Les Jeux de Tokyo seront disputés du 24 juillet au 9 août. Ils seront suivis des Jeux paralympiques, du 25 août au 6 septembre.

Comment calculer le coût des Jeux olympiques ?

TOKYO — Le Comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo (COJO) ont indiqué vendredi qu’ils dépenseront 1,35 billion de yens japonais, soit 12,6 milliards $ US, pour organiser les prochains Jeux d’été.

Le COJO a ajouté que les dépenses sont demeurées inchangées depuis l’an dernier, mais qu’une forte croissance des revenus de commandites et de la vente des billets a permis de constituer un fonds de prévoyance de 300 millions $.

Cependant, l’Office national de vérification nippon affirme, dans un document de 177 pages préparé pour le Parlement que les Jeux olympiques coûteront beaucoup plus que ce que les organisateurs ne laissent entendre.

Dans son rapport, le vérificateur inclut des coûts additionnels de 9,7 milliards $ qui sont, selon lui, reliés aux JO, mais qui n’ont pas été inclus dans les chiffres fournis par le COJO. De plus, la ville de Tokyo a précédemment affirmé qu’elle dépenserait 7,4 milliards $ sur des projets liés aux Olympiques. La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, avait à l’époque déclaré que ces dépenses allaient être faites pour « des projets liés de façon directe ou indirecte aux Jeux ».

Parmi ces projets, il y avait la construction des sites sans entrave pour les athlètes paralympiques, des programmes de formation pour les bénévoles, ainsi que de la publicité pour mousser le tourisme.

Le COJO argue que ces dépenses n’ont aucun lien direct avec les Jeux.

Le très respecté journal économique Nikkei et le quotidien Asahi ont également calculé les coûts des JO. Ils affirment que les dépenses seront de loin supérieures à ce que prétend le comité organisateur. Ils estiment les dépensent totales à environ 28 milliards $.

Quand Tokyo a obtenu le mandat d’organiser les Jeux olympiques en 2013, le comité de candidature estimait les coûts à 7,3 milliards $.

D’estimer de façon exacte les coûts d’organisations des Jeux est toujours un exercice périlleux en raison de ce que chacun estime être des dépenses en lien ou non avec ceux-ci. Le Comité international olympique et les comités organisateurs locaux avancent souvent de plus petits montants. Dans ce cas-ci, le CIO met l’accent sur les milliards de dollars épargnés parce qu’il a exigé des organisateurs qu’ils utilisent des sites de compétitions déjà existants ou encore de construire des structures temporaires.

Le CIO a été critiqué pour les coûts sans cesse grandissants des Jeux olympiques et la perception qu’il oblige les villes hôtesses à bâtir des sites qui ne serviront plus par la suite. Au cours des dernières années, l’organisme a tenté de redorer son image en misant sur l’utilisation de sites existants et en accordant plus de choix aux villes hôtesses sur la façon d’organiser les Jeux.