Le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé (à gauche), est catégorique : le soccer n'est pas une question de vie ou de mort.

Bons baisers de Russie

Les Rojastronautes

La sélection espagnole ne se prépare pas pour voyager dans l’espace, mais ses méthodes de récupération sont parfois dignes de celles des astronautes. Lucas Vazquez et Sergio Ramos ont expérimenté la cryothérapie, en se confrontant à des températures largement inférieures à zéro pour se remettre plus rapidement de l’âpre duel de lundi face au Maroc. «On se les gèle», a lancé le défenseur du Real avec un sourire dans une vidéo diffusée par l’équipe espagnole. «Mes orteils ont un peu souffert, mais j’ai résisté.»

***

La Corée sème la joie dans la salle de presse

Dans la salle de presse du stade du Spartak de Moscou, les journalistes brésiliens et serbes qui attendaient le match entre leurs deux équipes ont explosé de joie dès le premier but coréen contre l’Allemagne. Ils ont de nouveau bruyamment manifesté leur plaisir lors du deuxième but des Asiatiques et au coup de sifflet final, qui marquait l’élimination des champions du monde. Le Brésil a été battu 7-1 à la maison par l’Allemagne en demi-finale du Mondial de 2014 par l’Allemagne. Quant aux Serbes, ils considèrent l’Allemagne comme co-responsable de l’éclatement de la Yougoslavie par son empressement à reconnaitre les indépendances de la Slovénie et de la Croatie début années 1990. 

***

«Cent millions de livres, si on dit ça à mes parents, ils vont rigoler je pense»

– Kalidou Koulibaly. Le Sénégalais de 27 ans fait partie des meilleurs mondiaux au poste de défenseur. En tout cas en termes de valeur marchande : celle-ci serait située autour de 100 millions de livres (environ 175 millions $CAN). Une somme mirobolante pour le joueur de Naples, qui n’ose pas imaginer la réaction de ses parents s’ils apprennent ce montant.

***

Pas une question de vie ou de mort

La question d’un journaliste russe sur la capacité des Sénégalais à rire et danser alors que la Coupe du monde devrait être «une question de vie ou de mort» a fait sourire Aliou Cissé et Kalidou Koulibaly. «C’est notre culture, a répondu avec aménité le sélectionneur. «La joie, la paix, l’hospitalité et le bonheur tout simplement». La «Teranga» signifie l’hospitalité en wolof, et donne leur surnom aux «Lions de la Teranga». «On peut danser, être heureux dans la vie et sérieux sur le terrain, ce qu’on fait. Le foot n’est pas une question de vie ou de mort, comme vous le dites», a continué Cissé. «Ce sont nos rituels», a embrayé son défenseur Koulibaly, lui aussi avec un large sourire. «On aime bien danser avant le match, il ne faut pas qu’on change. On l’a dans le sang, dans notre culture, on ne va pas changer de mode de vie. On reste des Sénégalais, des Africains tout en étant sérieux sur le terrain, ce n’est pas un problème.»

+

ANGLETERRE-BELGIQUE: PETIT MATCH ENTRE AMIS?

Le sélectionneur de la Belgique, Roberto Martinez, considère presque le match de jeudi contre l'Angleterre comme une fête.

Plus de la moitié de l’équipe belge joue en Premier League. Alors le match contre l’Angleterre se jouera en terrain connu, même à Kaliningrad, jeudi (14h). Reste à savoir si toutes les stars des «Diables Rouges» seront alignées dans ce match entre qualifiés qui pensent déjà au coup d’après.

«Il y a beaucoup de liens entre les joueurs belges et anglais, ils partagent les mêmes vestiaires en Premier League, ils forment une équipe pendant dix mois et maintenant ils sont face à face», a déclaré le sélectionneur belge Roberto Martinez, lui-même ancien coach en Angleterre (Wigan et Everton). «Si on s’était rencontrés dans un match qualificatif pour la Coupe du monde ou lors de la phase à élimination directe, ce serait différent, il y aurait une dimension émotionnelle bien plus forte. Là c’est un match dont on peut se réjouir tous les deux, qu’on peut savourer. C’est presque une fête.»

Considérer cela comme une «fête», une forme d’aveu implicite qu’il serait plus intéressant de finir deuxième et éviter le Brésil, favori pour atteindre les quarts? «Nous voulons faire une bonne performance, mais la priorité n’est pas de gagner», a admis Martinez. «Nous voulons vraiment remporter le match», assure de son côté le sélectionneur anglais Gareth Southgate, assurant vouloir «développer une mentalité de gagnant.»

En cas de match nul entre les deux comeneurs (6 points, + 6) du groupe G, le nombre de cartons jaunes et rouges risque de faire la différence pour l’attribution de la première place. Pour l’instant, l’Angleterre a un léger avantage puisqu’elle n’a pris que deux cartons jaunes, contre trois pour les Belges. S’il y a toujours égalité après le match, c’est un tirage au sort qui tranchera.

Roberto Martinez, a défendu ce système, lundi : «Il faut bien trouver un moyen pour départager» les équipes à égalité et «je pense que prendre le fair-play en compte est un bon critère», a jugé le technicien d’origine espagnole.