé leur téléviseur pour vivre cinq minutes de cette séance historique. Il faut remonter six ans en arrière pour voir mieux. La cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Londres avait à l’époque réuni 26,3 millions de téléspectateurs sur la BBC. Quant à l’audience moyenne du match de mardi (20,1 millions), elle n’a pas atteint le record pour une rencontre établi lors de la demi-finale du Mondial 1990 face à l’Allemagne (26,2 millions), que les Trois Lions avaient perdue... aux tirs au but.


Theresa May aussi a vibré

Les Anglais ont vibré avec leur sélection mardi soir lors du succès face à la Colombie et leur Première ministre aussi. Theresa May a regardé une partie du match et a aussi tremblé pendant les tirs au but. « Elle a en fait expliqué auparavant qu’elle a du mal à regarder les tirs au but parce que c’est un moment éprouvant », a expliqué un porte-parole. La Croix de Saint Georges continuera donc encore de flotter au-dessus du 10 Downing Street samedi lors du quart de finale face à la Suède, comme l’avait promis Theresa May pour chaque match de l’Angleterre dans ce Mondial.


Bébé Mondial

« Je viens de vivre les 24 heures les plus incroyables » : le milieu anglais Fabian Delph exulte à propos de la victoire de l’Angleterre ? Pas du tout. Pendant que ses coéquipiers bataillaient contre la Colombie, lui était rentré au pays pour assister à la naissance de son troisième enfant, une fille. Mais lui l’assure : il a « frappé chaque ballon et ressenti chaque bribe d’émotion » avec ses « frères » sur le terrain. Que ses coéquipiers se rassurent, Delph est sur le retour et sera dans le groupe face à la Suède.


Représentés

Si certains avaient encore des doutes sur le niveau des joueurs de Manchester City, ils pourront constater que les Citizens sont les plus représentés au sein des équipes quart de finalistes. Treize d’entre eux sont encore de la partie, selon l’UEFA. Quatre autres clubs anglais font partie des onze écuries les plus représentées. La présence de l’Angleterre en quart n’y est pas étrangère puisque tous ses joueurs évoluent en Premier League. Le PSG se hisse à la troisième place avec huit joueurs. Grâce au beau parcours de la Russie, qui compte cinq footballeurs du CSKA Moscou et cinq du Zenith Saint-Pétersbourg, ces deux clubs ferment ce petit classement.


« L’incroyable vol »

La victoire de l’Angleterre face à la Colombie (1-1, 4-3 T.A.B.) ? Un « vol », pour la vedette argentine Diego Maradona. Toujours en Russie malgré la défaite de son pays en huitièmes, l’ancien sélectionneur de l’Albiceleste (2008-2010) a critiqué l’arbitre américain Mark Geiger. « Aujourd’hui, j’ai assisté à un incroyable vol sur le terrain », a-t-il expliqué dans son émission « De la main de Dieu » diffusée sur la chaîne vénézuélienne Telesur. « Je demande pardon à tout le peuple colombien. Nous avons ici un monsieur (le président de la commission des arbitres de la FIFA, Pierluigi Collina) qui choisit un arbitre qu’il suffit de googler pour se rendre compte qu’il ne peut pas superviser une rencontre de cette importance. (...) Geiger, comme par hasard, avait déjà inventé un penalty pour le Brésil (lors d’un match amical contre la Colombie en 2012). »


Retour discret pour Sampaoli

Un autre Argentin se fait beaucoup plus discret : Jorge Sampaoli, que Maradona se propose de remplacer, mais qui reste sélectionneur, est rentré au bercail sans faire de bruit. Il a atterri à l’aéroport de Buenos Aires mercredi, tôt dans la matinée, avant de filer vers les locaux de l’Association argentine de football (AFA). Il ne s’est pas encore exprimé sur son avenir. Ses derniers mots remontent à la conférence de presse juste après la défaite contre le France (4-3) en huitièmes de finale : « Je ne pense pas m’en aller. Tout est trop frais pour se prêter aux analyses », avait-il lâché.