La nouvelle coupe de cheveux de Neymar a fait jaser, mardi...

Bons baisers de Russie

Seul les coiffeurs de Neymar le savent...

Neymar a inquiété ses supporteurs en sortant en boitant de l’entraînement mardi, mais de nombreux Brésiliens ont poussé un «ouf» de soulagement en voyant qu’il avait changé sa coupe de cheveux «spaghetti» moquée sur les réseaux sociaux. C’est avec une étrange touffe de cheveux blonds décolorés sur le devant que le joueur le plus cher de l’histoire avait joué dimanche, lors des débuts décevants du Brésil au Mondial contre la Suisse (1-1). Les internautes s’en sont donné à cœur joie, avec des montages photo montrant Neymar à côté d’images de lama, de spaghetti ou de nouilles chinoises. Mais mardi, la star brésilienne a arboré à l’entraînement une coupe bien plus sage, les cheveux toujours décolorés, mais coupés ras. Cette nouvelle coupe aidera-t-elle l’attaquant à se sentir plus inspiré sur le terrain? Réponse vendredi contre la Croatie. Chose certaine, il n’a pas fini de faire parler de lui en termes capillaires. Selon le journal Estado de S. Paulo, il a amené deux coiffeurs avec lui en Russie : Nariko, qui s’occupe de la coupe, et Wagner Tenorio, spécialiste des teintes de cheveux. 

***

Le Panama ne voyage pas léger

Pour sa première Coupe du monde, le Panama a mis les petits plats dans les grands afin de se sentir en Russie comme à la maison. La sélection voyage donc avec deux cuisiniers, ainsi qu’avec un conteneur contenant 8000 kilos de matériel divers, d’équipements sportifs et de nourriture (riz, haricots...). Rien toutefois d’aussi étrange que ce que l’Uruguay a l’habitude d’emmener (dulce de leche, mate...), mais il a néanmoins fallu obtenir un permis d’entrée sur le territoire délivré par les autorités, selon le directeur de la logistique Eduardo Vaccaro qui estime le coût d’acheminement de la précieuse cargaison à 30 000 $ environ. Le Panama, qui a perdu 3-0 contre la Belgique mardi dernier, jouera son prochain match dimanche, contre l’Angleterre. 

***

Gislason fait fondre les cœurs...

Inconnu avant le coup d’envoi, l’Islandais Rurik Gislason a vu sa notoriété monter en flèche depuis sa participation au match nul contre l’Argentine, samedi. La raison : une beauté froide du blond aux yeux bleus qui émeut la gent féminine, principalement en Amérique du Sud. Alors que le mot-clic #sexyrurik fait fureur, une agence de voyage argentine vend des séjours avec une photo du joueur, agrémenté du message suivant : «Les filles, qui veut s’inscrire?» «Comment pouvez-vous être si beau?» s’est publiquement interrogé l’actrice brésilienne Gabriela Lopes. Résultat, son nombre d’abonnés sur Instagram est passé de 30 000 à 500 000 en quelques jours. 

***

Un peu de sorcellerie

Entouré de deux prêtresses et brandissant un bâton de pluie, le Grand Sorcier jette un sort : son équipe, le Mexique, est désormais sous sa protection au Mondial 2018. Connu dans son pays pour ses prédictions sur la politique et l'actualité, Antonio Vazquez — dit El Brujo Mayor — a invoqué le dieu Serpent à plumes Quetzalcoatl, vénéré par les Aztèques, pour guider la sélection mexicaine au moins jusqu'aux quarts de finale en Russie. «Donne-moi toute ta force et ta puissance pour franchir les portes du paradis, fais que le Mexique atteigne le cinquième match. Quetzalcoatl, fais qu'il en soit ainsi», a invoqué le Grand Sorcier, un maillot vert mexicain apparaissant sous sa longue barbe blanche. El Brujo n'est pas réputé pour son infaillibilité (il avait notamment prédit en 2016 que Donald Trump serait battu aux primaires républicaines), mais ça a marché, au moins pour le premier match, puisque El Tri a surpris l'Allemagne (1-0).

***

MHarryochka

Des poupées russes à l'effigie d'Harry Kane, le buteur et capitaine de l'Angleterre, se sont mis à proliférer sur les étals des marchés à Moscou. «Il va falloir que je m'en procure une», a déclaré l'intéressé, sensible à l'initiative. Avant de réaliser une critique plus approfondie de ces Matriochkas au goût artistique incertain. «Ils m'ont quand même fait un peu grassouillet.»