Le conducteur de chien de sang de l’ACCSQ en Outaouais, Martin Payette, de Messines.

La récupération d’un gibier blessé

CHRONIQUE / Tous les ans, des milliers de chasseurs se dirigent en forêt dans le but de récolter le gros gibier convoité. Par contre, il peut arriver qu’un animal soit blessé accidentellement en raison de circonstances imprévisibles, une situation qui peut rendre la récupération du gibier difficile ou même impossible pour le chasseur. Depuis quelques années, il existe une solution efficace et abordable pour récupérer votre gibier, soit par le biais d’un membre de l’Association des conducteurs de chiens de sang du Québec (ACCSQ).

Une équipe efficace

Le conducteur de chien de sang fait équipe avec son chien entraîné pour pister l’odeur d’une blessure (adrénaline) d’un gros gibier. Le chien peut détecter l’odeur du gibier blessé dans des conditions qui seraient impossibles pour le chasseur et ses compagnons. En effet, le chien travaille avec son nez et peut retracer le gibier efficacement même en l’absence de sang, en période de pluie ou de neige et ce, autant le jour que la nuit ! Grâce à sa formation et à son expérience, le conducteur peut évaluer les signes afin de savoir si le gibier a été atteint mortellement ou s’il pourra survivre à la blessure. Martin Payette de Messines, qui figure parmi les quatre conducteurs de la région de chasse 07-Outaouais, estime avoir retrouvé plus de 50 % des gros gibiers blessés qu’il a été appelé à pister jusqu’à présent, cet automne. Il explique que ce genre de service procure une tranquillité d’esprit au chasseur, en lui assurant que son gibier ne sera pas gaspillé en forêt.

Le chien de Martin Payette, Jack

Conseils pour chasseurs

Afin de faciliter le travail du conducteur de chien de sang et d’augmenter les chances de récupération de votre gibier, voici quelques judicieux conseils à suivre. Il est important de bien regarder la réaction du gibier après votre tir et de marquer l’endroit où le gibier a été atteint. Pour l’arc ou l’arbalète, il est préférable de récupérer la flèche et de la garder intacte, car elle procurera des indices importants au conducteur. L’attente pour traquer un gibier atteint en zone vitale est au minimum d’une heure. Dans le cas d’une blessure dans la panse ou ailleurs, le conducteur saura vous conseiller sur le délai d’attente approprié. Si le chasseur décide de poursuivre son gibier, il est important de marquer chaque trace de sang à l’aide d’un ruban marqueur fluorescent. Dans l’éventualité où il n’y a plus de pistes ou si vous apercevez le gibier déguerpir, marquez l’endroit avec deux rubans et évitez de le pourchasser ou de piétiner partout en quadrillant le territoire. Ce genre de pratique diminue énormément les chances du conducteur de retrouver votre gibier. 

L’éthique de la chasse

L’éthique de la chasse précise que tout chasseur consciencieux a le devoir de déployer tous les efforts possibles afin de retrouver un gibier blessé. Cela s’avère encore plus important dans notre région, en raison de la faible densité de notre cheptel de cerfs. De là l’importance d’éviter à tout prix le gaspillage de la chair d’un gibier sportif. L’appel d’un conducteur de chien de sang est la mesure appropriée à prendre, après avoir suivi les conseils précédents. Ce service, très abordable, est disponible 24 h par jour, sept jours par semaine, pour les chasseurs dans le besoin, alors que l’ACCSQ regroupe une centaine d’équipes pour desservir le Québec. 

Il serait donc sage de visiter leur site Web, au préalable de la chasse, et de noter les coordonnées d’un conducteur passionné et dévoué de votre région de chasse dans l’onglet « trouver un conducteur ».

La perte d’un gibier blessé est à la fois démoralisante et démotivante pour le chasseur sportif intègre. Un rappel que tout chasseur compétent se doit de vérifier et d’ajuster son arme avant la chasse. Par respect pour le gibier, il est primordial d’éviter tout tir risqué qui pourrait infliger une blessure inutile.

Bref, sachez viser juste et bon séjour de chasse sécuritaire à tous.