Le gardien gatinois des Patriotes de l’UQTR, Félix Clapin-Girard, s’est dressé comme un mur de glace devant les équipes adverses aux championnats canadiens de soccer universitaire masculin, n’allouant aucun but durant le tournoi.

Coton ouaté et gros trophée

Félix Clapin-Girard n’avait jamais joué dans des températures si glaciales auparavant.

À quel point faisait-il froid aux championnats canadiens de soccer universitaire masculin qui se déroulaient le week-end dernier à Montréal ? « Toutes les bouteilles d’eau de notre équipe étaient gelées vers la fin de notre match en demi-finale qui s’est rendu en prolongation, souligne le gardien gatinois au bout du fil.

«C’était la première fois que je voyais ça», ajoute-t-il.

Visiblement, ce fut une semaine de premières pour lui et ses coéquipiers des Patriotes, qui ont donné un premier titre national en soccer à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Ces derniers ont gagné 2-0, dimanche, contre les favoris locaux, les Carabins de Montréal.

Clapin-Girard a effectué 15 arrêts en finale, ce qui lui a valu d’être choisi non seulement joueur du match, mais aussi d’obtenir le trophée du joueur par excellence du tournoi. Il a réussi des blanchissages à chacun des trois matches des siens.

«C’est assez excitant de n’accorder aucun but durant un championnat», avoue l’étudiant-athlète inscrit en géographie environnementale.

Un gros zéro qui ne le surprend nullement par contre.

«Notre jeu en défensive, ça faisait partie de nos forces cette saison», souligne-t-il.

Superstitieux, Clapin-Girard a conservé la même routine d’avant-match durant les championnats canadiens. «J’enfile le bas droit en premier, puis le bas gauche, suivi du soulier droit et du soulier gauche, raconte le jeune homme de 22 ans.

«J’ai écouté aussi la même liste de chansons.»

Félix Clapin-Girard et ses coéquipiers des Patriotes ont donné un premier titre national en soccer à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

La question se posait. Est-ce que le succès Coton ouaté du groupe Bleu Jeans Bleu faisait partie de ces tounes ? Il aurait été de mise puisqu’il faisait frette. «Ça aurait peut-être été une bonne idée, lance en riant Clapin-Girard. Mais j’ai préféré mes trucs, ne rien changer.»

Il s’agissait de sa troisième saison dans l’uniforme des Patriotes après un séjour de trois ans en Europe. Le produit du secteur Hull a joué un an et demi en France, puis une quinzaine de mois en Espagne, s’alignant au sein de l’équipe U19 du Granada FC.

«J’ai décidé de revenir pour poursuivre mes études, retrouver ma culture et mes amis», fait valoir le gardien de 6’1’’ et 175 livres, qui était considéré un des meilleurs espoirs à sa position au Québec durant son adolescence. À preuve, Soccer Québec lui avait remis un Ballon d’argent à un certain moment.

Ce retour dans la Belle Province lui a permis de retrouver goût pour ce sport. Le rêve de faire carrière chez les pros en avait pris un coup durant son passage sur le Vieux-Continent.

«En revenant ici, j’avais mis une croix là-dessus. Mais là, je me rends compte qu’il y a encore une petite flamme.»

Retour à l’UQTR

Reste à voir la suite des choses dans son cas.

Il reste deux autres années d’admissibilité à Félix Clapin-Girard dans les rangs universitaires canadiens.

Ce dernier pourrait se laisser tenter éventuellement par l’aventure de la Première Ligue canadienne (PLC). Il était considéré un des 21 espoirs en vue du repêchage qui avait lieu lundi soir.

Son nom n’a toutefois pas été appelé par les sept équipes du circuit lors des deux rondes. Ce n’est que partie remise.

En attendant, d’autres trucs plus urgents se trouvent au menu.

«Maintenant que la saison est terminée, je vais me trouver un emploi et me concentrer un peu plus sur mes études.»