Dave Ainsley
Le Quotidien
Dave Ainsley

L’ attaque s’impose dans la NFL

CHRONIQUE / Si vous trouvez qu’il se marque beaucoup de points cette saison dans la NFL, vous êtes en plein dans le mille. Après quatre semaines, la production offensive atteint des niveaux historiques.
Il s’est marqué 371 touchés et plus de 3000 points lors des quatre premières semaines d’activité dans la NFL.

Dans le dernier mois, 63 matchs ont été disputés, en raison de la remise du duel Titans-Steelers après une éclosion de COVID-19 au sein de la formation du Tennessee. Il s’est maintenant marqué 3105 points, soit tout près de 50 points par rencontre, ce qui est énorme. Les 32 équipes ont également inscrit pas moins de 371 touchés, une moyenne de près de six par match, dont 225 par la passe.

L’an dernier, une seule équipe a maintenu une moyenne de 30 points dans la NFL, les explosifs Ravens de Baltimore. L’échantillon est encore faible, mais pas moins du quart des 32 formations affichent une moyenne de 30 points, dont les Ravens, malgré une baisse de moins d’un point par rencontre. À l’autre bout du spectre, trois équipes ne marquent pas 20 points par rencontre, soit l’Équipe de football de Washington et les deux pauvres formations new-yorkaises, les Giants, qui n’ont que trois touchés au compteur, ce qui est franchement gênant pour eux, et les Jets.

Plus que jamais, l’attaque a donc le dessus sur la défensive dans la NFL. La qualité des athlètes, dont leur vitesse, est impressionnante. Les systèmes de jeux sont également faits en fonction de les mettre en valeur. Les quarts-arrière sont également de plus en plus mobiles, ce qui décuple les possibilités. Si on prend l’exemple des Chiefs de Kansas City et Patrick Mahomes, c’est possible de les stopper pendant un certain temps, mais pendant 60 minutes ? Impossible.

On en a eu un bel exemple lundi soir dans la victoire de 26-10 contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, qui ont tenu le coup pendant une quarantaine de minutes. Si ce n’est pas Mahomes avec ses jambes, ce sera avec son bras. Et les munitions ne manquent pas avec Tyreek Hill, Travis Kelce, Clyde Edwards-Helaire et Mecole Hardman, entre autres. Dans le cas des Pats, le scénario aurait été complètement différent avec le quart-arrière Cam Newton, beaucoup plus mobile que Bryan Hoyer, qui, malgré son expérience, reste un substitut de carrière.

La porte pour O’Brien
C’était une question de temps et c’est maintenant fait : le propriétaire des Texans de Houston, Cal McNair, a congédié l’entraîneur-chef et directeur général Bill O’Brien. Les dégâts sont tout de même importants pour la formation texane. Ce geste aurait dû être posé beaucoup plus rapidement. Avec les pleins pouvoirs, Bill O’Brien ne semblait pas toujours en contrôle de la situation, dilapidant les choix au repêchage.

Il a notamment envoyé deux choix de première ronde et un de deuxième tour pour faire l’acquisition du plaqueur offensif Laremiy Tunsil, des Dolphins de Miami. Puis, avant le repêchage, il a expédié l’un des meilleurs receveurs de la NFL, DeAndre Hopkins, aux Cardinals de l’Arizona, en retour du porteur de ballon David Johnson. Pendant qu’Hopkins fait la pluie et le beau temps avec sa nouvelle équipe, avec 39 attrapés et des gains de 397 verges, Johnson n’a toujours pas atteint la barre des 200 verges.

Résultat : les Texans se retrouvent avec une fiche de 0-4, et ce, avec la plus imposante masse salariale de la NFL. De plus, ils n’ont pas de choix de première et deuxième ronde au prochain repêchage. C’était vraiment le temps de montrer la porte à O’Brien avant qu’il ne fasse encore plus de dommages.

EN HAUSSE

Colts d’Indianapolis (3-1)

Après une défaite d’entrée de jeu contre les Jaguars de Jacksonville, les Colts viennent de remporter leurs trois derniers matchs. Ils donnent peu de points et le vétéran quart Philip Rivers fait le travail.

La défensive des Colts n’a permis que 56 points, le plus faible total dans la NFL.

Bills de Buffalo (4-0)

La dernière fois qu’ils ont été 4-0, en 2008, ils ont terminé la saison 7-9, mais cette année, ce sera une autre histoire. Josh Allen s’impose comme l’un des meilleurs quarts-arrière de la NFL, mais la défensive donne beaucoup de verges.

Josh Allen fait partie de l’élite au poste de quart-arrière cette saison.

Les Browns de Cleveland (3-1)

Un an plus tard, ils sont à prendre au sérieux. Le quart Baker Mayfield est revigoré et que dire du receveur Odell Beckham Jr., qui fait parler son talent au lieu de trop parler.

Odell Beckham Jr. a piétiné la défensive des Cowboys dimanche dernier.

EN BAISSE

Les Cowboys de Dallas (1-3)

C’est bien beau marquer plus de 35 points et gagner plus de 500 verges en attaque, mais il faut quand même en donner moins à l’adversaire pour l’emporter.

Les Cowboys marquent beaucoup de points, mais en accordent encore plus.

49ers de San Francisco (2-2)

Ils ont l’excuse des nombreuses blessures, mais les finalistes du dernier Super Bowl se retrouvent tout de même au 3e rang de la division Ouest de la conférence Nationale.

Finalistes du Super Bowl, les 49ers de San Francisco n’ont qu’une seule victoire en quatre rencontres.

Lions de Détroit (1-3)

Après cinq minutes, ils menaient 14-0 contre les Saints de La Nouvelle-Orléans. À la demie, ils tiraient de l’arrière 28-14. Ils ont maintenant perdu leurs six derniers matchs après avoir mené par 10 points.

Adrian Peterson a inscrit un touché au sol dans un 81e match en carrière, égalant le légendaire Walter Payton au 4e rang de l’histoire.

MATCH DE LA SEMAINE

Indianapolis-Cleveland, dimanche, 16h25 
Les deux équipes ont des dossiers de 3-1, mais ont encore bien des choses à prouver avant de pouvoir être prises au sérieux.

PRÉDICTIONS DE LA SEMAINE
Caroline Atlanta
Cincinnati Baltimore   
Jacksonville Houston
Las Vegas Kansas City
Arizona NY Jets
Philadelphie Pittsburgh
Buffalo Tennessee
LA Rams Washington
Miami San Francisco
Denver Nouvelle-Angleterre (REMIS)
Indianapolis Cleveland   
NY Giants Dallas   
Minnesota Seattle   
LA Chargers La Nouvelle-Orléans
Semaine dernière : 11 en 14 (79  %)
Total de la saison : 44-15-1 (74,5  %)