Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dave Ainsley
Le Quotidien
Dave Ainsley

Aux portes du Super Bowl [BALADO AUDIO]

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Ça va vite, les séries dans la NFL. Deux semaines plus tard, il ne reste que quatre équipes pour les finales de conférence avec les Bills, les Chiefs, les Buccaneers et les Packers. Pas de grande surprise, même du côté des Buccaneers qui faisaient sans contredit partie des équipes favorites en début de saison. Au lieu de faire une analyse globale des deux duels avant le Super Bowl, changeons un peu la formule habituelle avec un plaidoyer envers chacune des quatre équipes survivantes. Qui s’affrontera au Super Bowl  le 7 février à Tampa Bay ? Les paris sont ouverts !

CONFÉRENCE AMÉRICAINE

• Bills de Buffalo (13-3) c. Chiefs de Kansas City (14-2), dimanche, 18 h 40

Pourquoi les Bills peuvent l’emporter ?

La semaine dernière, la défensive des Bills a démontré qu’elle pouvait gagner des matchs importants, limitant le quart-arrière des Ravens, Lamar Jackson, à moins de 200 verges avant sa blessure au milieu du troisième quart. Les Bills accordent normalement beaucoup de verges, mais bien peu de gros jeux. 

C’est exactement la recette pour venir à bout de Patrick Mahomes et des Chiefs de Kansas City. En plus, le quart-arrière vedette est très hypothéqué et pas seulement en raison d’une commotion cérébrale subie face aux Browns de Cleveland dimanche dernier. En début de match, il s’est blessé à un orteil et par la suite, était visiblement incommodé, ce qui a peut-être même joué un rôle dans sa commotion plus tard dans la rencontre, sur une course.

De l’autre côté du ballon, les Bills possèdent l’attaque pour suivre le rythme offensivement. Lors des deux premiers duels éliminatoires, Josh Allen n’a pas été au sommet de son art, mais a réussi les deux fois la grosse séquence offensive qui a permis à son équipe de se sauver avec la victoire et la défensive a fait le reste du travail. Plus important encore, l’attaque n’a pas commis de revirement, ce qui sera crucial face aux Chiefs.

Les Bills devront également trouver une manière d’avoir de longues séquences, ce qui passe par un jeu au sol efficace, ce qui n’est pas leur force. Le coordonnateur offensif Brian Daboll devra se montrer créatif. 

Pourquoi les Chiefs peuvent l’emporter ?

Que Patrick Mahomes soit au sommet de sa forme ou non, les Chiefs ont les armes offensives pour causer des problèmes à n’importe quelle défensive. Le dernier jeu du match face aux Browns sur un 4 et 1 est un excellent exemple alors que le receveur de passes Tyreek Hill a facilement battu la couverture homme à homme avant de recevoir la passe de Chad Henne, le héros inattendu, et gagner sans problème le premier essai et confirmer la victoire des Chiefs.

Hill, Mecole Hardman, Travis Kelce, ça commence à faire beaucoup de joueurs à surveiller pour une défensive. En fait, l’attaque des Chiefs est pratiquement impossible à stopper pendant un match complet, ce qui enlève beaucoup de pression sur l’unité défensive. Les Bills en avaient eu un bon exemple, à la fin octobre, dans un revers de 26-17, et même si ça fait déjà trois mois, ça donne tout de même l’avantage psychologique aux champions en titre du Super Bowl.

Depuis plusieurs semaines, les Chiefs jouent avec le feu, mais gagnent quand même, ce qui est le signe d’une bonne équipe. En séries, la manière importe peu, surtout dans un seul match ! Les Chiefs participent à la finale de la conférence Américaine pour une troisième année de suite. Cette expérience n’est pas à négliger dans un duel de cette ampleur.

CONFÉRENCE NATIONALE

• Buccaneers de Tampa Bay (11-5) c. Packers de Green Bay (13-3), dimanche, 15 h 05

Pourquoi les Buccaneers peuvent l’emporter ?

L’histoire serait tout simplement parfaite. Tom Brady et les Buccaneers ont l’occasion de devenir la première équipe de l’histoire à disputer le Super Bowl « à domicile ». Côté motivation, difficile de faire mieux.

À 43 ans, Tom Brady est conscient qu’il s’agit peut-être de sa dernière chance, lui qui en sera à une 14e participation à une finale de conférence, sa première dans la Nationale. Quand il a quitté la Nouvelle-Angleterre, plusieurs disaient que c’était une erreur, mais le futur membre du Temple de la renommée démontre qu’il n’avait pas besoin de Bill Belichick pour connaître du succès.

Les doutes étaient grands sur le vétéran quart-arrière de 43 ans en début de saison et ils ont tous été dissipés. Brady n’a plus la même vélocité qu’à l’époque, mais il sait mieux que quiconque comment mener une attaque et l’a fait avec brio depuis le début de séries. Ajoutez à cela une défensive très solide qui fait les gros jeux et tous les ingrédients sont réunis.

Face aux Saints, non seulement les Buccaneers ont causé des revirements, mais sur la séquence suivante, avec une position avantageuse, l’attaque a terminé le travail. Les Bucs ont fait mal paraître les Packers pas plus tard qu’en octobre et sont équipés pour de nouveau leur donner du fil à retordre. 

Pourquoi les Packers peuvent l’emporter ?

Sans aucun doute l’équipe la plus dominante présentement du carré d’as. La semaine dernière, l’attaque menée par Aaron Rodgers a mis dans sa petite poche la meilleure unité défensive de la NFL, celle des Rams de Los Angeles, qui avait permis 30 points une seule fois cette saison, à la semaine 4 face aux Bills. Les Packers se sont amusés avec près de 500 verges dans une victoire sans équivoque de 32-18.

C’est plutôt la défensive du Wisconsin qui avait l’air de la meilleure de la ligue, permettant moins de 250 verges. Le jeu aérien n’a jamais été un problème à Green Bay et maintenant, avec Aaron Jones, AJ Dillon et Jamaal Williams, l’attaque au sol fonctionne très bien, ce qui donne une autre dimension aux Packers qui n’en sont que plus redoutables.

Ce sont les Packers, et non les Bills ou les Chiefs, qui ont marqué le plus de points en saison régulière... L’année dernière, les Packers étaient dans la même situation face aux 49ers de San Francisco, mais avaient offert une performance bien décevante et tiraient de l’arrière 27-0 à la demie. La formation dirigée par Matt Lafleur ne fera pas deux fois la même erreur. Les Packers, qui ont remporté leurs sept derniers matchs et la plupart du temps de façon dominante, semblent partis pour la gloire. 

  • Semaine dernière : 4 en 4 (100 %) | Total de la saison : 171-85-1 (66,79 %) |
  • Super Bowl LV : le dimanche 7 février, à Tampa Bay