Mélodie Collard savoure chaque moment de sa première expérience dans un tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros. La voici avec son amie Lauren Anzalotta Kynoch, une joueuse native de Porto Rico.

Collard aux premières loges à Roland-Garros

Mélodie Collard savait qu’elle cognait aux portes des ligues majeures du tennis quand elle s’est présentée au premier tournoi du Grand Chelem de sa jeune carrière la semaine dernière.

Dimanche avant-midi, la réalité l’a frappée de plein fouet lorsqu’elle s’est retrouvée dans le complexe Jean-Bouin près du stade Roland-Garros. 

C’est là que les athlètes font leur réchauffement avant de sauter sur le terrain.

Directement à sa droite, sur le vélo stationnaire voisin, il y avait Dominic Thiem, quatrième raquette mondiale chez les hommes. 

Non loin d’elle, Juan Martin del Petro, neuvième au monde, se réchauffait lui aussi. C’était complètement surréel.

« Quand j’ai vu ça, je me suis dit oh, mon Dieu ! Je suis vraiment ici ! C’est tellement bizarre. Les choses ont été vraiment vite pour moi. Au début de l’année, je n’aurais jamais cru que je pourrais être à Roland-Garros. Ça donne la piqûre. L’ambiance est spéciale. Les installations sont incroyables. La sécurité est intense. Il y a tellement de monde qui vient voir les matches. »

L’adolescente gatinoise a aussi été vivement impressionnée par les services médicaux offerts aux athlètes à Roland-Garros.

« J’avais trois médecins pour regarder ma blessure. Ils ont pris des échographies, puis ils se sont consultés afin de poser le meilleur diagnostic. Par la suite, j’ai vu une physiothérapeute qui a organisé un traitement spécifique à ce diagnostic. C’est impressionnant. Je vois déjà une évolution », a-t-elle raconté au Droit à son retour à l’hôtel dimanche après-midi.

Son entraîneur, Mathieu Toupin, qui l’accompagne dans son aventure européenne a blagué qu’il aurait fallu six mois à sa protégée avant d’obtenir les mêmes services en Outaouais...

En double avec Fernandez

Défaite par une marge infime à son premier match des qualifications, Mélodie Collard compte bien se rabattre sur sa deuxième chance alors qu’elle sera jumelée à Leylah Fernandez en double à partir de mardi.

Pour la petite histoire, Fernandez est née à Laval, mais elle s’entraîne dorénavant en Floride. 

Samedi, elle a gagné le tournoi de Charleroi en Belgique, là où était Mélodie la semaine dernière avant de s’incliner au troisième tour. 

Fernandez est non seulement la meilleure raquette junior au Canada, mais elle sera aussi la favorite à Roland-Garros en simple.

En double, le duo canadien sera semé huitième tête de série.

« J’avais d’autres plans en tête pour le simple. Je serai mieux préparée et ce sera moins épeurant la prochaine fois. Le double sera vraiment l’fun parce que ça va me permettre d’acquérir d’autre expérience ici. Sans le double, je serais déjà rentré à Gatineau. Il y a beaucoup de points en jeu. Ce sera très important pour mon classement mondial », a dit la 46e raquette mondiale junior.

Fernandez et Collard se connaissent bien même s’ils n’ont jamais joué en double avant Roland-Garros. 

D’ailleurs, les deux amies partagent la même chambre d’hôtel à Paris.

« On s’entend super bien. Elle est expérimentée. Sa présence va pouvoir me mettre en confiance », a ajouté Collard au sujet de Fernandez, qui avait atteint la demi-finale à Roland-Garros l’an dernier.

La deuxième favorite chez les juniors sera la Française Diane Parry. 

Elle a réussi l’exploit de gagner ses premiers matches en simple et en double cette semaine dans le tableau féminin senior. 

Elle vient de s’incliner au deuxième tour contre Elise Mertens (20e au monde), mais son duo a rendez-vous avec celui de l’Ottavienne Gabriela Dabrowski et de la Chinoise Yi-Fan Xu au troisième tour.

Tout cela fait dire à Mathieu Toupin que son élève sera bientôt prête à marcher parmi les grands. Ils sont tous là, juste à côté d’elle cette semaine. 

Plus que jamais, le rêve devient accessible à l’athlète de Tennis Performance Outaouais.