La semaine dernière, Richard Pound, membre senior du Comité international olympique, a suggéré que Tokyo et le CIO avaient environ jusqu'à la fin du mois de mai pour annoncer une décision.

Confrontés au coronavirus: quelle est la prochaine étape pour les JO de Tokyo?

TOKYO — La propagation du coronavirus en provenance de Chine touche plus de 60 pays et menace les Jeux olympiques de Tokyo. Le coup d'envoi des Jeux olympiques sera donné le 24 juillet, dans moins de cinq mois. Les Jeux paralympiques suivront le 25 août.

Le président du CIO, Thomas Bach, lors d'une entrevue réservée à certains médias japonais la semaine dernière, a révélé que «le CIO est pleinement déterminé à y organiser la cérémonie d'ouverture le 24 juillet à Tokyo». Il a refusé de spéculer sur un report, une annulation ou toute combinaison de ces possibilités.

Bach a précisé: «Je ne suis pas prêt à ajouter de l'huile sur le feu de la spéculation.»

D'autres le font.

Un preneur aux livres irlandais a commencé la semaine dernière à prendre des paris: 4/6 que la cérémonie d'ouverture ne se déroulera pas à Tokyo comme prévu, ou 11/10 qu'elle aura lieu.

La semaine dernière, Richard Pound, membre senior du Comité international olympique, a suggéré que Tokyo et le CIO avaient à peu près jusqu'à la fin du mois de mai pour annoncer une décision. Pound, ancien vice-président du CIO, a précisé qu'aucune décision n'était encore prise et souligné que les discussions étaient presque constantes avec l'Organisation mondiale de la santé.

Il a qualifié le virus d'«éléphant» dans la pièce, comparant la lutte contre lui à «la nouvelle guerre».

«Vous ne reportez tout simplement pas quelque chose de la taille et de l'importance des Jeux olympiques, a affirmé Pound à l'Associated Press. Il y a tellement d'éléments en jeu; tant de pays, tant de saisons différentes et de saisons de compétitions, de saisons télévisuelles. Vous ne pouvez pas dire: "Nous les tiendrons en octobre". C'est une grande, grande, grande décision et vous ne pouvez simplement pas la prendre avant d'avoir tous les faits pertinents en mains.»

Le virus a fait plus de 3000 morts, la grande majorité en Chine. Le Japon a signalé 12 décès avec près de 1000 cas.

Q: QUEL EST LE PROCHAIN ÉLÉMENT À CONSIDÉRER?

R: Le grand patron de Tokyo 2020, Toshiro Muto, tiendra une téléconférence mercredi avec la commission exécutive du CIO en Suisse. Ce groupe de 14 membres avec Bach prend les grandes décisions.

Il pourrait y avoir des changements au relais de la flamme, qui devrait démarrer le 26 mars dans la préfecture de Fukushima, au nord-est de Tokyo. L'événement est fortement parrainé par Coca-Cola et Toyota. Il pourrait donner lieu à des restrictions pour ce qui est de la foule comme pour le marathon de Tokyo, dimanche. Les matchs hors-concours de baseball se jouent dans des stades vides, la J-League de soccer a suspendu son calendrier et un grand événement de sumo se tiendra sans spectateurs. La formation des 80 000 bénévoles non rémunérés de Tokyo a été reportée au moins jusqu'en mai.

Il y a un mois, Muto a précisé qu'il était «grandement préoccupé» par la propagation du virus. Il est devenu plus prudent dans ses déclarations depuis.

Q: QUOI DE NEUF POUR LES ÉPREUVES TESTS?

R: Il reste 18 épreuves tests. Plusieurs sont de moindre importance et n'impliquent que des athlètes japonais, une occasion pour les organisateurs de tester les sites et la logistique. Deux événements auront lieu ces prochaines semaines et impliqueront des non-Japonais: le rugby paralympique en fauteuil roulant les 12 et 15 mars et une rencontre de gymnastique les 4 et 6 avril. Il faudra voir si des athlètes non japonais y participeront.

Des restrictions pourraient être mises en place à l'intention du public, même si certaines ne prévoient pas la présence de spectateurs.

Q: QU'EN EST-IL DES ÉVÉNEMENTS OLYMPIQUES DE QUALIFICATION?

Les dirigeants ont annoncé qu'une épreuve de qualification olympique de baseball a été reportée d'avril à juin. Elle se tiendra à Taïwan comme prévu, mais du 17 au 21 juin au lieu du 1er au 5 avril. La Conférence mondiale de softball-baseball a expliqué que c'était en raison des «mesures de sécurité pour la santé des joueurs, du personnel et des spectateurs contre la propagation du coronavirus.»

Des épreuves de qualification olympiques prévues initialement en Chine ont été déplacées. Bach a expliqué que de nombreuses équipes et athlètes chinois sont actuellement à l'extérieur de la Chine et s'entraînent ailleurs: l'équipe de tennis de table est au Qatar, l'équipe féminine de basketball est en Croatie et les lutteurs sont en Serbie.

«Nous avons réussi à déplacer les compétitions et tournois de qualification en quelques semaines de la Chine vers d'autres pays où la sécurité des athlètes pourra être assurée», a affirmé Bach.

Q: POUND A ÉVOQUÉ L'ÉCHÉANCE DE FIN MAI: EST-CE UNE DATE FERME?

R: Pound est un membre senior du CIO. Mais il parlait à titre personnel lorsqu'il a spéculé que la fin mai était une date limite pour décider du sort de Tokyo. La décision sera prise par la commission exécutive du CIO, l'OMS et les organisateurs locaux. Il semble raisonnable qu'une décision doive être prise deux mois avant les jeux.

Les Jeux olympiques impliquent d'innombrables intervenants. Les commanditaires qui ont payé des milliards doivent enclencher leurs campagnes publicitaires. Plus de 11 000 athlètes olympiques et 4400 pour les Jeux paralympiques doivent planifier leur horaire d'entraînement. Ajoutez à cela: les vols, les réservations d'hôtel, la restauration, la billetterie et les horaires de diffusion. Près de 75 pour cent, des revenus de 5,7 milliards $ US du CIO sur un cycle de quatre ans proviennent des droits de diffusion.

Tokyo dépense officiellement 12,6 milliards $ pour organiser les Jeux olympiques, bien que ce pourrait être deux fois plus selon un comité d'audit national.

Pound a ajouté que toutes les alternatives présentaient des inconvénients majeurs: repousser le début de quelques mois, reporter jusqu'en 2021, déplacer les événements vers des lieux dispersés ou une autre ville, ou une annulation pure et simple. Les Jeux olympiques de l'ère moderne ont été annulés trois fois au cours des deux guerres mondiales et ont fait l'objet de boycottage en 1976, 1980 et 1984.

Q: QUELLE EST L'AMBIANCE AU JAPON?

R: C'est un climat d'incertitude et de stress, ce qui provoque des craintes dans les magasins. D'un autre côté, la vie quotidienne semble normale, peut-être avec moins de passagers dans les trains de Tokyo et plus de gens portant des masques.

Le gouvernement a demandé à toutes les écoles de fermer pendant plus d'un mois. Le premier ministre Shinzo Abe a été critiqué pour avoir commencé tardivement à combattre le virus. Il a annoncé samedi un programme d'aide économique d'urgence de 270 milliards de yens (2,5 milliards $ US). Il a déclaré que le pays était à un moment critique pour déterminer s'il pouvait garder l'épidémie sous contrôle avant les Jeux olympiques.

«Franchement, cette bataille ne peut pas être gagnée uniquement par les efforts du gouvernement, a dit Abe. Nous ne pouvons pas le faire sans la compréhension et la coopération de chacun d'entre vous, y compris les institutions médicales, les familles, les entreprises et les gouvernements locaux.»

+

EURO-2020: DERNIERS PRÉPARATIFS À J-100, SOUS LA MENACE DU CORONAVIRUS

Le compte à rebours est lancé. Il restera 100 jours mercredi aux organisateurs de l'Euro-2020 pour peaufiner les préparatifs d'un tournoi au format inédit dans douze pays, avec une inconnue majeure autour du coronavirus qui bouscule déjà le football européen.

Billetterie, stades, transport, sécurité, visa: à trois mois du match d'ouverture entre l'Italie et la Turquie, le 12 juin à Rome, tout semble en ordre de marche. Mais l'ombre du nouveau coronavirus, épidémie venue de Chine et qui touche désormais le continent européen, jette un voile d'incertitude.

Si le sujet s'est ajouté au menu du comité exécutif de l'UEFA, lundi à Amsterdam, l'instance de gouvernance du football européen, contactée par l'AFP, se veut pour l'heure rassurante.

«L'UEFA est en contact avec les autorités internationales et locales compétentes concernant le coronavirus et son développement. Pour l'instant, il n'est pas nécessaire de modifier quoi que ce soit dans le calendrier prévu», assure l'organisation présidée par Aleksander Ceferin.

Pour autant, l'épidémie de nouveau coronavirus a dépassé lundi le bilan de 3 000 morts, dont 34 recensés en Italie, pays le plus touché en Europe.

Au pays du «calcio», le calendrier a déjà été bousculé en réponse à la propagation du COVID-19. L'Inter Milan a ainsi organisé à huis clos son match de Ligue Europa, le 27 février contre Ludogorets, et dix matchs de Serie A ont été reportés.

«Tout envisager»

Dans ce contexte, les partisans eux-mêmes commencent à s'interroger sur le maintien du tournoi continental, du moins dans son schéma d'origine.

«On commence à en parler, on se demande "mais qu'est-ce qu'il se passe si l'Euro est repoussé ?" Ce sont des choses qui arrivent, on peut tout envisager», constate Kin, un membre actif du groupe Irrésistibles Français, auprès de l'AFP.

Malgré cela, les fans des 20 équipes déjà qualifiés -4 autres le seront à l'issue des barrages fin mars- continuent de s'organiser pour le grand chassé-croisé de l'été, avec des déplacements dans plusieurs villes d'Europe.

Tous les stades hôtes sont «opérationnels», en particulier la Puskás Arena de Budapest (seule enceinte construite pour l'événement) inaugurée en novembre, et «les infrastructures de transport nécessaires sont également en place bien avant le début du tournoi», souligne l'UEFA.

En Roumanie, où a été promise la modernisation de quatre stades de Bucarest destinés aux entraînements, des doutes ont cependant été émis ces derniers mois par le chef du gouvernement lui-même, Ludovic Orban. «Les travaux n'ont pas avancé d'un pouce pendant quatre ans», avait-il déploré en novembre, mettant implicitement en cause les majorités précédentes.

Succès de billetterie 

Une chose est sûre, ce tournoi éclaté aux quatre coins de l'Europe n'a pas refroidi l'enthousiasme des supporteurs, à en croire les chiffres délivrés par l'UEFA.

L'instance basée à Nyon, en Suisse, assure avoir reçu plus de 28 millions de demandes de billets, soit deux fois plus qu'à l'Euro-2016 organisé en France, alors que trois millions de billets ont été mis en vente jusqu'à présent. Dans la foulée des barrages du 31 mars, d'autres sésames seront disponibles pour les suiveurs des pays vainqueurs.

S'agissant des déplacements en Russie et en Azerbaïdjan, l'UEFA affirme par ailleurs que les démarches seront faciles et rapides.

Le dispositif «Fan ID» en place pendant le Mondial russe de 2018 sera reconduit. «Cela signifie que les supporters en possession d'un billet valide pour les matchs à Saint-Pétersbourg, et qui ont demandé en ligne le Fan ID, pourront entrer en Russie sans visa» entre le 30 mai et le 3 juillet.

Ceux qui souhaitent aller à Bakou devront réclamer un visa électronique. «Le service est rapide et les visas peuvent être demandés et reçus en seulement quelques jours», promet l'UEFA.

La fête du football européen sera-t-elle totale? Ou la crise du coronavirus s'invitera-t-elle à la dernière minute? Réponse dans les jours et semaines à venir.