Simon Fournier affichait le deuxième chrono le plus rapide après le premier intervalle de la première manche du slalom de Madonna di Campiglio.

Coupe du monde: Fournier parmi les plus rapides... pour un instant

Une sortie de piste l’a empêché de terminer sa troisième course en carrière sur le circuit de la Coupe du monde, samedi, en Italie. Mais Simon Fournier a tout de même montré qu’il pouvait être parmi les plus rapides.

Le skieur alpin de Hull affichait le deuxième chrono le plus rapide après le premier intervalle de la première manche du slalom de Madonna di Campiglio. «De savoir que je peux être compétitif, c’est comme recevoir une bonne tape dans le dos. La journée où je pourrai effectuer une descente au complet, je peux m’attendre à un bon résultat», a-t-il soutenu lorsque joint deux heures après sa dernière course de l’année 2018. Fournier est sorti de piste après le troisième intervalle.

«J’étais incapable de garder la vitesse», a-t-il expliqué.

Deux jours auparavant, la recrue de l’équipe canadienne senior avait aussi été contrait à l’abandon au slalom de Saalbach-Hinterglemm, en Autriche. Il a été un des 32 skieurs à ne pas être en mesure de terminer la course.

«Les conditions étaient difficiles là-bas... les plus difficiles auxquelles j’ai eu à faire face depuis que je skie, a-t-il relaté.

«Ils [organisateurs] ont injecté de l’eau sur la piste, mais ça n’a pas fonctionné. Il y avait de gros trous partout. Tu avais des écarts de sept secondes entre des skieurs. Habituellement, la différence peut aller à une seconde et demie.»

En Italie, c’était tout le contraire.

«Les meilleures conditions de neige dans lesquelles j’ai pu courir. J’avais le dossard 73. Je partais parmi les derniers et il n’y avait pas de marque sur le parcours. J’ai pu attaquer, surtout que je n’avais rien à perdre.»

L’athlète âgé de 21 ans a effectué ses débuts en Coupe du monde à la mi-novembre à Levi, en Finlande. Il n’avait pu se qualifier pour la deuxième manche du slalom.

Ce dernier dresse tout de même un bilan positif de son début de saison. Il a pu goûter au grand cirque blanc. Puis ça va bien pour lui sur le circuit de développement de la Coupe Nor-Am. Fournier occupe en ce moment le premier rang du classement général en slalom. Il se pointe au quatrième rang en slalom géant.

Les skieurs qui terminent parmi le top-2 à la conclusion de la saison obtiennent leur place permanente en Coupe du monde en 2019-2020. «C’est mon objectif principal de gagner le titre en Nor-Am», a reconnu le produit de l’Outaouais.

Fournier aura justement droit à un séjour prolongé dans son patelin durant la période des Fêtes. Ses prochaines courses auront lieu à Camp Fortune et Mont Sainte-Marie, qui accueilleront cinq épreuves du circuit Nor-Am du 3 au 7 janvier.

Par la suite, ses doigts seront croisés dans l’espoir d’obtenir deux départs additionnels en Coupe du monde en Autriche. D’abord à Kitzbuehel puis Schladming.

En même temps, Simon Fournier entamera ses études universitaires à l’Université de Denver. Un trajet emprunté par deux de ses coéquipiers actuels de l’équipe canadienne, Trevor Philp et Erik Read.

«Ils m’ont encouragé à tirer avantage de la disponibilité des bourses sportives. Ça va me permettre aussi d’avoir un équilibre sain dans ma vie. J’ai trouvé ça difficile ces dernières années de faire uniquement que du sport de haut niveau.»