Éliminé de la Coupe du monde, l'entraîneur de l'équipe russe, Stanislav Cherchesov, se range derrière la Belgique.

Bons baisers de Russie

MOSCOU — Anecdotes et insolites du Mondial 2018 en Russie.

Choix du cœur

« Dégoûté » de ne pas avoir été retenu parmi les 23 Anglais alors qu’il avait disputé neuf des dix matches de qualification, le gardien Joe Hart a choisi de jouer au cricket, son amour de jeunesse, et surtout d’être vu, samedi pendant que les Trois Lions éliminaient la Suède en quart de finale (2-0). « Super de le revoir sur le terrain pour se faire plaisir avec ses amis et sa famille », a réagi ensuite Chris Cheslin, le lanceur de Knowle à l’issue du match contre Shrewsbury, la ville de naissance du portier de 31 ans aux 75 capes. L’ancien membre de l’équipe des moins de 16 ans du Worcestershire a inscrit six runs batte en main et également réalisé une interception pour son 1er match depuis 11 ans dans la 1re division du championnat de Birmingham. L’avenir dira si sa prestation solide convainc Manchester City de le garder après un prêt peu concluant à West Ham...

Cherchesov derrière la Belgique

Éliminé de la Coupe du monde, Stanislav Cherchesov n’a pas l’intention d’en regarder les demi-finales ou la finale. C’est en tout cas ce que l’entraîneur russe a assuré à la chaine Pervy Kanal, précisant avoir un favori : la Belgique, par « sympathie » pour son sélectionneur espagnol Roberto Martinez. Avec toutefois un peu d’amertume, à en juger par ses propos : « À Bruges, nous nous sommes croisés et il s’est plaint qu’untel n’était pas en forme, que tel autre n’était pas en forme... Je l’ai regardé et j’ai pensé : "j’aimerais avoir tes problèmes" ».

Prendre un veston oui, une veste, non !

Le Sun, le tabloïd britannique populaire, appelle ses lecteurs à porter le même veston cintré et sans manches que le sélectionneur Gareth Southgate mercredi lors de la demi-finale contre la Croatie. Le mot d’ordre en Une ? « #waistcoat wednesday ». « Pour la demie, habillez-vous comme le patron », écrit ensuite le journal. Depuis le début de la campagne, le fameux veston du sélectionneur fait fureur et Marks & Spencer a vu ses ventes exploser. Comme un clin d’œil, des supporteurs ont demandé à la marque d’en abaisser le prix à 19 £ et 66 pence, qui dessine l’année de l’unique titre des Trois Lions. Paul Seligson, un lecteur de 61 ans du Sun, a expliqué qu’il était prêt à suivre la recommandation même s’il craignant de pâtir de la chaleur vu la canicule qui sévit actuellement sur l’Angleterre.

Fan mais pas trop

« J’ai joué la finale à Antalya lors du huitième de finale de la France et j’ai joué le troisième tour à Wimbledon pendant le quart de finale... J’ai dû voir à peine une mi-temps depuis le début du Mondial », a déclaré depuis Wimbledon le joueur de tennis français Adrian Mannarino. Un fervent supporteur des Bleus ? Un fan de foot ? Pas du tout. Un amateur distant qui rétablit tout de suite la vérité. « Moi je ne suis pas du tout le foot. Quand c’est la Coupe du monde, je m’y intéresse plus. Mais cela ne m’empêchera pas de dormir si la France perd (...) Si on était amené à perdre contre les Belges, ce ne serait pas trop grave. C’est toujours un moindre mal contre un pays francophone... Je vais quand même regarder le match. Je ne suis pas contre le foot non plus ! »

Mondial Pursuit

Histoire de passer le temps, les Belges ont mis au point une grande partie de Trivial Pursuit spécial « Coupe du monde à travers les âges ». Les Diables Rouges ont formé quatre équipes, dirigées par le sélectionneur Roberto Martinez, ses adjoints Thierry Henry et Graeme Jones, ainsi que le préparateur physique Richard Evans. Les joueurs devaient notamment reconnaître des visages d’anciens joueurs tels que l’Argentin Roberto Sensini, le Mexicain Cuauhtémoc Blanco ou le Russe Viktor Onopko. Avec 40 bonnes réponses sur 50 questions, l’équipe de Graeme a devancé celle de « Titi », qui a répondu juste 37 fois.

Temps réglementaire

Le groupe Delhaize, l’une des principales enseignes de la grande distribution en Belgique, a fait le choix d’avancer mardi d’une heure la fermeture de ses 128 magasins, qui passe de 20 h, l’heure du coup d’envoi de la demi-finale historique contre la France, à 19 h. Pour combattre l’absentéisme de ses employés et également leur permettre de suivre la rencontre dans de bonnes conditions. Il n’aura échappé à personne que Carrefour, également bien implanté en Belgique, n’a pas fait le même choix. « Les clients ont le droit de faire leurs courses jusqu’à 20 h », a tranché l’ogre français.

DD prend date

Qu’est-ce que cela ferait à Didier Deschamps, capitaine de l’équipe de France titrée à l’édition 1998 de la Coupe du monde, de rejoindre le Brésilien Mario Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer, les seuls pour l’heure à l’avoir remportée comme joueur puis sélectionneur ? Réponse tout en sourire du patron des Bleus : « Pour le moment je fais partie d’un cercle qui est beaucoup plus large, de ceux qui sont présents en demi-finale de la Coupe du monde. J’espère que vous me reposerez la question après le match ! »

« Le chat et le soleil »

Juste avant la conférence de presse de la Belgique, dans les entrailles du Stade de Saint-Pétersbourg, les volontaires sont chargés de vérifier le fonctionnement des micros. En règle générale, il se contentent de taper dans le micro ou de dire « un, deux, trois ; one, two, three ». Mais une volontaire francophile est allée plus loin en récitant un petit poème de Maurice Carême « Le chat et le soleil ». Interloqués au début, les reporters originaires de tous pays ont ensuite applaudi la prestation sans faute ! Avant la conférence de presse des Bleus, elle avait également lu Voyelles de Rimbaud.