Coupe du monde

Un duel difficile attend le Canada

REIMS, France — Quand il affrontera les Pays-Bas pour son dernier match du groupe E, jeudi à Reims, le Canada disputera son plus difficile duel de la Coupe du monde de football féminin jusqu’ici.

« Il s’agit d’un groupe très talentueux, a souligné la capitaine canadienne, Christine Sinclair. Elles comptent sur trois attaquantes de classe mondiale. Elles offriront un calibre de jeu une coche au-dessus de ce que nous avons affronté jusqu’ici. Ce sera un match bien différent des deux premiers. »

Soccer

Le Canada se méfie de la Nouvelle-Zélande

GRENOBLE, France — La capitaine Christine Sinclair s’attend à affronter une équipe désespérée samedi, quand le Canada disputera son deuxième match de groupe de la Coupe du monde de football féminin face à la Nouvelle-Zélande, au Stade des Alpes de Grenoble.

Les Fougères, qui viennent de subir une défaite crève-cœur dans les arrêts de jeu contre les Pays-Bas, n’ont pas inscrit de victoire en cinq participations au Mondial (0-10-3), mais elles s’avèrent chaque fois des adversaires difficiles à vaincre.

Soccer

Buchanan procure la victoire au Canada à la Coupe du monde de soccer

MONTPELLIER — Le Canada a surmonté un peu de rouille de début de tournoi et une défense pugnace du Cameroun pour lancer sa Coupe du monde de soccer féminin par un gain difficilement obtenu de 1-0.

La défenseuse centrale Kadeisha Buchanan est venue à la rescousse du Canada, faisant dévier de la tête un corner dans le filet juste avant la mi-temps pour les Canadiennes cinquièmes au classement de la FIFA.

Le soulagement était palpable dans le clan canadien face aux Lionnes indomptables, classées 46es au monde.

«Nous devrons offrir de meilleures performances dans les deux prochaines rencontres, a déclaré l’attaquante Janine Beckie, qui a décoché le corner menant au but victorieux. Des adversaires de plus grande qualité s’en viennent. Mais donnons le mérite au Cameroun, elles ont joué un fort match.»

La milieu de terrain Sophie Schmidt a choisi de se concentrer sur le résultat final.

«C’est certain que vous voulez bien jouer et gagner, mais nous avons les trois points, nous avons le jeu blanc. C’est très bien.»

La capitaine Christine Sinclair a aussi regardé la performance dans son ensemble.

«Une fois que nous avons trouvé notre rythme, nous avons eu les meilleures occasions pour le reste du match. Ne restait qu’à voir si nous allions marquer ou pas et nous l’avons fait.»

Le Cameroun joue défensivement

L’histoire de la première demie a été que le Canada a tenté de jouer le ballon pendant que le Cameroun a tenté de l’arrêter. Les Africaines ont joué à cinq défenseuses formant une ligne derrière une milieu de terrain défensive quand le Canada avait le ballon. Le Cameroun souhaitait récupérer celui-ci, avant de tenter la longue passe à une attaquante en foulée.

À certains moments, les Canadiennes ont semblé à la recherche du jeu parfait alors qu’un tir au but aurait très bien fait l’affaire.

L’impasse a été dénouée à la 45e minute, sur le corner de Beckie. Buchanan a traversé la surface comme un boulet de canon au deuxième poteau, puis s’est envolée pour rediriger le ballon de la tête. Après un bond, le ballon a frappé le haut du filet.

Il s’agit du quatrième but en 89 matchs pour Buchanan.

Même s’il a eu la possession du ballon 65 % du temps et qu’il a obtenu 10 corners contre quatre pour son adversaire, le Canada n’a dirigé que 10 tirs au but contre quatre - quatre tirs cadrés contre un seul.

Le Canada fera maintenant 295 kilomètres vers le nord-est pour se rendre à Grenoble, où il fera face à la Nouvelle-Zélande, samedi. La nation qui occupe le 19e rang mondial lance son tournoi mardi, contre les Pays-Bas, classés neuvièmes.

Dans l’autre match au programme, l’Argentine et le Japon n’ont pu faire de maître dans le groupe D, se livrant un verdict nul de 0-0.

Les deux équipes accusent donc un retard de deux points sur l’Angleterre, qui a battu l’Écosse à son premier match.

Coupe du monde

La FIFA est «optimiste» pour une Coupe du monde à 48 équipes en 2022

ISTANBUL — Le président de la FIFA Gianni Infantino s’est dit vendredi «optimiste» au sujet de l’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar avec 48 équipes au lieu de 32, tout en soulignant que ce ne serait «pas facile».

«Je suis optimiste, mais est-ce que ce sera facile ? Non, cela ne sera pas facile, je dois être honnête», a déclaré le patron de la Fédération internationale de football lors d’une conférence de presse à Istanbul à l’issue d’un sommet exécutif de trois jours dans la capitale économique de la Turquie.

Coupe du Monde

La France, une équipe africaine ?

PARIS — Jusqu’à Barack Obama, les origines des Français champions du monde de football ont fait parler à l’étranger, en bien ou en mal : un paradoxe alors que la France a fêté sa deuxième étoile loin du mythe « Black Blanc Beur » de 1998.

Pour défendre la diversité lors d’un discours à Johannesburg à l’occasion du centenaire de la naissance de Nelson Mandela, l’ancien président américain a lancé : « Si vous en doutez, demandez à l’équipe de France de football qui vient de gagner la Coupe du monde. Tous n’ont pas l’air Gaulois à mes yeux... mais ils sont Français. Ils sont Français ! », a-t-il souligné avec force.

Coupe du monde 2018

Retour triomphal des Bleus en France

PARIS — Après le sacre, le retour triomphal: les Bleus ont été accueillis en héros lundi sur le sol français, où ils doivent célébrer leur titre de champion du monde sur les Champs-Elysées avec des dizaines de milliers de personnes avant d’être reçus par le président Macron à l’Élysée.

Joueurs et encadrement de l’équipe de France, auréolés du deuxième titre mondial de l’histoire des Bleus vingt ans après celui de 1998, ont atterri peu avant 17h00 (locales) à l’aéroport parisien de Roissy, moins de 24 heures après leur victoire (4-2) en finale sur la Croatie au stade Loujniki de Moscou.

Sur le tarmac, les pompiers leur ont offert un «water salute», un arc monumental réalisé avec des lances à eau à plein régime.

Le capitaine Hugo Lloris, trophée en main, et le sélectionneur Didier Deschamps sont sortis les premiers, accueillis par la ministre des Sports Laura Flessel, sous les acclamations du personnel de l’aéroport qui chantait «Merci les Bleus».

Euphoriques malgré leur courte nuit, ils ont parcouru le tapis rouge jusqu’à un petit podium où ils ont posé pour les photographes.

Un emploi du temps serré attend désormais les champions du monde, arrivés avec une heure de retard sur l’horaire prévu.

Après s’être changés, ils doivent se rendre, à bord d’un bus frappé des deux étoiles et de l’inscription «champions du monde», jusqu’aux Champs-Elysées.

Sur un autre bus, à impériale celui-là, ils descendront la «plus belle avenue du monde», comme leurs glorieux aînés — dont faisait partie Didier Deschamps — qui avaient défilé au même endroit le 13 juillet 1998, acclamés par un demi-million de personnes.

«Une belle France» 

Dimanche, des centaines de milliers de personnes y sont venues célébrer leurs 23 héros, dont les visages ont été projetés sur l’Arc de Triomphe.

Une foule impressionnante, toute de bleu-blanc-rouge, était encore massée lundi, patientant pendant plusieurs heures sous un soleil de plomb.

«On est super fiers de cette équipe, ils sont vraiment devenus nos joueurs», s’enthousiasme Priscilla Lagneaux, arrivée dès midi avec des amis. «Il fallait qu’on les voie, et puis la Coupe aussi», explique cette préparatrice de commandes de 28 ans, qui rêve d’apercevoir son chouchou, Paul Pogba.

Coupe du monde 2018

Week-end festif à l’ambassade de France

Grâce aux prouesses de 11 joueurs dans un stade de Moscou, les Français de la planète tout entière ont pu scander « nous sommes champions du monde » dimanche.

Sous un grand chapiteau dans les jardins de l’ambassade de France sur la promenade Sussex d’Ottawa, les ressortissants français de la région se bombaient même le torse en ajoutant « champion du monde pour la deuxième fois ! » après une victoire convaincante de 4-2 contre la Croatie.

La dernière fois, en 1998, Fabrice Tarres avait 18 ans et il se trouvait à Barcelone quand l’équipe de France avait triomphé devant le Brésil au stade de France à Saint-Denis.

« Ça fait 20 ans que j’attends de revivre ce moment-là. Je suis encore à l’étranger cette fois. Ça doit être mon karma ! Nous avions besoin de cette Coupe du monde. Avec la douleur qui a accompagné les attentats terroristes, j’espère que cette victoire donnera un petit coup de moral à la France », a-t-il expliqué au son de la chanson I Will Survive, thème de la première conquête de la Coupe du monde de la France en 1998.

Coupe du monde

Une finale suivie sur le terrain du parc Lansdowne

C’est sous un soleil de plomb que plus de 1200 mordus de soccer ont regardé sur écran géant au domicile du Fury d’Ottawa la retransmission de la finale de la Coupe du monde qui a vu la France l’emporter 4 à 2 sur la Croatie, dimanche.

La plupart des gens ont apporté leur chaise de camping ou une couverture afin d’être bien à l’aise sur le terrain de soccer et de football du parc Lansdowne.

Coupe du monde 2018

Modric élu meilleur joueur du Mondial

MOSCOU — Luka Modric est un joueur sensationnel, et le parcours de la Croatie lui vaut d’être élu meilleur joueur du tournoi. Mais sera-ce suffisant pour ravir le Ballon d’Or à Cristiano Ronaldo et Lionel Messi... Voire à un des champions français?

Le sélectionneur de l’Argentine, Jorge Sampaoli, aime à répéter que le soccer doit un Mondial à Lionel Messi. Mais ne doit-il pas aussi un Ballon d’Or à Luka Modric?

Coupe du monde 2018

Mission accomplie pour Griezmann

MOSCOU — «Je veux l’étoile, je m’en fous du jeu!», lançait-il... L’attaquant français Antoine Griezmann a rempli sa mission en étant l’homme du match contre la Croatie (4-2), grâce à son coup franc puis son but sur penalty, dans un début de finale très crispant.

Il y a vingt ans, le héros s’appelait Zinédine Zidane, avec ses deux buts de la tête contre le Brésil (3-0). En 2018, ils sont plusieurs à s’être distingués, mais Griezmann a largement contribué à envoyer la foule française exploser de joie sur les Champs-Élysées.