Mélodie Collard ressent déjà de l’excitation en vue de Roland-Garros, même si elle n’est pas encore en France. Elle participe pour le moment à un tournoi en Belgique.

Collard vise un laissez-passer pour le volet junior de Roland-Garros

Les meilleurs joueurs de tennis sur la planète sont réunis en France depuis quelques jours. La relève se fait attendre.

Le volet junior de Roland-Garros se met en branle jeudi. La Gatinoise Mélodie Collard compte bien s’y rendre, mais elle n’est pas trop pressée.

Après avoir atteint la demi-finale d’un tournoi ITF qui se déroulait en Italie, elle a fait escale en Belgique. Elle participera, à compter de mardi, à un tournoi qui se déroulera en région wallonne, à Charleroi.

«Nous sommes ici en espérant, peut-être, obtenir un wild card vers le tableau principal de Roland-Garros», nous annonce son entraîneur, Mathieu Toupin.

La situation est un peu complexe. Essentiellement, les organisateurs du tournoi de Charleroi détiennent deux exemptions pour des athlètes qui participent à leur tournoi. Pour en obtenir un, Collard doit d’abord remporter ses deux premiers matches de la semaine, mardi et mercredi.

Si elle n’y parvient pas, elle pourrait quitter la Belgique en milieu de semaine pour aller tenter sa chance aux qualifications, à Paris.

«On ressent déjà un petit buzz», concède la jeune femme, même si elle se trouve présentement 300 kilomètres de la Ville Lumière.

Depuis le début de son voyage en Europe, elle rencontre plusieurs joueuses qui ambitionnent de briller dans le deuxième tournoi du Grand Chelem inscrit au calendrier de 2019.

«Toutes les filles commencent à se connaître, note-t-elle. Moi, je n’ai pas encore vraiment fait ma place sur la scène internationale. J’avais juste participé à quelques tournois en Amérique du Sud. J’ai eu la chance de rencontrer des Russes, des Australiennes, des filles qui ne viennent pas trop souvent en Amérique.»

Collard trouve des moyens de se faire remarquer, sur le terrain. Ses performances en Italie pourraient lui permettre d’entreprendre la semaine au 44e rang du classement mondial. «Elle continue de progresser, même si nous n’avons pas vraiment d’objectifs, dit Mathieu Toupin. Je suis plus que sincère. On ne se bat pas pour un classement. On n’est vraiment pas pressés. Lors de chaque tournoi, Mélodie continue d’apprendre des choses. Je pense qu’elle a retenu une leçon de sa dernière défaite en simple.»

Sa protégée est d’accord.

«J’ai encore plusieurs choses à travailler, reconnaît l’adolescente. Mon jeu s’est vraiment amélioré dans les dernières semaines, dans les derniers mois. En Italie, je suis tombée sur une fille qui avait un style différent, qui ressemblait davantage au mien. Je dois continuer à travailler. Je dois rester agressive, je dois toujours dépenser de l’énergie. Je dois rester stable.»