Jean Larivière
Expert-conseil Chasse et pêche — Collaboration spéciale
Jean Larivière

Une saison de chasse atypique

CHRONIQUE / En raison de la pandémie qui persiste, les chasseurs sportifs devront prendre des mesures supplémentaires, cet automne, dans leurs préparatifs de séjour de chasse au cerf de Virginie, qui se déroulera du 7 au 22 novembre en Outaouais.

Parmi les nouveautés cette année, tous les chasseurs auront l’occasion de récolter deux cerfs. Par contre, le permis supplémentaire peut être utilisé uniquement pour un prélèvement dans une autre zone ou sous-zone.

En plus des préparatifs et règlements de chasse d’usage, il est important que tous les adeptes respectent les consignes émises par la Santé publique lors de la pratique de cette activité en raison de la COVID-19. Pour les chasseurs qui choisissent de se déplacer dans une autre région, il est demandé de limiter le plus possible les contacts et les sorties dans les lieux publics et dans les commerces des régions visitées. Il est donc prioritaire que toutes les provisions pour le séjour de chasse doivent être faites avant le départ.

Saison tardive

Autre nouveauté, la saison de chasse au cerf avec armes à feu débutera plus tard comparativement aux années passées. Cette initiative du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) aura comme effet d’augmenter les chances de récolter un mâle surtout que cette activité se déroulera en pleine période de reproduction (rut) des cerfs. Par contre, les chasseurs devront prendre les mesures nécessaires pour être confortables en forêt pendant la chasse surtout pour résister aux frasques de dame Nature qui perdurent habituellement au mois de novembre. Les chasseurs qui ne disposent pas d’un affût renfermé avec une méthode de chauffage devront s’assurer d’avoir des vêtements de chasse adéquats afin de les protéger des intempéries et de rendre leur expérience en forêt des plus agréable et sécuritaire. Dans un premier temps, il est important de s’assurer que notre ensemble nous protège du vent et du froid et qu’il soit complètement hydrofuge. Il doit également conserver la chaleur de notre corps tout en laissant échapper l’humidité émise par la transpiration pour éviter l’hypothermie. D’ailleurs, les chasseurs d’expérience confirment que la qualité et l’entretien des vêtements de chasse figurent parmi les priorités d’importance pour une chasse en toute quiétude. Pour un séjour de chasse agréable en forêt, un vêtement de qualité supérieure demeure votre seul choix, car, être confortable et en sécurité dans la nature n’est pas une option. Dans l’éventualité d’une urgence, il est important qu’un parent, ami ou compagnon de chasse soit toujours informé du lieu de votre affût et de vos allers-retours quotidiens.

Efficacité de l’arme

Tout chasseur consciencieux doit s’assurer que son arme de chasse soit en parfaite condition au préalable de la chasse afin d’assurer que le gibier convoité soit récolté avec précision et le plus humainement possible. À la suite du nettoyage et de la vérification du bon fonctionnement de votre arme à feu, il est recommandé de vous procurer une boîte de munitions neuve. Par la suite, il s’agit de se rendre à un champ de tir sécuritaire afin de pratiquer votre tir en utilisant vos munitions de l’an dernier pour ajuster vos mires ou télescopes. Il existe deux endroits accrédités dans la région pour ce faire soit le Stittsville Shooting Range du côté ontarien et celui de Sports Moto Thurso sur la rive québécoise. En raison de l’investissement financier considérable occasionné par la chasse sportive, il est important de ne rien négliger afin de mettre toutes les chances de votre côté. Si jamais le sort vous donne l’occasion de voir un gibier dans vos mires, rien de plus frustrant que de rater votre cible ou même de le blesser inutilement. Un rappel aux chasseurs québécois : dans l’éventualité où un gibier serait introuvable après votre tir, n’hésitez pas à communiquer avec un conducteur de chien de sang de l’ACCSQ via leur site Web. 

Bonne chasse à tous et surtout bonne chance….