Charles Hudon a hâte au prochain camp d'entraînement du Canadien et assure qu'il sera prêt à défendre sa place dans l'alignement.

Charles Hudon regarde vers l’avant

Un été très chargé à l’entraînement et un nouveau contrat d’un an semblent avoir revigoré Charles Hudon. L’attaquant almatois du Canadien de Montréal s’est présenté tout sourire à la Classique de golf au profit de sa fondation, mardi matin, au Club de golf de Chicoutimi.

Dans une rencontre de presse de plus de dix minutes avec les médias régionaux, l’ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi a abordé une foule de sujets reliés à sa carrière. « Je suis déjà passé à autre chose personnellement. Je ne veux plus y penser ou en parler », a-t-il laissé tomber à propos de la fin de la dernière saison, alors qu’il a été laissé de côté pour les 22 derniers matchs de la saison régulière. Au cours des derniers mois, l’attaquant de 25 ans a fait le choix de se tenir loin des réflecteurs, question de prendre un peu de recul et surtout mettre les bouchées doubles à l’entraînement en compagnie du préparateur bien connu Stéphane Dubé.

« Je ne cacherai pas que, oui, des fois, je déclinais. C’est plus facile d’arriver après une bonne année où tu te fais reconnaître et parler du positif. Je savais qu’il y avait beaucoup de négatif autour de moi. Seulement me regrouper en famille et avec mes proches, je pense que ça m’a fait le plus grand bien, de convenir Charles Hudon. Pour la première fois de ma vie, j’ai fait une grande pause de hockey après avoir fini la saison. Ça m’a fait du bien. Revenir sur la patinoire après quasiment deux mois sans toucher à mes patins, j’avais hâte de voir mon équipement. J’ai juste hâte que le camp commence, mais il reste encore de grosses semaines d’entraînement. »

« Ceux qui me connaissent savent que mon but est de voir le plus de monde possible. Je veux être proche des gens, mais cet été, c’était vraiment de me concentrer sur moi et non sur le côté social, de préciser le natif d’Alma. J’ai tout fait en sorte pour être prêt avec un entraînement difficile pour moi et mon corps, mais je me sens bien et juste prêt. »

Que ce soit avant ou après la signature d’un nouveau contrat à un volet, le mois dernier pour un salaire de 800 000 $ américains, Charles Hudon n’a pas discuté avec son entraîneur Claude Julien ou avec le directeur général Marc Bergevin. « Je n’avais pas besoin de me faire dire ce que je devais améliorer. Je veux de la glace, je veux jouer au hockey. Je veux faire partie d’une organisation qui va me faire de la place. J’ai resigné avec le Canadien parce que j’y crois encore d’avoir la chance de jouer et avoir du temps de glace. Présentement, je me concentre sur le jour un du camp et on verra ce qui va se passer », de souligner le père de famille, se disant également très heureux d’avoir pu éviter à ses proches de longs moments d’incertitude. « Mon but ultime, c’était de rester. La suite, c’est entre mes mains et celles de Marc et Claude. Je peux seulement garantir que je vais être prêt pour le camp d’entraînement. »

Une expérience formatrice

« J’étais prêt à un été très difficile. J’avais de la difficulté à m’endormir et me présenter au gym tellement j’étais brûlé. Toutes les fois, je me disais que c’était pour une bonne cause. Je me présentais là-bas avec la mentalité de faire la Ligue nationale encore une fois et tout s’enlignait vers ça », de noter Hudon, estimant que l’expérience de l’année dernière, où il n’a disputé que 32 matchs, amassant cinq points, pourrait être formatrice pour le futur de sa carrière.

« Je vais être plus positif, c’est sûr. Je vais me concentrer sur moi et non sur ce que les autres disent, que ce soit les journalistes ou les partisans. Je vais me concentrer sur mes choses, ce que j’ai fait tout l’été pour être prêt pour le camp d’entraînement », d’assurer l’attaquant qui, à sa première saison complète dans la Ligue nationale, avait amassé 30 points en 72 rencontres.