La noirceur se fait rare la nuit à Saint-Pétersbourg à cette période de l'année.

Bons baisers de Russie

MOSCOU — Anecdotes et insolites du Mondial 2018 en Russie

Rideau, mon ami

Les «nuits blanches» estivales sont courtes à Saint-Pétersbourg. Elles ne durent même pas plus de trois heures. L’Angleterre, le Costa Rica, l’Arabie saoudite, la Corée du Sud et la Croatie, qui ont installé leurs camps de base autour de l’ancienne capitale impériale, se sont habituées aux jours sans fin ou presque. Si près du cercle polaire, elles ont fait des rideaux leurs partenaires privilégiés en matière de récupération. «On ferme tout à partir de 22h30», explique le capitaine costaricain Bryan Ruiz. «Mais c’est bien, ça donne du temps pour vivre.» Décontraction aussi chez les Croates : «On a de bons rideaux, ce n’est pas un problème», assure Mario Mandzukic. C’est en revanche plus compliqué pour les équipes qui y déposent leurs bagages juste le temps d’un match. Thiago Silva révèle ainsi que les Brésiliens avaient eu du mal à s’y faire. «C’est un peu dur, car nous ne sommes pas habitués à cette situation», confie le défenseur.  AFP

***

Burger King indigeste...

Burger King s’est excusé jeudi pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une publicité sexiste pendant la Coupe du monde. «Burger King offre une récompense aux femmes qui tombent enceintes de stars du football. Chaque femme recevra trois millions de roubles [environ 463 000 $CAN] et des hamburgers à vie», fanfaronnait l’entreprise américaine dans cette publicité, publiée sur le très populaire réseau social russe VKontakte. «Les femmes qui arrivent à obtenir les meilleurs gênes du football assureront le succès de la Russie pour les générations futures», ajoutait la publicité, «Allez-y! On croit en vous!» Cette publicité se voulait une réponse humoristique aux propos controversés tenus la semaine dernière par la députée communiste Tamara Pletneva, à la tête du Comité de la famille à la Douma (chambre basse du Parlement). L’élue de 70 ans avait intimé aux femmes russes de ne pas coucher avec des étrangers pendant le Mondial. Les Russes doivent «donner naissance à leurs propres enfants», et les enfants nés d’un père de «race différente [...] souffrent beaucoup», avait-elle affirmé, provoquant l’indignation.  AFP

***

Plus grand que le foot

Même si l’Islande compte tout donner pour battre le Nigeria vendredi (11h, heure du Québec), les Vikings n’ont pas oublié de rendre hommage au gardien nigérian Carl Ikeme, qui n’a pas pu participer à la Coupe du monde en raison d’une leucémie. Toute l’équipe a dédicacé un maillot au nom du joueur et l’attaquant Jon Dadi Bodvarsson, qui a joué avec Ikeme à Wolverhampton, a posté une photo sur Instagram avec la légende : «Toute l’équipe d’Islande est avec toi @carlikeme». «C’est une grande famille», a commenté le sélectionneur Hemir Hallgrimsson. «Même si nous jouons contre son pays, c’est tout simplement plus grand que le foot. On lui souhaite le meilleur.»  AFP

***

Visite du «Pelé centraméricain»

À quatre jours d'affronter l'Angleterre, les joueurs panaméens ont reçu la visite, jeudi à Saransk, de Luis Ernesto «Cascarita» Tapia, troisième meilleur buteur de l'histoire de la Sele et qui est aussi le premier joueur du Panama à avoir marqué un but en phase de qualification pour un Mondial, en 1977. Avant l'entraînement, les Canaleros se sont rassemblés au milieu du terrain pour saluer le «Pelé centraméricain», qui n'a pas manqué de conseiller les attaquants panaméens, restés muets jusqu'à présent. «Je leur ai dit qu'il fallait se battre... et tirer au but, a révélé ''Cascarita''», 73 ans.  AFP

***

Tite chez lui à Saint-Pétersbourg

Pour son deuxième match de groupe contre le Costa Rica, le Brésil sera logée à l'hôtel Corinthia de Saint-Pétersbourg. Un joli clin d'œil au sélectionneur brésilien Tite, légende vivante des Corinthians de Sao Paulo, avec qui il a tout gagné, y compris la Copa Libertadores et le Mondial des Clubs en 2012. Il a d'ailleurs emmené en Russie deux joueurs actuels du club, le gardien Cassio et le latéral Fagner. Choix délibéré de l'encadrement ou simple coïncidence, les supporters Brésiliens, y compris ceux des clubs rivaux, espèrent que cet hôtel luxueux portera chance à une équipe qui a déçu lors de ses débuts contre la Suisse (1-1).  AFP